De son vrai nom Hakim Hakma, Big Brother Hakim aura marqué les premiers pas du hip hop en France aux cotés d’autres illustres noms. Parmi eux, Dee Nasty fût un compagnon de route pendant longtemps. L’un aux platines, l’autre au micro, les deux ne se quitteront que très rarement. Lorsque Dee Nasty s’associa à Lionel D pour fonder le Deenastyle sur Radio Nova de 1988 à 1989 (tous les vendredis de 20h à 22h), BBH n’était pas loin, s’illustrant dans la partie freestyle qui invitait aussi la fine fleur du rap hexagonale. Le rappeur de Belleville avait même obtenu un bref créneau le dimanche midi.

 

 

Coté productions, Hakim avait sorti plusieurs EPs dans les années 90 avec comme thématiques ses années sombres et particulièrement sa relation avec la drogue. De plus, là où Dee Nasty évoluait avec une image « respectable », le caractère sans concession de son comparse avait attiré la défiance des maisons de disques malgré un succès d’estime évident. Ni son courant identitaire « Number One Arbi », nourrit par l’islam, ni sa formation Jungle Hala n’avaient les faveurs des majors et des salles de spectacles. Et ce n’est pas l’embrouille de la tournée de 1996 qui arrangea les choses. Dee Nasty et lui avaient été appelés à la rescousse d’une série de date du toaster Rico. Mais à l’arrivée, la tournée avait été annulée avant la fin (et avant une date finale au New Morning à Paris) pour, on va dire, incompatibilité d’humeurs et en prévention de risques d’affrontement sur place. Selon Libération, 30 000 milles francs de manque à gagner pour le duo qui avait travaillé dur pour préparer les concerts. Big Brother Hakim avait alors mal pris la décision et en voulait à Polydor, label qui chapeautait Rico à ce moment là.

 

 

La même année, son titre « Hala James » figurait sur la bande sonore du film « Chacun cherche son chat » du réalisateur Cédric Klapisch qui, on le sait, est un grand amateur de hip hop et de surcroit grand ami de Loik Dury, directeur des programmes de Nova à l’époque du Deenastyle.

En 2003, on le retrouve parmi tant d’autres sur le documentaire « La Face B du Hip Hop » réalisé par Ariel Wizman sur lequel il apparait les cheveux longs et bouclés tout en tenant des propos plutôt apaisés. En 2005, il constitue également un duo radiophonique avec Mouloud Achour sur Fréquence Paris Plurielle.

Sulfureux et jugé indomptable pour les uns, roi du freestyle sans concessions et un des grands frères du rap en France, le nom de BBH restera gravé sur les tablettes de la culture hip hop dans notre pays. Il est décédé cette semaine à l’âge de 45 ans.

Nos pensées vont à ses proches et à tous ses compagnons de route.

 

DISPARITION DE BIG BROTHER HAKIM

 

 

Share This