Alors qu?on apprenait il y a peu le décès du grand Oscar Peterson au final de l?année dernière, ce sont encore deux figures atypiques du jazz, du rock et du funk international qui sont partis en février 2008. Pour les amoureux d'Hendrix, Miles Davis, Parliament...

Le jazz, le funk et le rock perdent deux figures historiques

Alors qu?on apprenait il y a peu le décès du grand Oscar Peterson au final de l?année dernière, ce sont encore deux figures atypiques du jazz, du rock et du funk international qui sont partis en février 2008. Pour les amoureux d’Hendrix, Miles Davis, Parliament…

Alors qu’on apprenait il y a peu le décès du grand Oscar Peterson au final de l’année dernière, ce sont encore deux figures atypiques du jazz, du rock et du funk international qui sont partis en ce début 2008.
 
Tout d’abord Attilio Joseph Macero, dit Teo Macero, saxophoniste, compositeur et producteur pour Columbia pendant un quart de siècle (1957-1975). Macero fut le producteur des pièces maîtresses de Dave Brubeck, Monk ou Miles Davis, entre autres. On lui doit tout de même In a Silent Way, Get Up With It, Bitches Brew, et bien sûr, le disque de jazz le plus vendu de l’histoire, Kind Of Blue. Teo Macero est décédé à 82 ans à New-York le 19 février dernier.
 
La deuxième perte musicale et humaine de ce mois de février (décidément difficile après le décès de Joe Gibbs) est celle du batteur de renom Buddy Miles, connu pour avoir été le dernier batteur de Jimmy Hendrix, en enregistrant sur le culte Band Of Gypsys. Il fut également le side-man de luxe de Santana, Kiss, Wilson Pickett, Mike Bloomfield, George Clinton (Parliament/Funkadelic). Miles nous a quitté à Austin, Texas le 26 février dernier.