Mr Scruff, du poisson dans la boîte

Le producteur et DJ anglais, adepte du beat dancefloor boom-bap et jazzy, des cadences aux protubérances funky et latines, revient après six années d’absence avec un Ninja Tuna bien banger, le 6 novembre. Chez Ninja Tune, vous l’aurez compris.

Six ans depuis Trouser Jazz et bientôt dix ans depuis le mythique Keep It Unreal. Le temps ne semble pas; malgré tout, ternir la musique d’Andy Carthy. On aurait pu croire que les années 2000 et l’invasion électro-rave de nos dancefloors auraient eu raison de Scruff, de ses rythmiques blue-jazz conduite comme un camion de chantier boom-bap, mais non. Rien n’y fait, le son est toujours aussi entraînant et groovy, funky et naïvement mélodique. Le recyclage funk plein de rhodes (Music Takes Me Up, Donkey Ride), latin-jazz (Stockport Carnival) ou électro-break-beat (Whiplash) est parfaitement géré, avec une mention spéciale pour un Get On Down soul et bounce, mais surtout sexuel. Oui, sexuel.