Disparitions de Byron Lee et Myriam Makeba

Deux étoiles de la musique se sont éteintes respectivement les 4 et 10 novembre. D’un côté Byron Lee, grand nom de la musique jamaïcaine et de l’autre la Mama Afrika Miriam Makeba, chanteuse engagée et grande combattante anti-Apartheid, régime de son pays d’origine.

Producteur, arrangeur et leader du groupe The Dragonaires, fondé en 1957, Byron Lee est décédé ce 4 novembre d’un cancer. Nouveau deuil pour la Jamaïque cette année après ceux de Joe Gibbs, Mickey Dread et Alton Ellis, notamment. Lee avait entre autre participé à l’essor du Sound Of Jamaica au cours des années 1960 et, post-indépendance, facilité la diffusion du ska et du rock-steady avec de nombreux tubes aux côtés des plus grands. Il aura de même accompagné certains artistes US de renom, Sam Cooke, Chuck Berry ou Ray Charles, entre autres.

Le succès sera synonyme de l’apparition des Dragonaires au sein du film James Bond Vs Dr No en 1962, pour se voir attribuer ensuite une tournée US à la place des Skatalites (et avec Prince Buster, Jimmy Cliff ou Delroy Wilson).

Lee travaillera par la suite avec d’autres formations, toujours autour du noyau des Dragonaires : on notera entre autres The Ska Dancers, The Ska Kings ou The Good Guys. En 1969, il rachète West Indies Records pour en faire son Dynamic Studio, connu pour avoir vu passer en session des gens comme les Rolling Stones, David Bowie, Paul Simon ou Bob Marley.

www.byronleemusic.com

Auteure du tube planétaire Pata Pata en 1956, repris plus tard à maintes reprises toute les décennies (notemment par Sylvie Vartan en 1980, puis pour un tube de l’été dans les années 1990), la grande Miriam Makeba, elle pris l’exil en 1959, suite à son apparition dans le film Come-back, Africa, qui dénonçait le régime de l’Apartheid en Afrique du Sud, son pays natal. Récompensée internationalement pour ses participations auprès d’Harry Belafonte ou Paul Simon (Grammy en 1966). Makeba sera aussi connu pour ses amours, ses publications et son mariage avec le militant et chef de troupe des Panthers Stokely Carmichael en 1969, ce qui lui vaut des ennuis aux Etats-Unis cette fois-ci. Elle s’exile alors en Guinée où elle prend la nationalité guinéenne. En 1985, elle est décorée par la France, et obtient la nationalité française. Mandela la persuade de rentrer au pays en 1992. Elle est morte avant-hier, suite à un malaise après un concert de soutien en Italie.

http://www.global-mojo.com/specialsite/makeba