Cris Prolific avait marqué les esprits avec son premier album « Art/Money (Harmony) » sorti en 2010 chez 45 Scientific. Le producteur Français d’origine Antillaise, Africaine et Capverdienne, qui vit depuis des années à Bruxelles, s’était entouré d’emblée de all-stars du hip hop comme Illa J, Large Professor, Guilty Simpson, Black Milk, Wildchild ou encore Pharoah Monch (la liste est en vérité encore plus longue). Le résultat était brillant et l’univers visuel de l’opus était magnifique. Bref, une réalisation qui le plaçait définitivement parmi les beatmakers les plus en vue du moment.

 

CRIS PROLIFIC : DA LOVELUTION TOUJOURS EN MARCHE

 

Dès 2013, il avait tout naturellement annoncé la sortie imminente d’un second volume avec encore plus de surprises. De quoi affoler l’imagination des fans que nous sommes. Cris Prolific avait même introduit son nouveau projet, son nouveau concept… non… sa nouvelle philosophie sous le nom de « Da Lovelution ». Cette pensée tourne autour de l’amour de la création, celle qui nous fait vivre, nous fait survivre, nous fait exister tout simplement. Une notion créative valable pour tous les métiers, toutes les activités, toutes les passions. La sienne, c’est la musique.

Mais il y a des aléas dans la vie, qui ne se passe jamais comme prévu. Malgré des prods et remixes (officiels) partagés de-ci de-là (mais fort heureusement avec la création de ses concerts « Da Bluefunk District » à Bruxelles), l’artiste se fait attendre et disparait presque de la toile pendant un long moment. Bien sûr, il arrive régulièrement à sortir la tête de la brume en nous laissant des messages poignants et ponctués à chaque fois de cette phrase devenue sa signature, son totem : « Da Lovelution Ain’t Stoppin' ».

 

 

C’est en milieu d’année dernière que ces messages sont devenus plus précis à propos de son retour dans le game. Durant quelques mois, il nous expliquait alors que grâce notamment à ses proches et à sa passion indéfectible pour la musique, il allait concrétiser ce qu’il nous promettait depuis des lustres. Il nous annonçait également une nouvelle ère qui allait l’amener à penser autrement sa musique. De plus, il se peut que les attentats de Paris et de Bruxelles l’avaient définitivement convaincu de passer aux choses sérieuses tout en donnant encore plus de sens à sa « Lovelution ».

Il y a quelques jours, Cris Prolific nous a offert en écoute un tout nouveau morceau (sans titre) qui sonne sûrement son véritable retour. La prod se compose de deux parties. On retrouve Georgia Anne Muldrow et Dudley Perkins dans la première, et Slum Village, Rosewood 2055 et Finale dans la seconde.

Le titre, signé sur label Norvégien So Real International, est une belle promesse d’un album à venir. C’est également celle du retour d’un producteur génial. Peu importe l’attente pourvu qu’elle coïncide avec ses envies, ses inspirations, ses aspirations, sa force et son courage. Welcome back Cris Prolific !

 

CRIS PROLIFIC : DA LOVELUTION TOUJOURS EN MARCHE

 

 

 

Share This