Ils seront réunis au Hasard Ludique à Paris le samedi 2 juin pour la deuxième édition des soirées CLAP. Soulist et Guts, au delà d’une petite ressemblance physique (au niveau de la barbe surtout), partagent la même approche de la musique en imprégnant leur son d’une essence groove à tout épreuve. Le fondateur de What The Funk et moitié de Souleance ainsi que le producteur bienheureux sont véritablement complémentaires et le prouverons le 2 juin.

Et pour l’occasion, Soulist nous propose de retracer la grande carrière de son faux jumeau en 6 titres qui l’ont marqué et qui témoignent de l’œuvre de son partenaire d’un soir.

 

SOULIST RACONTE GUTS EN 6 TITRES

 

En préambule, Soulist a voulu faire table rase de la période Alliance Ethnik dont Guts fût l’un des membres fondateurs et l’un des producteurs. Non pas que ce passé soit à ignorer mais bien qu’il sonna les débuts de « Gutsy », il ne représente pas le brillant parcours en solo de l’artiste ces dernières années.

 

1. « AND THE LIVING IS EASY » (2007)

« Guts Le Bienheureux » fût sans aucun doute l’album fondateur de ce qu’est Guts aujourd’hui. A sa sortie il y a maintenant 11 ans, l’opus fût plutôt confidentiel mais au fil des années, beaucoup le considérèrent comme un modèle de beatmaking sans artifices et qui respecte les samples utilisés. Guts était dans la générosité et dans le partage de sa musique, crédos qu’il a conservé et nourri jusqu’à maintenant. « And The Living Is Easy » (dont le sample est celui du « Summertime » de Billy Stewart)  est un peu l’emblème de cet état d’esprit.

 

2. « I WANT YOU TONIGHT » (2009)

Autre période fondatrice, la naissance de Pura Vida, le label et la fusion artistique qu’a Guts avec l’illustrateur – peintre – street artiste Mambo (ils sortiront ensemble les fameuses compilations « Beach Diggin' »). A partir de cette époque, dessin et musique ne font qu’un. Le logo du projet donnera la charte à tous les artworks de Guts. L’album « Freedom » sorti en 2009 et Soulist en retiendra surtout ce morceau.

 

3. « MAN FUNK » FEAT. LERON THOMAS (2014)

Petit saut dans le temps dans un passé un peu plus récent. L’album « Hip Hop After All » est considéré pour beaucoup comme un des meilleurs album de Guts. Un retour à la production avec et pour les autres artistes qui participent au disque et qui l’a poussé à un travail collaboratif et organique intensif. « Man Funk » contient la participation d’un autre artiste de son label Heavenly Sweetness, Leron Thomas que Guts réinvitera plusieurs fois.

 

4. « DIRTY OTTER » (2016)

Pour « Eternal » (dernier en date), Guts a à ses cotés le live band optimal (dont font partie Leron Thomas, Florian Pellissier ou encore Mr Gib de La Fine Equipe) pour concevoir l’album qui lui ressemble le plus jusqu’à maintenant. Les explorations sonores d’une grande finesse et d’une précision d’orfèvre sont mises en valeur par la présence de guests moins nombreux et récurrents dans la playlist. « Dirty Otter » en est l’un des meilleurs morceaux.

 

5. « DRUMMER’S DELIGHT » (2017)

Quand on a un groupe composé de membres disséminés à travers le monde et par ailleurs occupés avec leurs propres parcours, c’est compliqué de réunir tout le monde à des instants voulus. C’est de ce constat que le live band s’est mué en une formation à géométrie variable recrutant de nouveaux soldats en les personnes de Beat AssailantWolfgang Volburn et Mary May. Le mini-album « Stop The Violence » est pour ainsi dire leur carte de visite.

 

6. « BRAND NEW REVOLUTION » (2012)

« Paradise For All » fût la première release de Guts sur le label Heavenly Sweetness. Pour cette première, il avait ramené un peu de l’humeur hétéroclite et ensoleillé de Ibiza où il vit depuis des années. « Brand New Revolution » est l’un des tubes du producteur et personne ne pourra le contester.

 

 

Évidemment, on ne peut pas résumer la carrière de Guts en quelques morceaux, d’autant plus que tout bon beatmaker prolifique qu’il est, on ne compte pas tous ses remixes, ses édits, ses featurings ou encore son travail d’éducation des enfants à la musique (il avait récemment invité des kids à venir rejouer ses morceaux sur la scène du New Morning).

Et si jamais vous vous êtes cachés dans une grotte ces 10 dernières années, n’hésitez pas à commencer par consulter le catalogue des productions de Guts chez Heavenly Sweetness.

 

Mais avant, rien de mieux que de venir le voir sur scène le samedi 2 juin au Hasard Ludique à Paris.

SOULIST RACONTE GUTS EN 6 TITRES

 

 

Share This