Mourir fait partie de la vie, on le sait tous. Pour les amoureux de musique que nous sommes, on peut regretter les disparitions d’artistes cultes qui ont fait leur temps et se sont éteint après une existence bien remplie. Rien de choquant. Mais quand la disparition est soudaine et donc prématurée, c’est encore plus douloureux car ce n’est pas dans l’ordre des choses. Mais il faut s’y faire aussi…

Cependant, on ne peut pas dire que la disparition aujourd’hui de Phife Dawg, membre de A Tribe Called Quest, soit une surprise. En effet, même si les causes du décès ne sont pas encore connues, on sait que l’artiste souffrait du diabète de type 1 depuis 1990 et qu’il avait bénéficié d’une greffe de rein en 2008 grâce à sa femme. Jusqu’à aujourd’hui, sa maladie l’empêchait de développer sa carrière solo comme il l’entendait, même s’il avait sorti son seul album « Ventilation: Da LP » en 2000.

Ce qui est plus « étonnant », c’est que ses récents témoignages dans les médias et ses propos dans le documentaire « Beats, Rhymes & Life : The Travels of A Tribe Called Quest » donnaient l’impression qu’il allait globalement mieux. Une état de santé convenable qui lui avait permis en tout cas de commencer à travailler sur un nouvel album « Muttymorphosis » qui était censé être le récit de sa vie, une sorte de testament avant l’heure. De plus, il avait aussi entrepris de déterrer le morceau inédit « Nutshell » produit par J Dilla. Mais il n’avait laissé qu’un teaser vidéo il y a quelques mois.

Cela n’aura été que le dernier répit avant la fin. Une disparition qui laissera un goût d’inachevé. Le même que l’on avait ressentit pour des artistes comme Sean Price l’année dernière. Maalik Isaac Taylor avait 45 ans.

 

 

DÉCÈS DE PHIFE DAWG (A TRIBE CALLED QUEST)

 

 

Share This