À CETTE ÉTERNELLE QUESTION, D’ DE KABAL A CHOISI DE RÉPONDRE AVEC LA FRANCHISE QU’ON LUI CONNAIT À TRAVERS SON NOUVEAU MORCEAU.

 

 

Question qui s’est plus que jamais posée ces derniers temps et à tous les niveaux avec des cas comme Roman Polanski, Bertrand Cantat et surtout l’écrivain Gabriel Matzneff, accusé de pédophilie par Vanessa Springora à travers son livre « Le Consentement ». Une question qui ne date certainement pas d’hier et principalement dans la musique. Les James Brown et autres Ike Turner se sont vu reconnaitre leur génie artistique mais étaient réputés pour être des ordures. Pourtant, cela ne les a pas empêché de devenir des icônes.

La question est de savoir si nous pouvons ou devons continuer à plébisciter un artiste ou encore un sportif alors que sa personnalité est controversée. En ce qui nous concerne, on a choisi de boycotter Kanye West car nous pensons que c’est un crétin. Mais nous savons que c’est plus compliqué qu’il n’y parait. Si une partie de l’opinion publique a tranché sur certains cas comme Cantat qui n’arrive pas à remonter sur scène depuis sa remise en liberté il y a quelques années, ce serait plutôt du coté de l »entertainment que cela pose problème. Par exemple, un Polanski ou un Matzneff semble être ménagé, voire protégé par ses paires et une frange des médias.

C’est cette hypocrisie que dénonce D’ de Kabal sur « SÉPARER L’hOMME DE L’aRTISTE ». Une hypocrisie qui va non seulement protéger les puissants mais dont les règles ne concernent surtout pas les rappeurs (« Ils séparent l’homme de l’artiste tant que l’artiste n’est pas rappeur. »). Lui ne choisit pas et considère que ni l’artiste ni son œuvre ne sont à choyer. Vous remarquerez d’ailleurs les minuscules sur les mots « hOMME » et « aRTISTE ».

A noter que le titre fera partie du nouvel album prévu pour le printemps.