Nouvelle rubrique régulière, voici un aperçu des bonnes galettes du moment, ici panorama de la musique électronique de ces derniers jours et février dans son ensemble. C?est frais, et les chroniques sont derrière les liens?

Les bonnes sorties cd / maxi électro du moment !

Nouvelle rubrique régulière, voici un aperçu des bonnes galettes du moment, ici panorama de la musique électronique de ces derniers jours et février dans son ensemble. C?est frais, et les chroniques sont derrière les liens?

Nouvelle rubrique régulière, voici un aperçu des bonnes galettes du moment, ici panorama de la musique électronique de ces derniers jours et février dans son ensemble. C’est frais, et les chroniques sont derrière le liens…
 
Nouvelle arrivée chez Warp. (Chris) Clark s’abandonne au breakbeat sans concession. Celui qui vous retourne le cerveau, ouvrant en grand les portes des extrêmes tout en restant résolument accessible, en profitant au passage pour dépoussiérer les lois de l’électronique qui décante les oreilles et pulvérise les tympans à coups de kicks énormes et de superpositions de textures. Turning Dragon ou le retour à une musique crue…
 
Habillé par Rob Seger, le père de la bande dessinée pour teenagers gothiques Emily The Strange, Batbox le nouvel opus de Caroline Hervé aka Miss Kittin, donne le ton. Un album plus mainstream et pop que le précédent I.Com, avec des tracks très dépouillés sur lesquels la grenobloise pose sa voix tout de suite identifiable.
 
Luke Solomon repousse les limites, empruntant aussi bien à l’electro du débuts des années 90 qu’aux dernières innovations pumpin’ de ce début de XXIè siècle. Il mélange les styles, avec un goût prononcé pour l’Acid House et la Techno en provenance de Detroit, de manière originale et sans jamais sombrer dans la redite ou le plagiat, en accumulant les strates, à l’image d’un mille feuilles moelleux et savoureux.
 

A travers un exercice des plus périlleux, qui consiste à totalement réécrire des tracks electro pour des instruments traditionnels, Christian Prommer rend un magnifique hommage aux deux courants qui le nourrissent depuis des années, démontrant par la même occasion que la musique électronique, ce n’est pas uniquement des rythmes qui poussent les corps à la danse, mais peuvent aussi être habités par une sacrée dose d’humanité.