EMINEM ATTAQUE EN JUSTICE SPOTIFY

IL N’Y A PAS QU’AVEC LES RAPPEURS QUE EMINEM S’EMBROUILLE. LÀ C’EST SPOTIFY QU’IL ATTAQUE.

 

 

Ou plutôt c’est par la voix de Eight Mile Style, la société en charge des droits de son catalogue, que Eminem vient de porter plainte ce mercredi 21 août auprès du tribunal de Nashville contre la filiale américaine de Spotify. En cause, une exploitation illégale et trompeuse ainsi qu’une rémunération en dessous de la valeur des œuvres de Slim Shady. Le litige porterait sur près de 250 morceaux dont « Lose Yourself » du film « 8 Mile » et le préjudice pourrait donc se chiffrer à plusieurs milliards de dollars.

Eight Mile Style reproche au leader mondial du streaming musical de diffuser les morceaux sans en en avoir réellement le droit. Spotify faisant mine délibérément d’avoir les licences pour enregistrer des millions d’écoutes par jour du célèbre rappeur qui est dans le top 40 des artistes les plus streamés de toute l’histoire de la plateforme. Pire encore, « Lose Yourself » aurait été placé dans la catégorie « Copyright Control » réservée aux œuvres dont les auteurs sont inconnus. Ce qui permettrait à la plateforme de ne pas rémunérer Eminem ou pas d’une manière correcte.

L’éditeur accuse également Spotify de ne pas respecter le Music Modernization Act (MMA), une récente loi en Amérique datant d’octobre 2018 qui visait à mettre à jour la gestion des droits d’auteurs par rapport à la nouvelle industrie du streaming. Un des principes de cette loi visait à créer une base de données des ayant-droits que Spotify ne devait pas ignorer pour affecter les chansons au bon auteur.

Même si les plateformes de streaming sont dominantes de nos jours, certains artistes s’étaient déjà élevés contre elles comme Tom Yorke en 2013. Estimant que ces plateformes ne récompensaient pas correctement les artistes, il était quand même revenu en 2017, la queue un peu entre les jambes.

Ce qui est paradoxal dans cette histoire, c’est qu’un Donald Trump pourrait très bien rebondir sur cette opportunité comme un énième argument contre les pays scandinaves avec qui cela ne va pas très fort en ce moment, entre le Danemark qui ne veut pas lui vendre le Groenland et la Suède, théâtre de l’affaire A$ap Rocky et aujourd’hui la lutte des droits d’un artiste majeur aux États-Unis, même s’il est un fervent opposant au Président US.

A suivre.