Son album « Nuit » (sorti en septembre dernier) nous avait conduit à suivre Jazzy Bazz dans les phases d’une de ses nuits dans lesquelles se succèdent émotions, créativité ou encore doutes. Les péripéties du rappeur parisien se terminaient vers 5h du matin où l’être aimé revenait dans les pensées noyées dans l’ivresse, la défonce et la mélancolie. Un état second qui nous fait pousser des ailes et nous donne l’envie irrépressible de l’appeler pour tout lui balancer.

Le clip de « Cinq Heures du Matin » est tout à fait conforme à ce qu’on imaginait en termes d’imagerie pour ce morceau qui clôturait logiquement l’album. L’appel, la fin de nuit en boite, l’errance dans les rues au crépuscule bouteille à la main, les regrets qui s’accumulent, les visions obsessionnelles, tout cela dans un état de flottement aussi pesant que libératoire.

Une imagerie encore bien exécutée par Dijor Smith qui nous offre des tableaux où l’on voit Jazzy Bazz en figurine inerte au milieu de décors réalistes ou imaginaires. Le passage hallucinatoire entre nuit et jour, entre ombre et lumière.

 

L’album « Nuit » est toujours disponible sur l’ensemble des plateformes de streaming et de téléchargement légal.

 

N’hésitez pas à redécouvrir l’album grâce à notre chronique :