IVVVO

Une courte interview suivie du mix exclusif d'IVVVO réalisé pour 90bpm.


 

Ton visage est souvent caché, tu n'apparais que très peu dans les médias et sembles vouloir entretenir un certain mystère autour de toi. Alors ? Qui es-tu IVVVO ?

Je suis juste IVVVO. Tu sais, tout ce mystère n'est pas très réfléchi, ça arrive naturellement… J'imagine que je suis discret de nature. 

 
 

Mais tout ce mystère, ça n'est pas le moyen d'échapper à une certaine pression? Te protéger pour créer tranquillement ?

Pas du tout.

 
 

Comment est la scène au Portugal ? De ce que j'en sais, beaucoup écoutent de la chouette musique mais peu produisent finalement.

Dans les faits, nous avons de bons producteurs ici mais il nous manque un culte électronique, un passé, donc nous n'avons aucune scène.

 
 

C'est pour ça que tu as signé sur des labels Viennois : Moun10 and Opal Tapes?

Complétement. J'essaie de trouver le meilleur pour ma musique.

 
 

C'était quoi l'ambition avec ce premier album ? Tu voulais trouver une expérience sensorielle globale, quelque chose d'intense ?

Il faut beaucoup d'écoutes avant que tu ressentes ça dans ma musique mais oui, dans un sens, c'est ça. Je conçois la musique comme des maths, c'est comme ça que j'ai trouvé ma place dans la musique, ça a été mon point de départ.

 

 

J'ai appris que tu avais une formation de pianiste classique. Tu sens toujours un impact dans ta façon actuelle de produire ?

Ça m'aide mais honnêtement je pourrais arriver au même résultat sans. La plupart des producteurs ne l'ont jamais eu. Tout est dans la recherche, ce que tu ressens et ta capacité à placer ce ressenti dans ta musique.

 
 

À l'écoute de tes deux albums, j'ai quand même le sentiment que Tri-Angle est une grosse inspiration pour toi. Tu aimerais signer là-bas ?

Non pas vraiment. J'aime vraiment quelques-unes de leur sorties mais c'est loin d'être une inspiration pour moi.

 
 
 

Pourtant tu me rappelles Holy Other ou Vessel par certains aspects. Les deux ont pour habitudes de dire qu'ils n'écoutent rien lorsqu'ils composent pour purifier leurs productions. Tu es de cet avis ?

Comme la plupart des gens, j'ai cinq sens et ils m'influencent tous, pas juste l'ouïe.

 
 

Pour finir, comment l'idée t'est venue d'écrire avec un titre pareil "The Most Beautiful Vagina In The Club" ? C'est une love song ?

Je n'écris plus de chansons consacrées à des individus. C'est vraiment difficile à réaliser. Celle-ci concerne une situation bien précise dont je ne me rappelle plus.



Le lire c'est une chose, l'écouter en est une autre. On préfère IVVVO lorsqu'il produit ou mixe et ça tombe bien, il a réalisé un mix pour nous :