N’exagérons rien, la disparition de Soundcloud n’est pas d’actualité. Mais chaque jour envoi un peu plus la plateforme musicale vers un rachat inéluctable, et ceux dix ans après sa création. On a beau avoir 70 millions d’utilisateurs et avoir une forte notoriété auprès des artistes indépendants de part sa partie gratuite suffisante et son esprit collaboratif, les réalités du business ont rattrapé les suédois au fil du temps. Certes, les géants du streaming en ligne que sont Spotify, Apple Music ou encore Deezer  sont indélogeables. Mais Soundcloud est peut être son propre bourreau après tout.

Déjà lourdement déficitaire en 2012, la plateforme avait alors commencé sa mutation vers la recherche de solutions payantes plus significatives. Quelque chose qui est venue un peu tard en 2016 avec Soundcloud Go qui proposait notamment une écoute sans publicité et hors connexion. Bien que Soundcloud avait cassé les prix du marché à l’époque, ils ne faisaient que se caler sur la concurrence et rentrer dans le rang par obligation. Ce qui avait sûrement déçus les fidèles.

 

VERS LA FIN DE SOUNDCLOUD (EN L’ÉTAT) EN FIN D’ANNÉE ?

 

Ces fidèles qui avaient déjà déserté en masse en 2014 suite à la volonté de plateforme de se rapprocher dangereusement des majors en imposant la notion de copyright. Les productions (remixes, edits, mixs etc.) des amateurs basés sur le catalogue de ces majors se faisaient jetés en bonne et dû forme. Pas terrible pour un site qui se repose sur la contribution de sa communauté. Malgré les départs et les plaintes de celle-ci, Soundcloud avait continué dans ce sens. Et puis, on ne compte pas les différentes modifications d’interface et les orientations vers un système fermé : abandon des groupes, suppression de l’embed du player sur Facebook ou encore statistiques pas très développées.

Après la suppression de 173 postes (soit 40% des effectifs) et la fermeture des bureaux de San Francisco et de Londres, les fondateurs Alex Ljung et Eric Walhorfss ont annoncé à leurs salariés lors d’une réunion du personnelle le 11 juillet dernier, que ces mesures radicales ne suffiraient pas et que l’entreprise ne pourrait plus être autonome financièrement au delà du quatrième trimestre 2017. C’est le site spécialisé Techcrunch qui aurait recueilli les réactions de certains employés présents, décrivant une ambiance pour le moins tendue. Normal, on nous parle souvent du monde merveilleux des start-ups, moins souvent du désastre humain lorsque cela tourne au vinaigre.

Oui, Soundcloud risque de disparaitre mais plutôt dans sa forme et son esprit. En tout cas, c’est clair dans la tête de nombreux utilisateurs qui se précipitent en ce moment sur la plateforme pour récupérer un maximum de productions originales qu’ils pensent ne plus revoir ailleurs. De leur coté, et plus que de lever de nouveaux fonds, les patrons cherchent surtout un repreneur et plusieurs se sont déjà manifestés comme le puissant Google. A moins qu’un business angel complètement fou pointe le bout de son nez.

Mais soyons lucides, Soundcloud est sûrement mort depuis un moment.

 

 

Share This