Dans un élan de contestation contre le pouvoir établi et les brutalités policières aux États-Unis, on ne peut ignorer les positions de Brother Ali tout au long de sa carrière. On se souvient que ses paroles critiques envers le gouvernement lui avaient valu quelques problèmes, notamment en 2007 avec le titre « Uncle Sam Goddamn » à l’issu duquel les politiques étaient montés au créneau et un sponsor s’était retiré.

Mais Brother Ali est loin d’être un rappeur haineux, bien au contraire. Albinos, converti à l’Islam et issu d’une famille blanche, il est mieux placé que quiconque pour analyser les maux de notre temps avec le recul que lui procure le regard des autres et ses détracteurs qui le taxe de mauvais américain.

Cette image, le rappeur en a pleinement conscience, sans jamais se renier. C’est en partie le point central de « Sensitive » qu’il nous propose aujourd’hui. Le morceau est résolument apaisé et traite des hauts et des bas de tout artiste. Ali nous apprend que le track a été enregistré à un moment de vache maigre pour lui en termes de créativité. Moment qui coïncidait aussi à quelques problèmes de voix. Moment enfin, où il s’était rendu compte qu’il avait peut-être trop aliéné son auditoire avec ses prises de position.

Du coup, et avant de commencer une nouvelle tournée dans son pays, cette auto-production, qui ne donne aucune info sur un éventuel nouvel album, vient délivrer une thématique que Brother Ali sait traiter : la vie.

 

« Sensitive » est disponible en digital mais aussi en 45 tours en édition limitée sur le site de Fifth Element.

 

« SENSITIVE » DE BROTHER ALI : LES HAUTS ET LES BAS D’UN ARTISTE

 

 

Share This