DOOM documentary by Clarks Original

Le moins que l’on puisse dire c’est que DOOM se fait rare devant une caméra. À vrai dire, on trouvera difficilement meilleure illustration à l’adage vivons heureux, vivons caché. Mais quand il s’agit de beaux souliers, la bête sort volontiers de sa tanière… En gros, vous voulez vous assoir dix minutes avec Daniel, offres lui des godasses. On fait preuve de mauvais esprit mais c’est pas loin de la vérité. Ça reste un vrai plaisir que de voir évoluer DOOM au sein des vinyles en noir & blanc, ne boudons pas notre plaisir.

Et DOOM n’est pas le seul sortir de sa grotte ces jours-ci, Madlib vient de préciser – attention gros scoop à l’horizon – que Madvillain II était « en bon chemin« . Nothing new under the sun en somme…