Tout pourrait commencer comme une mauvaise blague d'école primaire. Mungo Park, c'est un Français, un Camerounais et un Américain qui, en l'espace de deux singles "Roller Coaster" et l'excellentissime "Pilgrim", sont devenus un des projets les plus excitants de nos contrés. Formé à Paris et descendants directs d'Animal Collective ou Gang Gang Dance, Mungo Park resitue la capitale aux alentours de Brooklyn.

 

Mais alors Messieurs, nous qui ne vous connaissons encore que très peu, quels sont les dix albums qui ont bouleversés vos existences?

 
1.Concerto pour piano en Sol, de Maurice Ravel

C'est l'oeuvre qui m'a tenue la main lors d'un hiver solitaire montréalais. Chaque fois que le 2ème mouvement se met à jouer, impossible de se concentrer sur autre chose jusqu'à la fin. (Pierre)


 

2.
Original Pirate Material, de The Streets

Le disque qui m'a fait tendre vers l'ouverture rock. L'homme qui m'a fait découvrir ce disque m'a aussi fait découvrir, Surfer Rosa des Pixies et Violent Femmes. J'avais 17 ans, Une période où la musique m'émerveillait et me donnait envie de toujours en savoir plus. (Fred)



3.F#A#, de Godspeed You Black Emperor

Le meilleur disque pour voyager quand on n'en a pas les moyens : Trois morceaux fleuves, sans logiques apparentes, mélodiques, violents ; l’album qui laisse penser que tout est possible et permis en musique. (Quentin)



4.L'oiseau de feu, d'Igor Stravinsky

Cette pièce m'a initiée à une approche de la composition que j'adore. Faire preuve d'une grande liberté dans les arrangements et dans les jeux rythmiques tout en conservant des mélodies simples que l'on pourrait siffloter en se promenant n'importe où. (P)



5.Concerto pour violon en ré majeur op. 35, de Tchaïkovski (par Patricia Kopatchinskaja)

J'aime depuis des années cette pièce, mais en entendant l'interprétation de cette violoniste, j'ai pour la première fois entendu le violon comme une voix, comme si il faisait partie intégrante du corps du musicien. Je n'écoute plus le violon de la même manière dorénavant. (P)




6.Percussions, de Serge Gainsbourg

C'est LE disque qui m'a ouvert l'oreille au français, celui qui m'a fait remettre mes systèmes de valeurs en question. Les rythmes chaloupés et naturels couplés à une voix détachée. J'ai adoré et les chansons sont simples et superbement écrites à la fois. (F)



7.Pornography, de the Cure

C’est mon grand frère qui m’a fait découvrir cet album quand j’étais ado (en même temps que Gainsbourg, Pixies, Blur, Eels) et c’était magique. C’est fort de faire de la musique sans réelles mélodies. (Q)



8.Relationship of Command, d’At the drive in

L’album que j’ai écouté toute mon année de terminal, et les années suivantes. (Q)



9.Third, de Portishead

C'est l'album que j'écoutais en boucle à 21ans, ça a duré 6 mois et impossible de mettre l'oreille sur un autre disque. Il représente mon passage "adulte", mon émancipation. Et le mal être d'une période difficile. (F)



10.Doolitle, des Pixies

L’album qui nous met tout les trois autant d’accord.



Bonus Track :

 

Selon vous, quel est le titre fait pour conduire ?

 

What’s so different (de Ginuwine) / Last stop this town (de Eels)




Est-ce que vous avez un plaisir coupable?

 

Le Youki (de Richard Gotainer)



Et parce qu'on l'écoute en boucle, voici Pilgrim de Mungo Park :


Mungo Park sera en concert ce soir au Point Ephémère avec Kakkmaddafakka.