Anderson .Paak et Knxwledge forment le duo idéal en tout point. D’un coté un des chanteurs et rappeurs les plus en vue depuis 3 ans, de l’autre un beatmaker dans la pure tradition de J Dilla ; d’un coté la fraicheur d’une jeune (méga)star, de l’autre les beats hip hop aux essences funk et soul d’un producteur prolifique ; d’un coté, la fantaisie extériorisée d’un énorme showman (très appuyée pour cette collaboration), de l’autre l’autisme génial d’un beatmaker ; d’un coté, les chaussures cirées et brillantes, de l’autre des tatanes et une serviette sur la tête.

 

NXWORRIES : ENFIN L'ALBUM "YES LAWD!" EST LÀ !

 

C’est donc une formidable complémentarité qui explique l’efficacité de Nxworries (à prononcer « No Worries »). Au delà de l’amour de la musique, c’est leur enfance respective sous la tutelle de la religion qui a sûrement influencée le titre de l’album « Yes Lawd! », disponible chez Stones Throw depuis le 21 octobre. Pour nous , ce serait plutôt un « Enfin ! » qui serait de mise. En effet, avec un EP en 2015 (« Link Up & Suede ») et une série de clips depuis, les deux artistes ont su nous mettre l’eau à la bouche et créer le manque.

Pour expliquer cette « longue » attente, Anderson .Paak avait évoqué leur difficulté à choisir une playlist définitive tant à chaque fois qu’ils se voyaient, d’autres prods venaient compléter leur escarcelle. Mais ils ont fini par trancher avec 19 tracks. Cela parait énorme mais on peut déplorer la fâcheuse tendance de Knxwledge à produire des instrus dont la longueur flirte en moyenne juste au dessus des deux minutes. Mais malgré cela, l’ensemble des titres sont de haut vol.

À commencer par « Another Time » qui aux dires de .Paak fût le morceau le plus difficile à réaliser pour lui. Il affirme avoir eu beaucoup de mal à chanter sur cette instru soulful. De ce fait, il n’est pas étonnant qu’il le considère comme son préféré de l’album.

 

Los Angeles oblige, on retrouve une influence entre rock californien et new jack swing sur « Scared Money » sur lequel Knxwledge abuse des synthés et .Paak double, triple même sa voix entre chœurs et gimmicks. On ferme les yeux et on retrouve les années dorées de Bobby Brown.

 

Bien que premier extrait révélé très tôt, notamment au sein de l’EP de 2015, « Link Up » restera un de nos morceaux favoris. Le rythme est faussement nonchalant et Anderson .Paak  peut s’amuser sur un des tracks les plus uptempo de l’opus. De son coté, Knxwledge a samplé l’excellent « Onda » du brésilien Cassiano. Un must.

 

Sur « Fkku », titre qui clôture le disque, on retrouve une nu-soul de qualité avec des notes de claviers qui se promènent dans club branché façon Fender Rhodes. Coté paroles, on assiste à deux discours contradictoire entre un femme qui débite des atrocités et le refrain de .Paak qui la couvre d’amour. C’en est presque hilarant. Encore une fois, le morceau est trop court avec à peine deux minutes et onze secondes de plaisir.

 

Dans son traité, « What More Can I Say » contient deux références. La première nous fait penser à du Lee Fields avec un beat soul et des nappes de cuivres et de cordes. La seconde nous renvoi à des samples épiques du Wu Tang Clan qui sont accentués par les cuts fréquents de Knxwledge. L’ensemble est une réussite.

 

« Get Bigger / Do You Luv » a été le dernier extrait avant la sortie officielle de l’album. Un grand coup donné de la part du duo avec finalement un track qui est représentatif de leur apport respectif. Les émotions de .Paak se conjuguent à merveille avec un beat dans la lignée de J Dilla mais avec le découpage propre de Knxwledge.

 

« H.A.N. » pour « Hoe Ass Niggas » est une des nombreuses ballades de l’opus. En fond d’une ambiance très légère, on descelle tout de même un rifle de guitare digne d’un « Liquid Swords » de GZA, en plus atténué bien entendu.

 

A l’instar de « Link Up », « Suede » a été de ces morceaux qui nous ont mis l’eau à la bouche. Et rien que d’y entendre le sample du « The Bottle » de Gil Scott Heron savamment découpé par Knxwledge suffit à notre bonheur.

 

On pourrait continuer à énumérer les 19 pistes du disque mais son homogénéité nous épargne de le faire. Et puis on ne voudrait pas vous gâcher le plaisir de la découverte.

L’attente valait le coup, c’est certain même si on aurait aimé des tracks plus longs et peut être un meilleur équilibre niveau tempo. Deux ou trois titres dansants auraient été les bienvenus car Anderson .Paak excelle dans l’exercice comme il a pu le faire sur son « Am I Wrong » ou sur le « Dang » de Mac Miller. Knxwledge, lui, reste fidèle à lui même avec des samples hautement funk et soul.

Que demander de plus…

 

L’album « Yes Lawd! » est disponible partout, notamment sur Bandcamp et sur le site de Stones Throw Records.

 

NXWORRIES : ENFIN L'ALBUM "YES LAWD!" EST LÀ !

TRACKLISTING :

01. Intro
02. Livvin
03. Wngs
04. Best One
05. What More Can I Say
06. Kutless
07. Lyk Dis
08. Can’t Stop
09. Get Bigger / Do U Luv
10. Khadijah
11. H.A.N.
12. Scared Money
13. Suede
14. Starlite
15. Sidepiece
16. Jodi
17. Link Up
18. Another Time
19. Fkku

Stones Throw Records – Octobre 2016

 

 

Share This