Elle a beau être née dans un milieu artistique plutôt aisé, il n’en fallait pas plus pour que Neneh Cherry réagisse à son tour au nouveau drame des migrants de ces dernières années. De la scène post-punk de ses débuts à l’âge doré du trip hop en passant par le jazz, la chanteuse suédoise de 54 ans s’est toujours exprimé contre la guerre et les injustices de notre monde. Après « Blank Project » il y a 4 ans (premier album depuis 18 ans à l’époque), elle s’apprête à revenir sur le devant de la scène avec un nouvel opus prévu pour l’automne.

« Kong » annonce peut-être la couleur d’un disque qui se voudra militant. Neneh Cherry y retrace l’histoire du colonialisme de l’Europe du nord et dénonce la crise migratoire actuelle grâce à une mélodie simple mais profonde. Le titre est produit par les collaborateurs de longue date Four Tet et 3D de Massive Attack. Cherry a aussi fait appel à Jenn Nkiru pour réaliser son clip. Cette dernière a le vent en poupe avec son interventions sur les visuels du clip « Apeshit » de Jay Z et Beyonce. Elle est aussi une des locomotive d’une esthétique nouvelle dans la communauté noire. Par exemple, les tâches sur le corps Neneh Cherry peuvent être traduites à la fois comme les souillures d’un exode mais aussi comme les étoiles de l’espoir d’une vie meilleure.

Neneh Cherry sera en concert dès la rentrée le 26 septembre au Café de la Danse.

 

Le single « Kong » est disponible dans toutes les bonnes crémeries.

 

LE COLONIALISME ET LA CRISE MIGRATOIRE AU CENTRE DU « KONG » DE NENEH CHERRY

 

 

Share This