[SON] PLAYLIST DE L’INVESTITURE DE JOE BIDEN : MF DOOM, ODDISEE, MAC MILLER, KOTA THE FRIEND…

 

 

 

UNE SÉLECTION MAJORITAIREMENT CONSTITUÉE DE MUSIQUES AFRO-AMÉRICAINES (L’IMPULSION GROOVE DE JOE BIDEN SUREMENT) QUI EST EN RUPTURE AVEC DONALD TRUMP. CE N’ÉTAIT PAS DIFFICILE EN MÊME TEMPS…

 

La cérémonie d’investiture du nouveau Président des États-Unis Joe Biden et de sa Vice – Présidente Kamala Harris, aura bien lieu le mercredi 20 janvier. Et ce malgré l’absence de Donald Trump dont on sait qu’il quittera Washington quelques heures avant l’événement pour aller s’installer dans sa villa de Mar-a-Lago en Floride. Malgré surtout les risques de débordements, peut-être armés, annoncés par les groupes d’extrême droite américains dans la continuité de l’insurrection au Capitole d’il y a quelques jours.

La capitale des États-Unis s’y prépare avec le déploiement de 21 000 soldats et l’installation de barricades sur tous les axes stratégiques de la ville. Les autorités ont d’ailleurs conseillé à la population de ne pas s’aventurer en centre ville ce jour-là et de privilégier un visionnage de l’investiture à la maison. La cérémonie sera de son coté écourtée et hautement sécurisée.

Bien que la tension soit au climax, Biden et Harris entendent bien marquer leur prise de pouvoir avec un événement qui est déjà unique du fait de la crise sanitaire accrue dans le pays. Cela passe par le maintien de la cérémonie d’investiture solennelle et la diffusion en prime-time le jour même d’une émission spéciale dans laquelle se produiront plusieurs artistes comme Bruce Springsteen, John Legend et les Foo Fighters. La playlist officielle que vient de divulguer l’équipe d’investiture va aussi dans ce sens.

Avec la collaboration de Raedio, le label de Issa Rae, et de D-Nice, le choix s’est fait dans la lancée d’une campagne électorale sous le signe du changement et de l’ouverture (rappelons que Kamal Harris sera la première femme noire de l’histoire à accéder à un si haut poste) mais aussi au lendemain d’une année émaillée par les violences policières et autres actes racistes qui avaient remis au premier plan le mouvement Black Lives Matter, les 46 chansons de la playlist (pour signifier que Biden est le 46ème Président américain) oscillent toujours entre classiques et modernité, tout en étant bien-sur en rupture avec celle de Trump (qui avait eu quelques difficultés à obtenir l’autorisation de certains artistes qui ne partageaient pas ses valeurs) mais en lien avec celles de Barack Obama en son temps.

Parmi les classiques, on retrouve du Bruce Springsteen (« We Take Care Of Our Own), du Hall & Oates (« You Make My Dreams Come True »), du Led Zepplin (« Fool In The Rain »), du Steely Dan (« Do It Again »), du Stevie Wonder (« Uptight (Everythin’s Is Alright) »), du Bill Withers (« Lovely Day ») ou encore du Doobie Brothers (« What A Fool Believe »).

Mais plus surprenant, ou plutôt inattendu, on retrouve des artistes beaucoup moins mainstream, même underground. C’est le cas de MF Doom (« Coffin Nails ») auquel ils ont surement voulu rendre hommage (alors que du temps de l’administration Obama l’artiste avait été persona non grata sur le territoire américain), de Kota The Friend (« Lupita’s Interlude ») qui ne fait encore que de toutes petites salles quand il vient en France, de Mac Miller (« Blue World ») dont l’anniversaire posthume aura eu lieu la veille de la cérémonie ou encore de Oddisee (avec le beau « That’s Love ») né à Washington mais qui a plus de succès en Europe que dans son propre pays.

Que ce soit par opportunisme, récupération politique (pas trop difficile après 4 ans de Trump) ou par pure kiff, cette playlist est en rupture avec le passé. A noter qu’elle est composée de musiques afro-américaine dans sa majorité et ne contient pas de country, musique dominante aux États-Unis mais surement jugée trop conservatrice. Nous ça nous va…

Chez nous, Emmanuel Macron avait choisi de la musique classique pour son investiture en 2017. Il avait aussi invité la techno de Kiddy Smile à l’Elysée. Mais comme il est aussi fan de Johnny Halliday, Francis Cabrel et de Christine and the Queens, on n’est pas prêts d’avoir ne ce serait-ce que du Oxmo ou du IAM, du moins officiellement.