Deuxième partie de cette interview homologuée marathon. Un but de l’espagne à la télé dans le bar où l’on discute…Même pas. L’interview suit son cours. Xanax n’est pas revenu, mais les déclarations fusent quand même: l’humour et le rap, les concerts et les cons, la collusion aux Etats-Unis, l’enfance de Baste, le départ de Pone, le futur Klub des 7, Mickael Youn, les ventes de disques et un Svink en pleine forme.

SUITE DE LA 1ERE PARTIE

 
90bpm : Héhé, ok. Pour revenir à la question. J’imagine vous écrivez aussi pour vous marrer…
 
Baste : Nan, on écrit pour que ça pète…
 
Nikus : Oui, c’est vrai, quand t’as une phase qui est drôle, un peu absurde, c’est ce qu’il y a de mieux, mais on écrit pour rapper et… (l’Espagne marque un but…La télévision du bar du 10ème arrondissement crache, on s’arrête quelques secondes).
 
90bpm : Y’a d’autres trucs qui vous font marrer ou pas?
 
Baste : Honnêtement pas tellement, c’est pas ce qu’on recherche particulièrement dans la musique…Tu parlais de musique là ?
 
90bpm : Ouais, ouais, sans parler de « recherche » forcément, juste tomber sur un truc qui t’as fait rire…
 
Nikus : Oui, par exemple quand Gnarls Barkley vont sur scène et qu’à chaque fois il font un nouveau décor et des nouveaux costumes, là c’est fort…
 
Baste : Ouais, y’a eu des gars…des Redman / Methodman, des gars comme Eminem, tu peux pas enlever qu’ils ont fait des trucs super forts. Mais c’était autant dans le sens du détail, c’était pas toujours des trucs drôles d’ailleurs, qui marchaient le mieux…
 
90bpm : Souvent du cynisme et de l’exagération
 
Baste : Y’a un morceau où il raconte qu’il donne des champignons à une meuf, et qu’elle se fait un malaise, c’est tellement bien raconté avec le sens du détail, que ça déchire… En fait, nous on aime pas trop (Il s’arrête). Souvent on nous dit « Ouais Svinkels c’est du rap potache », nous on aime pas trop l’esprit Patrick Sébastien, c’est juste que quand on le fait, on l’fait pas exprès si tu veux, ça nous dépasse… On fait un truc sur les travelos, genre Tout Nu Yo, c’est pas fait pour faire du Patrick Sébastien en rap….C’était pas la volonté au départ de faire des trucs drôles, marrants… Moi ça me fait pas forcément marrer les trucs drôles. Je préfère une bonne phase de Redman qui dit « T’as fait une battle avec moi, t’as gagné et tu t’es réveillé », qu’un truc comique…(Baste répond à son téléphone qui sonne).
90bpm (à Nikus) : …Pas de nouvelles de Xanax ?
 
Nikus : Ah bah non là c’est fini….Il a disparu là, vraiment.
 
90bpm : On va continuer tous les deux si tu veux bien.. Y’a vraiment des mecs qui vous ont demandé des prix chômeurs pour les T-Shirts sur des concerts, en référence au morceau C’est des Cons ?
 
Nikus : Ouais, ouais, ouais, la plupart du texte ça vient d’anecdotes de tournées… Genre y’en a même qu’on a pas mis dans le texte, mais on a eu des trucs du style « Mais pourquoi ils jouent pas que Le Punk ? » ou « DJ Pone il mixe avec un bouton, ils chantent en playback, c’est pas possible autrement ; tu m’vends la moitié d’une casquette, j’ai que 10 euros ? »… Héhé. Les mecs ont une sacré dose d’alcool et une sacrée dose d’humour aussi. Parfois t’as des trucs assez aberrants, voir comment le public perçoit ce que tu fais, c’est assez surprenant. Donc, Le Public C’est Des Cons c’était devenu une vanne, parce qu’un soir tu te dis le public il a pas compris cette chanson sur ce set là, et le lendemain il l’a compris, et donc après tu te poses des questions dans le camion, est-ce que celle là on la vire ou pas du set ?…etc, est-ce qu’elle est bien placé ou pas. Tu te remets en question parce qu’un mec t’as dit que ça sonnait mal etc… Donc à la fin on s’est dit : « Nan on va arrêter de les écouter, le public, c’est des cons, héhé ».
 
Baste (Revenu) : Mais c’est marrant cette question sur l’humeur, parce que d’un côté on aime bien faire ça…mais…(Il s’arrête). Même en terme d’humour, de comiques, y’a pas beaucoup de trucs qui nous font marrer. En fait quand tu regardes la scène française, ce qui se passe en ce moment, y’a quand même beaucoup de gars, mais pas beaucoup qui sont…forts, vraiment balèzes…
 
90bpm : Et chez les ricains ?
 
Baste : Je connais pas très bien. Bon après y’a des Dave Chappelle etc…C’est mortel, mais après c’est différent, c’est… c’est culturel. Moi je trouve ça super louable que Jamel il ait essayé de faire le truc de Stand Up, mais après au résultat, c’est quand même ultra inégal. Je respecte, sont des gars cool…Moi la dernière fois, y’a Foresti qui m’a fait marrer sur son spectacle, alors qu’à la télé j’ai trouvé ça pathétique….C’est assez bizarre, l’humour c’est compliqué. Et après en musique c’est encore plus compliqué parce que dès que tu essayes de parler de musiques drôles, tu tombes dans… des chansons paillardes, des trucs….Y’a Laurent Gerra qui fait une imitation de Sébastien où il fait « On s’mettraaa des doiiiiiigts dans l’cuuull », et y’a un côté comme ça quand même, un côté français… L’humour français « et glou et glou et croute, et croute », autant on le pratique en rap, et c’est vrai que…(Il s’arrête). Si tu le poses sur le papier c’est pas très glamour. On se permet de faire un morceau comme Du PQ pour mon trou-trou, qui fait qu’on va dire « ah les Svinkels, c’est encore caca-pipi », alors que le morceau, nous on le trouve cool, ça nous dépasse en fait….
 
90bpm : Tu penses pas que c’est en partie lié au fait que vous chantiez en français ? Qu’en France on n’est pas forcément habitué à ce genre de trucs en français ?
 
Baste : En fait en France on a surtout une tradition des trucs tristes, que ce soit en chanson, au ciné, en chanson, c’est les trucs tristes qui marchent le mieux…T’as que Renaud qui est arrivé à faire des trucs qui soient pas pitoyables en matière de chansons, ou Bobby Lapointe, mais ça commence à dater là…. C’est comme Delerm, quand il est arrivé j’ai trouvé ça bien marrant au début, puis quand t’as entendu 14 fois des trucs sur quand il était au collège avec sa voix merdique… La frontière est tenue entre l’humour et le mauvais gôut… Nous on a toujours morflé pour ça, savoir si c’est du mauvais goût… Enfin, tu peux avoir du mauvais goût et en jouer, mais la façon dont c’est perçu… c’est compliqué, les gens se posent toujours la question, est-ce que c’est de la blague, est ce que c’est du sérieux… ?
 
90bpm : Ouais pas facile, et ça suit en plus…
 
Nikus : Ca colle même…
 
90bpm : Ok, héhé. Continuons. Baste, tu disais y’a un an qu’aujourd’hui vous vous concentriez plus sur l’aspect musical des choses, je voulais savoir, surtout après le départ de Pone, comment vous envisagiez la formule live dans le futur ? En tout cas si Svinkels prolongerait avec un band à ses côtés… ?
 
Baste : Ouais, on est dessus…Tu sais le futur, que nous réserve-t-il ? Héhé. Oui, ça faisait longtemps qu’on avait envie de monter une formule live, le départ de Pone, c’était une bonne occas de le faire, donc là ça reste comme ça jusqu’à nouvel ordre, après on verra bien. On est partis du texte au départ dans Svinkels, et plus on avance, plus on veut laisser d’espace à la musique, de long bridges…On avait envie de laisser chanter Xavier, qu’il ait sa place là-dessus, parce qu’il l’avait beaucoup fait chez d’autres, chez Drixxé notamment et pas vraiment chez nous parce qu’on avait pas vraiment les instrus qui s’y prêtaient…
 
90bpm : Et par rapport à Pone, le départ, c’est Birdy Nam Nam ?
 
Baste : Ouais, ça lui prend un temps fou et ça marche plutôt bien…Et ça fait longtemps qu’il avait envie…Tu sais Pone c’est vraiment le 4ème Svinkels, mais là c’est son groupe, c’est son bébé, c’est prioritaire tu vois…
 
90bpm : Ok, c’est clair. Imaginez le dilemme : vous êtes bookés pour un show de dingue devant 20 000 personnes et le même soir, en même temps que le concert, y’ a une finale de coupe du monde, style revanche France-Italie. Il se passe quoi ?
 
Baste : Héhé, on peut toujours s’arranger tu sais…
 
Nikus : On joue bien sûr… A Bordeaux on avait joué pendant la demi-finale de rugby France-Angleterre, en octobre, et y’avait une télé dans la régie, donc on pouvait aller voir le truc de temps en temps….
 
Baste : Héhé, tu sais tout l’art des artistes c’est de donner l’impression qu’ils sont en train de donner leur vie sur scène alors qu’ils le font tous les soirs…
 
90bpm : Un Olympia est prévu pour Novembre de cette année. Vous allez faire un truc particulier pour cette date ?
 
Baste : Pour l’instant tout va bien. Un truc particulier ? Oui et non. On ne va pas privilégier le public parisien à un autre, mais c’est toujours plus facile de faire des trucs rigolos à Paris. Autour de l’Olympia il va y avoir quelques dates et ce seront les premières où on ferra vraiment l’album… Pour l’instant on fait beaucoup de festivals, ça fait déjà maintenant presque la moitié de la tournée et l’album est toujours pas sorti…Ce sera la première tournée vraiment sur l’album Svinkels, donc y’ aura forcément des surprises…
 
90bpm : Et à La Flèche d’Or mardi prochain il se passe quoi (l’interview se déroule le mardi 10 juin) ?
 
Baste : Bah, c’est la kermesse.
 
90bpm : C’est la kermesse ? Avec des bacs à sable et des cannes à pêche ?
 
Baste : Ouais presque, presque. Sauf que c’est des bacs à sable avec des putes. Et des seringues rouillées.
 
90bpm : Héhe. Toujours question Etats-Unis, vous pensez quoi d’un homme noir président ? Y’a quand même de plus en plus de chances pour que Obama passe en novembre prochain…
 
Nikus : Bah ce serait bien, mais c’est pas fait…Ca donnerait espoir…
 
Baste : Ca serait bien que ce soit quelqu’un d’autre…
 
Nikus : Qu’un républicain, pantouflard…
 
Baste : Pour un pays qui guide certaines tendances, ce serait un peu nécessaire, parce que t’as vu le massacre en quelques années…Quand tu vois le mal que s’est donné Clinton pour faire un peu du bien là bas…
 
90bpm : Pour se diriger vers la fin de cette interview, vos différents projets solos, ça avance, ou c’est j’imagine mis en stand by par l’actualité, tournée, promo et sortie d’album ?
 
Baste : Ouais, ça avance…
 
90bpm : Le Klub des 7 par exemple ?
 
Baste : Le Klub des 7, l’album est terminé. Il est prêt, il sort en septembre. J’avais fini mon boulot sur Klub des 7 avant certains Svinkels…
 
90bpm : Même formule ?
 
Baste : Bah Freddy est parti, il avait déjà enregistré 4 ou 5 morceaux, sinon ouais, même combo. Donc il sera présent sur quelques titres. A côté de ça, on a fait un vrai album de groupe, c’est-à-dire qu’on s’était rencontré autour d’une espèce de compil faite avec des bouts de ficelles, vraiment, parce qu’on avait fait ça vraiment à l’arrache… Puis on s’est rencontré en tournant avec le projet, on a vraiment kiffé le truc, on avait plein d’idées, et maintenant on fait un vrai album avec plein de morceaux à plusieurs, y’a au moins quatre morceaux où on est tous dessus, plusieurs duos, trios, dans la veine un peu Madlib, MF Doom, avec des grosses boucles de Fuzati, et que des thèmes basés sur l’ancien…
 
90bpm : C’est Fuzati qui produit tout l’album ?
 
Baste : Oui, quasiment, y’ a une ou deux prods de James Delleck… Et l’idée c’était de le sortir pour la rentrée des classes, vu le délire etc…
 
90bpm : Ok, super. On en reparlera forcément je pense…Toi Baste t’as pensé quoi du succès du single « Fous Ta Cagoule » ?
 
Baste : Bah c’était écrit, c’était évident que ça allait marcher comme ça…
 
90bpm : Evident ? Ca a tout de même été l’une des plus grosses vente de l’époque, un énorme succès commercial….
 
Baste : Evident dans le sens où même quand Michael Youn il fait un gros navet, tu vois, ça marche quand même….(on est coupé par des papiers à signer, SDRM et SACEM, sorti de disque imminente oblige….Xavier toujours absent, on rebondit sur lui)
 
90bpm : J’avais quand même des questions pour lui, par rapport au chant notamment, à ses collaborations…
 
Baste : Vas y tu peux nous les poser…
 
90bpm : Il fait vraiment du vélo Xavier ?
 
Baste : Nan ça s’est Nikus…
 
Nikus : Ouais, héhé… Quand on est à la campagne, et même quand on est à Paris, le vélib c’est pratique…
 
90bpm : Vous partez souvent à la campagne ?
 
Nikus : Ouais pour démarrer les albums, maquetter…on va en Bourgogne ou en Bretagne…
 
90bpm : Bourgogne et Armorique héhé…Ok. Un dernier truc : vous écoutez quoi en ce moment ?
 
Nikus : du jazz, McCoy Tyner, Coltrane, du Miles Davis, Oscar Peterson, Miles 1960-1962, pas mal de musique brésilienne…je suis fan de Tom Zé.
 
90bpm : Dur à voir aujourd’hui…
 
Nikus : Moi je l’ai vu à Banlieue Bleue
 
90bpm : Il est vieux Zé maintenant, il bouge plus trop…
 
Nikus : Ouais… Sinon j’écoute pas mal ces temps-ci le double d’Outkast qu’est sorti y’a deux ans, y’a 150 Lil Wayne que j’adore et tout le rap un peu mainstream, Jay-Z, n’importe quel Snoop… Plein, plein de trucs j’ai même plus les noms…
 
90bpm : Et toi Baste ?
Baste : Moi, en ce moment j’écoute quasiment que des trucs qui me rappellent à un moment ou l’autre quand j’étais petit, en gros du Mickael Jackson, du Prince, puis, après, tout le rap des années 1990, je reste bloqué… J’adore les nouveautés, j’écoute à fond Wayne aussi, mais c’est vrai que… NWA, Snoop… C’est plus les titres tu vois, des grosses playlists, autant du Edo G que Biz Markie… Mais c’est vrai que NWA, tout ce qu’a fait Dre je kiffe à mort …Brand Nubian par exemple, j’adore, ça me rappelle des moments, j’ai une nostalgie de dingue, ça me pourri la vie…
 
90bpm : Et tu écoute des trucs boom-bap stylés 90s, mais qui sortent actuellement ?
 
Baste : Non, pas du tout en fait. Ce qui me plaît c’est que ça me rappelle un moment. Moi ce que j’écoute aujourd’hui en rap, c’est ce qu’il se fait actuellement, c’est du sud…Je trouve qu’en fait, en ce moment, y’ à un gros problème sur le rap, c’est qu’il y a des trop bons rappeurs qui font des albums de MERDE, tu vois ? Les mecs savent faire que des singles ! T.I. ça tue, il fait des singles de ouf, Wayne tue, Wayne ne fait que des featurings de ouf, mais des albums merdiques…Tu vois ce que je veux dire…Après y’a des nouveaux gars qui arrivent, alors tu découvres Cool Kids, « ouais mortel, il ont un style à la Eric B et Rakim, ça tue », puis finalement quand tu as entendu quatre morceaux où ils te parlent de leur chaînes en or et de leur beeper…tu fais vas-y mec, vas t’acheter une life, vas acheter tes starter, c’est cool, mais j’en ai rien à foutre ! Tu vois ce que j’veux dire…Un mec comme Wayne, c’est vachement intéressant, quand il va chez les autres…(Il s’arrête). Le meilleur album de Fifty depuis longtemps, c’était l’album de The Game. Y’a un moment où les gars sont pas très efficaces chez eux. Et nous avec Svinkels on reste entre nous, on essaye de faire des albums qui quelque part soient cohérents du début à la fin, même si en fonction des goûts, t’as des hauts et des bas…
 
Nikus : C’est pour ça qu’on a du mal à avoir des featurings…On a fait quatorze tracks, avec trois interludes…Ca fait pas énorme en fait tu vois….
 
90bpm : Tu parlais des featurings…
 
Nikus : Ouais, tu sais on a déjà du mal à faire un morceaux à trois, alors un quatrième rappeur…ce serait…bavard.
 
90bpm : Tu peux très bien faire un morceau où il n’y a qu’un de vous trois qui rappe…
 
Nikus : Dans ce cas là c’est pour les autres projets…
 
90bpm : Ok. Un dernier mot ?
 
Nikus : Achètes mon disque !
 
Baste : Ouais, si tu veux la priorité maintenant elle est là, à un moment on aimerait bien que tout le mal qu’on se donne à faire des tucs soit récompensé par un succès qui aille au-delà de ce qu’on a réussi à faire jusqu’à aujourd’hui…
 
90bpm : Au-delà de la scène tu veux dire ? Parce que la scène ça marche bien pour vous non ?
 
Baste : Tu sais quoi ? La scène c’est mortel ouais, tu fais un bataclan, t’es content, et y’a des mecs, tu sais même pas qui c’est, il en font 14 des bataclans ! Tu sais même pas qui c’est, c’est juste un clown pour les gosses… Moi je me rappelle des Wriggles, y’a six ans, il avaient fait genre deux semaines de Cigale…Et toi t’es tout content par ce que t’as rempli pour un soir ! Tu vois, on ne joue pas dans la même cour que certaines personnes…
 
90bpm : Et toi tu veux jouer dans la cour des gens qui remplissent des zénith etc ?
 
Baste : Bah quand tu fais de la musique, tu veux que ça marche, forcément… à un moment donné tu te donnes du mal tu veux que les choses avancent…Pour l’instant ce qui est mortel avec Svinkels, ce qui est super agréable, c’est qu’on a commencé tout petits et ça continue toujours…
 
90bpm : Tu veux que je te dises, moi je trouve quand même, vous voyant dans des festivals devant 15 000 personnes, que l’évolution est grande…Je me rappelle avoir lu une interview de vous dans un mag de skate à l’époque, ça devait être en 1997-1998…
 
Nikus : Ouais, je vois, 1996 !
 
Baste : Ouais, évidemment, mais si tu veux, tu as des gars qui en deux ans, pètent le score. Nous on a fait notre truc, mais en dix ans. Et à un moment donné, tu sors un disque, tu as envie que ça passe un cap. Parce que c’est ce qu’il s’est passé, à chaque fois qu’on a sorti un disque on a franchi un cap. On a sorti Tapis Rouge, on s’est fait connaître, on a commencé à tourner c’était mortel, quand on a sorti Bons Pour l’Asile, on s’est retrouvé direct dans les Festivals, Eurockéennes, Vielles Charrues, tout ça… Médiatiquement pas tant que ça, mais quand tu te retrouves aux Eurockéennes devant 20 000 personnes, tu te dis là, ouais, y’a un cap qui est passé… Alors là maintenant, il nous faut quelque chose, sinon on va être tristes ! On a réussi la scène, on a pas réussi la vente encore…
 
90bpm : Mais aujourd’hui est-ce que c’est possible de réussir la vente, surtout quand tu fais du hip-hop ?
 
Nikus : Bah non, c’est la merde…
 
Baste : C’est possible d’être numéro 1 quand tu vends 5000 disques alors…On parlais de Bazooka tout à l’heure c’est marrant quand même, là ça vend pas du 5 ou 6000, là c’est du 350 000…héhé.
 
90bpm : Merci les gars…

FIN DE LA DEUXIEME PARTIE DE L’INTERVIEW.

Propos recueillis et transcrits par Lux pour 90bpm