C’EST FOU COMME LA MUSIQUE DE JACK HARLOW EST REPRÉSENTATIVE DE SON ÉVOLUTION EN TANT QUE JEUNE HOMME. SA MUSIQUE AUSSI A ÉVOLUÉE.

 

 

Il est encore très jeune et vient d’atteindre cette année la majorité légale pour acheter de l’alcool. Mais à 21 ans, Jack Harlow a déjà une carrière très correcte avec un début vers 1995 et la remarquée mixtape « Loose » il y a tout juste un an. Depuis, il a fait pas mal de scène, notamment en Europe cet été et il va même en commencer une nouvelle dès octobre dans son pays.

Originaire de Louisville dans le Kentucky, Harlow a toujours simplement décrit la vie des jeunes de ce bled, classé tout de même à la 27ème position en nombre d’habitants aux États-Unis, qui n’est guère connu que pour être le fief d’une célèbre chaine de fast-food de poulet frit, et sûrement pas au niveau du rap.

Harlow a grandit là-bas et y vit encore. Ses textes sont remplis du temps à tuer d’un jeune comme lui et ses potes qui font la navette entre leur quartier et le centre le plus animé de la ville, un centre commercial, un bowling, un cinéma et une patinoire. Cette patinoire où il a tourné le clip de « Thu The Night » dans lequel on retrouve Bryson Tiller, plus âgé mais ayant aussi arpenté les mêmes endroits à Louisville. Ensemble ils décrivent ce genre de rendez-vous pendant lesquels ça se tourne autour (en rollers) chaque week-end. Harlow enlève ses lunettes de premier de la classe (et parait plus mature subitement) et s’habille de sa plus belle tenue. Une adolescence de galériens qu’on a tous connu.

La vidéo se divise en deux parties, la première entrainante pour rouler et la seconde un peu plus lourde lorsque la nuit est tombée et que tout le monde se retrouve sur le parking.

 

Le single « Thru The Night » est en streaming.