Nœud papillon, queue de pie, chef d’orchestre, tout est prêt pour que l’orchestre philharmonique commence à jouer. Mais à la place des violons, clarinettes et autres timpanis, ce sont des platines, des tables de mixage et des vinyles que sortent les musiciens. L’orchestre est composé uniquement de turntablists. 31 exactement, tous réunis par la marque Technics à l’occasion du « Record Day » au Japon. Cette année, les nippons fêtaient le 70ème anniversaire de la première galette pressée en 1948.

Depuis des années, on sait que les platinistes sont capables de prouesses techniques pour faire ressortir des sons de leurs machines à base de disques. Que ce soit tous seuls ou à plusieurs. Tout au long des années, certains ont même prouvé qu’ils n’avaient rien à envier aux musiciens utilisant des instruments plus conventionnels. Mais ce n’est pas dans cet article qu’on va refaire le monde.

Qu’ils soient 4 ou plus, voir beaucoup plus, on a bien assimilé le concept et finalement ce n’est pas la trentaine de DJs présents pour le projet qui nous impressionne le plus. Bien que cela reste bluffant, d’autant plus qu’on y trouve quelques ténors ayant remporté le championnat du monde DMC (Kentaro, QBert ou encore Switch).

Non, nous on s’est focalisé sur la partition qui n’a pas été choisie par hasard puisque le « Concerto pour violon en mi mineur » de Felix Mendelssohn Bartholdyt justement le premier disque vinyle édité en 48. Une véritable prouesse de la part de chaque turntablist qui s’était vu remettre trois disques avec des échantillons différents de l’œuvre (qu’ils ont joué expressément sur le modèle intemporel de SL-1200). Il aura fallu 3 jours à l’orchestre pour préparer les 3 minutes de la vidéo (le concerto dure environ 30 minutes à l’origine).

A l’image des ce qui s’est déjà fait dans le rock avec par exemple des centaines de guitaristes ou de batteurs rejouant tous ensemble un morceau culte, le Philharmonic Turntable Orchestra a prouvé qu’on pouvait faire quelque chose d’intéressant à 30. Rien ne dit que l’idée n’ait pas trotté dans la tête de certains pour nous pondre d’autres projets musicaux du même calibre.

Cela nécessite néanmoins du travail. Preuve en est sur la vidéo « Behind The Scene » qui accompagnait la prestation.

 

 

 

Share This