Le succès est souvent histoire de hasard. Une simple question aura scellé le destin d’une silhouette qui fait fantasmer les amateurs de sneakers depuis deux décennies. « What’s in the bag ? » Ce matin de 1997 le jeune espoir de la NBA Anfernee « Penny » Hardaway, que beaucoup d’observateurs considèrent comme le nouveau Magic Johnson, doit découvrir son tout premier modèle personnel concocté par les designers de Nike, et plus particulièrement le talentueux Eric Avar.

Une table entièrement recouverte de sneakers, attendant l’approbation finale du joueur. Et un sac posé juste à côté. « Et dans le sac il reste quoi ? » demande Penny. « Rien de spécial, juste un essai », tente d’esquiver Mr Avar. « Montre, je veux voir », finit par ordonner Hardaway. Il plonge dans le sac, pour en sortir un objet non identifié digne de X Files. « C’est ça que je veux » tranche le prodige. Et c’est ce qu’il aura, lui le premier à avoir adoré ce que certains ont étiqueté « hideux », « immonde », « sans avenir ».

Pourtant la chaussure s’avère performante dès ses premiers pas : 40 points pour son premier match en mars ’97, et surtout on la voit aux pieds de Mike Bibby, meneur de l’université d’Arizona, qui gagne ce printemps là le titre national universitaire (il faut savoir que le basketball universitaire est alors beaucoup plus populaire que la NBA, et cela reste le cas aujourd’hui) avec ses Wildcats.

Finalement, le monde n’était peut être pas prêt à ce look d’insecte, à ces matériaux si particuliers. La Foamposite reste un modèle de connaisseur en Europe, peu portée (à plus de 200 euros cela peut faire réfléchir), mais elle est un hit absolu aux États Unis, où vous croisez autant de « Foams » que de Jordan XI, c’est pour dire.

 

KICK OF THE WEEK #19 : NIKE AIR FOAMPOSITE PRO DR. DOOM

 

La Nike Air Foamposite One est donc devenue ce que l’on appelle un « instant classic », et ses déclinaisons futures que l’on connait sous les noms de Dr Doom, Eggplants, Stealth, Galaxies n’ont fait qu’appuyer ce que Penny Hardaway avait deviné au premier regard: voilà une paire qui allait changer tout le game.

Alors oui, elle est inspirée d’un scarabée, que ce soit pour ce côté carapace et réfléchissant. Oui, la légende concernant le moule originel est vraie : il coutait 750.000 dollars pièce. Oui, ce moule était produit par le concessionnaire auto Daewoo. Oui, cette mousse (foam) se mêlait avec une Zoom Air unit qui prend toute la semelle.

Et oui, vous voilà devant une des rares chaussures de basketball qui arpentera les rues du monde entier sans porter le nom Jordan.

Quand 10 ans après sa première sortie, Nike relance la Foamposite Dr Doom, on ne peut que s’incliner. Initialement issue du pack Marvel « Fantastic 4 », elle rend hommage au personnage plus connu sous le nom de Docteur Fatalis. Une empeigne full black contrastée par la semelle et le swoosh blancs, du grand classique, totalement indémodable.

Mille fois plus solide que les genoux en cristal de l’espoir déchu Penny Hardaway, nous vous conseillons vraiment, au moins une fois, d’aller vous glisser dans ce modèle qui traverse les décennies sans prendre une ride : vous verrez, vous n’en reviendrez pas.

 

Retrouvez la Foamposite Dr Doom ce mercredi 14 décembre, et d’autres coloris sur le shop de Corner Street !

 

KICK OF THE WEEK #19 : NIKE AIR FOAMPOSITE PRO DR. DOOM KICK OF THE WEEK #19 : NIKE AIR FOAMPOSITE PRO DR. DOOM KICK OF THE WEEK #19 : NIKE AIR FOAMPOSITE PRO DR. DOOM KICK OF THE WEEK #19 : NIKE AIR FOAMPOSITE PRO DR. DOOM

 

 

Share This