Earl est un nom qui résonne pour quiconque a vécu ou vit à Paris et s’est à un moment intéressé au graffiti. Il a aujourd’hui acquis le statut respecté d’ancien sans jamais s’être retiré de la scène. 90BPM est allé à la rencontre de ce personnage singulier pour qu’il nous conte quelques morceaux de son histoire.

Quand as-tu fais ton apparition en tant que Earl ?
Mon premier vrai tag Earl date fin 80. C’est mon véritable point de départ pour le graffiti comme on l’entend en général et non plus les tags gribouillages de gamin. J’ai tout de suite commencé avec les gens avec qui je suis encore aujourd’hui: Honet, Aye, BDB et très vite Nascio. C’était l’âge béni", nous faisions du tags et du métro, et beacoup de toits…
Et puis en 92 j’ai eu un accident: station Saint-Jacques, un saut de rail, je me suis cassé la gueule, le troisième rail, électrocution à 750 volts….  Malgré tout, j’ai eu de la chance, j’aurais pu y rester. Encore une fois c’était la station Saint-Jacques, il y a peut-être eu quelque chose de mystique qui m’a préservé ! Après ça je me suis dit autant aller jusqu’au bout et je n’ai pas arrêté… Je suis devenu une vraie tête brûlée, au sens propre comme au figuré.

Et les VAD, quand est-ce venu ?
On a créé les VAD tout de suite avec Aye et BDB. A l’époque, nous étions jeunes, nous avons monté notre propre petit bordel histoire de ne sucer personne. Nous avons cherché un truc différent, une phrase forte, un peu hors contexte. Nous ne voulions pas de "on nique tout". Du coup c’est devenu VAD pour Va Au Diable. En 92 nous avons eu une connexion avec les DKA via Neac. Avec Saer, Honet, Nascio, et Adrie (REP), nous sommes allés à quelques rendez-vous à Nanterre avec eux. En dehors des VAD et des DKA, je fais aussi partie des TW, 666, MB et des JNC.

Tu es connu pour avoir un style très basique et régressif, à quoi est-ce dû ?
Je suis un tagueur, c’est ce que j’aime particulièrement. Concernant mon style à proprement dit, j’ai commencé comme ça et je finirai d’ailleurs probablement comme ça. J’ai toujours peins pour moi et n’ai jamais eu vraiment le temps pour les terrains. C’est comme les figures de skate, je sais rentrer quelques trucs et je me débrouille avec. En revanche j’apprécie divers styles, même si c’est très éloigné de moi. Pour être honnête, je préfère mes potes, même si c’est moche ou crade. Je ne regarde que très peu tout ce qui est nouvelle école, ça ne m’intéresse pas.

Aujourd’hui, où en es-tu avec le graffiti ?

Bon aujourd’hui j’ai la trentaine, je commence à calmer le délire. A force d’accumulation de conneries, c’est plus tout à fait le même enjeu si je finis ma nuit au poste.
En parallèle du graffiti, j’ai toujours fait de la céramique et depuis tout petit. Le graffiti m’a apporté un nom. Je fais aujourd’hui, je crois, parti de l’histoire de la scène parisienne. Je n’ai pas fait mille trucs, mais mon nom et mon histoire sont connus. Donc je garde cette signature pour mon travail perso. J’ai développé des monstres et des super héros déglingués, un bestiaire infernale en quelque sorte. Le style des mes monstres vient de mon style de dessin.

Je ne suis pas dans une direction de designer toys bien propret. J’ai fait quelques expos plus jeune et vers 2004 j’étais associé au concept Lux Market. Ça m’a apporté de la visibilité, des contacts et surtout de l’assurance pour montrer mon travail. Aujourd’hui je suis affilié au collectif du 115.Mais je démarche en solo

Tu te montres aussi beaucoup sur le web…
En tant que plasticien, j’ai besoin d’une vitrine. Internet c’est le seul moyen à disposition pour exister quand on est seul. 6 ans après mon tout premier site je commence  à intéresser la presse. D’un côté j’ai mon site qui me sert de carte de visite . Pendant 4 ans j’ai fait des collages graphiques dans des carnets. J’ai finit par en avoir raz le bol et je suis passé au numérique. J’ai ouvert le Fotolog Boorka. Je crée une image par jour, je suis régulièrement banni, mais je recommence toujours !

Pour remédier à ça, je suis en train de préparer un site dédié à ça. Je cherche à pousser mes créas le plus possible, quelles qu’elles soient. Mais le web n’est pas une finalité, les expos oui. Je veux montrer au maximum l’ensemble de mon travail, que ce soient mes diverses illustrations ou mes céramiques.

Propos recueillis par Thibault pour 90BPM

Voir les travaux de Earl.

Earl tient à adresser une pensée particulière à: Aye, Beedi, HNT, Stak, Adrie (RIP), Septo, Spher, Hoctez, Mey, Hobsay, Chrom, Aine,Saer ,Reno & Nise, Abou, Legz, Nassyo & Bugz, Fars, Turs, Dacia, Jouet & Sex, Sarze, La Jano, Taylor, Shone, Soper & Dream , Lil’ Mike, Turn, Soda, Revo, Mikoss, Leek, Snir, Knif, Sucre, Gues, Mest, Drys, Tyran.Bebez,Mir… VAD TW DKA 666 MB AMS JNC… 75015