L’éviction des Guignols (passés en crypté) ainsi que les aménagements à l’antenne de Canal+ (mais aussi en interne) donne une plus grande place à l’émission de Yann Barthès « Le Petit Journal » cette saison. Monsieur Bolloré, Président Directeur Général du groupe Bolloré, propriétaire de la chaine payante, ne pouvant ignorer les excellentes audiences de l’émission et le fait que, même si son ami Nicolas est régulièrement pris à partie, c’est plus souvent le pouvoir en place (« la gauche ») qui est le plus décrié. Le Petit Journal s’attaquant d’une manière acceptable pour Bolloré, aux puissants sans distinction.

Mais un rallongement d’un tel programme à 35 minutes désormais (à 20h10 tous les jours de la semaine) nécessite de petits fignolages et surtout de renforcer les contenus proposés.

Parmi les nouvelles rubriques, on retrouve (comme annoncé plus tôt par Canal) la pastille humoristique « Bloqués » mettant en scène Orelsan et Gringe aka les Casseurs Flowters (qu’on retrouvera aussi au cinéma dans « Comment c’est loin » le premier long métrage réalisé par Orelsan et qui sortira le 9 décembre) comme des trentenaires avachis sur leur canapé et se posant des questions plus ou moins existentielles. A l’écriture des sketchs, on retrouve aussi Kyan Khojandi de Bref. Cette pastille vient dans la continuité de ce que faisait le Studio Bagel pour « Le Before du Grand Journal » qui n’a pas été reconduit cette année.

Et dès le premier épisode diffusé lundi 7 septembre, la sauce a tout de suite pris. La notoriété des 2 MCs auprès des jeunes associée à la créativité de Khojandi fait mouche avec des punchlines bien trouvées auxquelles beaucoup s’identifient pour avoir vécu les mêmes situations. Jugez-en plutôt : « J’irais au McDo, j’prendrais une frite, un coca, un Big Mac. La meuf elle me dirait mais prenez un menu. J’dirais non… suis riche. », « J’rachète Tiger Woods, Zlatan, Usain Bolt, Djokovic, j’les fait habiter à Mont de Marsan et j’attends qu’il y a Interville. », « J’quitte mon taf et je fais écrire ma lettre de démission à Michel Houellebecq », « Tu crois que si on laisse la porte d’entrée ouverte, qu’on déguise l’appart en couloir, la concierge elle va venir nettoyer ici ? » ou encore « On prend un nouveau colloc’, on lui dit que c’est son tour de ranger et on le vire après. ». Sans oublier une petite vanne pour Bolloré (quand même) « J’rachète Canal, j’mets tout ce qui est crypté en clair et tout ce qui est clair en crypté. ».

Bref, tous les ingrédients sont là : 2 rappeurs appréciés, un auteur à succès, la nonchalance bien mise en scène, des punchlines que chacun pourrait copier-coller sur Twitter en respectant les 140 caractères et finalement un condensé de « VDM », « Bref », « Wayne’s World » et des « Kaïra » dans le même programme. Que demandez de plus si ce n’est la venue de guests prestigieux (ou pas).

 

 

Share This