LE RAPPEUR A ÉTÉ RELÂCHÉ ET AUTORISÉ À RENTRER AUX ÉTATS-UNIS.  MAIS À SON RETOUR, IL VA DEVOIR SE COLTINER SON NOUVEL AMI DONALD TRUMP…

 

 

Le Président américain avait en effet fait usage de ce qu’il croit être son arme la plus efficace : Twitter, quitte à dire des idioties comme à son habitude. Dans la lancée de la requête de Kanye West et la pression de certaines personnalités ainsi que dans son éternel soucis de faire valoir la suprématie américaine à l’étranger, Trump s’est tout d’un coup positionné en fervent défenseur de Asap Rocky, reprochant aux autorités suédoises d’avoir pris une décision à « caractère raciale » quant à l’emprisonnement du rappeur il y a un mois maintenant. Il avait même accusé la Suède de « laisser tomber les noirs américains ». Un comble venant de lui… passons…

Toujours est-il qu’à l’issue des 3 jours de comparution devant le tribunal de Stockholm, Asap Rocky a été libéré et autorisé à regagner les États-Unis. Mais il n’est pas tiré d’affaire pour autant puisque le jugement sera rendu le 14 août prochain. Il avait été requis contre lui 6 mois de prison ferme sachant qu’il risquait jusqu’à 2 ans d’emprisonnement (lui et 2 membres de son entourage). La peine demandée a été plus clémente car il n’a pas d’antécédents sur le territoire scandinave. Sachant qu’il avait néanmoins proposé de faire des heures d’intérêt général.

Pour rappel, au cas où vous auriez fait un séjour sur mars ces dernières semaines, Asap Rocky avait été arrêté suite à une altercation dans les rues de Stockholm fin juin entre son équipe et de jeunes hommes venus l’accoster et l’ayant suivi de longues minutes, comme l’attestent quelques vidéos que l’artiste avait publié sur son compte Instagram. Il est clair que les « harceleurs » ont été très insistants mais ce que reproche la police suédoise aux américains, c’est d’avoir usé d’une force inappropriée pour se débarrasser des jeunes hommes. Asap et son staff auraient frappé copieusement les inconnus à terre. Là où l’entourage de l’artiste avait qualifié ces actes de « légitime défense », la police l’a considéré comme une rixe. C’est pour cela que le rappeur fût mis en détention le temps de l’enquête. Ce qui avait choqué de nombreuses personnes, c’était les conditions de détention qui semblaient être « inhumaines ». De là était partie une pétition en ligne qui avait atteint plus de 500 000 signatures.

A priori, une fois que Asap Rocky aura foulé le sol de son pays, il ne devrait rien lui arriver de trop grave. Cet incident n’est autre que le prétexte à quelques saillies d’ordre diplomatique entre deux pays. Et une énième tentative de récupération pour Donald Trump. Mais attendons quand même le 14 août, on ne sait jamais. Trump cherche peut-être déjà des sanctions contre la Suède. Ikea va fermer sa seule usine de fabrication de meubles aux USA et le saumon est assez abondant en Amérique du Nord. On a hâte de savoir ce qu’il va bien nous trouver.