Le trio de producteurs originaires de Meaux, fortement imprégnés de jazz, de soul et de rare groove, est certainement l?un des collectifs français les plus prometteurs.

Le trio de producteurs originaires de Meaux, fortement imprégnés de jazz, de soul et de rare groove, est certainement l?un des collectifs français les plus prometteurs. Après quelques remixes, un maxi d?Emanon, 4 morceaux sur la compilation << Rotation result >>, l?horizon d?un album très attendu se dessine pour l?automne 2004. Retour sur la compilation et sur le parcours de Damage, Ben et Dusty.

Comment est venue l?idée de faire cette compilation ?







DJ DAMAGE & JAZZ LIBERATORZ
(C) Sébastien Rabany
Damage : J?ai sorti une mixtape Independant addict 4 il y a un an. L?idée de la compilation c?est d?être un tremplin pour le futur album des Jazz Liberatorz. Sachant que je suis dj, que je joue sur Bumrush surtout des maxis de petits labels qu?on trouve pas forcément partout en France, je voulais à travers cette compilation qui a une diffusion plus large qu?une mixtape, faire découvrir autre chose à un public plus large. J?avais l?idée depuis longtemps, j?attendais seulement d?avoir une compilation avec des tracks inédits qui fasse vraiment un lien entre mes mixtapes et l?album. Ma dernière apparition sur disque, c?était un remix fait par Dusty et moi sous le nom de Jazz Liberatorz du morceau << Channel zéro >> d?un artiste qui s?appelle Eric Pierre sur le label Sunny Side, un remix qui date de 6, 7 mois.


Je suis allé proposer cette idée de compilation à plusieurs personnes. Cut Killer a été le premier à réagir, appartenant au Double H dj crew, le collectif des dj?s de l?émission Bumrush, je n?ai jamais rien sorti sur cette structure, qui n?a pas à proprement parler d?existence formelle, c?était la bonne occasion.


En tant qu?artiste je fais parti des Jazz Liberatorz qui sont signés sur le label Kif Records (le label du dj/producteur Faster Jay, ndlr).



Je voulais distribuer à plus grande échelle ce que je faisais sur mixtape. L?esprit de la compilation est simple, je suis un fils des nineties, on a été bercé à ce son là, emprunt de soul et de jazz, un état d?esprit, peu importe le bpm. Je joue bien évidemment du rap mais également de la musique électronique, du broken beat, du rare groove, le hiphop ayant pour support musical des réminiscences de soul et de jazz.



Je suis de l?école du dj qui mixe tempo point barre, je ne suis pas turntablist au sens strict du terme, y?a une époque où je faisais du passe passe à la Cash Money, Kid Capri, du scratch aussi mais à l?époque des morceaux à 120 bpm. Mon fer de lance c?est le mix tempo et d?être le plus harmonieux possible au moment du mix. Souvent les gens me disent que je mixe hiphop comme les dj qui mixent de la house, c?est un peu vrai, on travaille beaucoup sur la fluidité dans l?enchaînement des morceaux. Dee Nasty mixe également au tempo, c?est le b.a ba du dj. Aujourd?hui t?as une approche plus breakbeat, mais à l?époque quand t?enchaînais trop de mégamix tu te faisais siffler, les gens voulaient du mix en live avec des nouveautés.



Cette compilation reprend également le travail que j?ai apporté sur mes mixtapes en matière d?intro/outro, d?interludes et de tributes. Apporter aux mixtapes un travail de studio avec des tributes qui sont à la fois des mix platines et des montages, j?ai appris la technique du montage sur bande pour faire des jingles en radio, je transpose cette technique sur les ordinateurs, c?est une suite logique de mes premiers megamix à la bande quand j?avais l?émission de radio à Meaux.







DJ DAMAGE & JAZZ LIBERATORZ
(C) Sébastien Rabany

Y?a certaines compilations dans la même veine qui t?ont marqué ?


Non j?en ai pas en tête, j?écoute peu de mixtapes et de compilations. Ca serait plutôt des mix que j?ai pu choper sur le net comme ceux de Madlib ou les émissions de Gilles Peterson, dont je suis le parcours depuis la période Talkin? Loud/ acid jazz,


Il a toujours des exclus avant tout le monde, des morceaux rares à trouver. Le plaisir, c?est de lâcher la perle rare ou le truc avant gardiste. C?est ce que j?aime, cette quête du Graal, de chercher des morceaux rares, des nouveautés, des titres que les autres n?ont pas encore.



La conception de la compilation.


Du choix du tracklisting à la finalisation de la compilation, il y a eu trois mois. Le tracklisting correspond vraiment à l?envie du moment, des nouveautés, des morceaux un peu plus anciens comme le All Natural/Lone Catalysts ou le Jigmastas. J?avais envie de montrer qu?on peut avoir la nostalgie des nineties tout en pouvant écouter des artistes nouveaux sur des productions nouvelles qui s?inscrivent dans la continuité de ce type de son. Et ouvrir les gens à un autre style que ce qui passe en radio. Le morceau << Freedom >> de Jurassic 5 est le seul titre dont je n?ai pas eu la licence, j?aurai pu l?avoir mais les droits de ce morceau appartiennent à Universal monde et ils ont des piles de dossiers en attente, au niveau du temps c?était trop court.



Je bosse toujours dans l?urgence, j?ai toujours l?angoisse de la page blanche, je me demande comment je vais arriver à faire une intro alors que j?en ai fait des dizaines et puis en fait ça se passe sans problème, une intro comme celle de PUTS se fait en 6, 8 heures de boulot et tout est fait dans mon home studio, on l?a mixé ensuite ailleurs. Tout n?est pas fait aux platines. Si tu fais tout aux platines tu ne pourras pas être assez éparse au niveau des bpm, je voulais que ça soit comme une vague, avec des trous rythmiques, des moments plus speed, ça tu peux le faire avec des timestrech mais je voulais intégrer les différents méthodes de mix, j?ai donc travailler également à partir de mon sampler. Le mix est fait aux platines , je le rentre ensuite dans le sampleur pour en avoir des petites bribes que je colle avec un beat de référence. On revient au montage sur bande dont je parlais, c?est une sorte de jingle géant..



Les inédits des Jazz Liberatorz


Les gens ont pu avoir une prémisse du travail des Jazz Liberatorz sur la mixtape Independant addict 3 avec Ty sur une de nos productions. Il y a également un remix du morceau << Politix >> de Lone Catalysts sur la 4. Quand à la compilation, le morceau avec Emanon a été le premier à être enregistré, le son qu?on a choisi est d?ailleurs une des productions qu?on a fait en tant que Jazz Lib? vers 99. Le remix du morceau d? Asheru et Blue Black a été fait juste pour la compilation, un morceau qui apparaîtra peut être sur une face b d?un maxi 7 Heads. Le morceau de Wildchild sortira peut être sur un format vinylique particulier. Le maxi avec Aloe Blacc est sorti cette année, le morceau avec Declaime est le prochain maxi avec un couplet en plus et un refrain un peu plus organique en terme de jeu de clavier. Et puis le morceau de T Love sera le troisième maxi qui sera également enrichi sur vinyl par rapport à la version sur la compilation. On voulait que les gens puissent en profiter aussi sur cd mais comme toujours on essaye d?apporter quelque chose en plus avec le vinyl.



Quand on fait des sons on est en général en carence de rappeur, la production qu?on retrouve sur le remix de << Truly unique >>, on l?avait depuis un certain temps, elle a un bpm assez rapide, il fallait trouver des accapellas qui tournaient assez vite et celui d?Asheru & Blue Black a toujours bien fonctionné, on s?est dit qu?il fallait le finaliser en remix officiel. Après en terme de budget on avait pas les sous pour les faire venir poser sur le morceau. On commence l?aventure Jazz Lib?, on avait pas de budget pour faire venir des rappeurs américains spécialement pour enregistrer pour nous donc on a profité de la venue de rappeurs en France notamment via Hip Hop Resistance pour faire venir les artistes en studio quand ils étaient à Paris. Sur la masse globale des rappeurs qui sont venus en concert, on a fait une sélection sur ceux qui nous intéressaient le plus. Sur l?album des Jazz Lib? on aura plus de budget, on prévoira en amont quels artistes on veut faire venir à Paris . Aloe Blac par exemple, je jouais déjà ses morceaux en radio, y?avait d?ailleurs un de ses morceaux avec Dr Oop dans une de mes mixtapes. Tout à été entregistré dans le studio de Kif Records avec notre ingé son fétiche Ambroise. On a fait écouter 2/3 instrumentaux à chaque artiste pour qu?i ils choisissent ce qu?ils veulent, ca s?est passé de façon inédite avec Wildchild puisqu? il a choisi complètement autre chose, un bout d?interlude qu?on avait fait sur un cd qui traînait ce jour là dans le studio. T Love a tout préparé en amont, elle a choisi l?instru, elle a bossé son texte pendant 2/3 semaines et ensuite elle est venu poser en studio. Aloe Blacc, très posé, a bossé son texte en 1 heure et a posé 1 heure après, Declaime revenait de Hollande il était dans un certain état et il a mis plus de temps à poser, il a fait plein de piste de back, ça donne un travail après un peu plus complexe quant t?as pas le rappeur à tes côtés au moment du montage. On aime bien son grain de voix, ses folies dans ses backs, ill mind musik ! Vous verrez ça encore mieux avec la version du morceau sur vinyl. Au niveau des rencontres, on a raté J Live, on aurait aimé le faire poser mais le mec était en fin de tournée et il était fatigué. People Under The Stairs également, on aurait bien aimé bosser avec eux, mais on a appris trop tard qu?ils étaient à Paris.



Les Jazz Liberatorz, l?historique.


Damage : Les seuls choses que j?ai fait avant les Jazz Liberatorz, ceux sont les morceaux sur l?album du Double H Dj Crew c?est à dire un ou deux morceaux en solo et un morceau avec Dj Pone. J?ai fait quelques sons sur des vinyles d?acid jazz d?un label qui s?appelle Caramel. Mais le plus concret c?est avec les Jazz Liberatorz.



Ben : On est tous les trois de Meaux. Je faisais des sons pour les groupes du coin, notamment pour Mystic qui avait un groupe dont je faisais parti, les bleudia de la face est et je bossais encore avant avec Underground production. Le premier son que j?ai fait et qui est sorti c?était pour la Malédiction du Nord sur la compilation Phat Cratz. A l?époque on se croisait avec Dusty, qui était dj, qui voulait se mettre à la production mais qui n?avait pas de matos. On a commencé à bosser ensemble vers 1994/95. En duo on a bossé avec le groupe Malédiction du Nord et également avec le groupe L?âme du Razwoar qui s?est séparé. On était vraiment à l?époque dans le délire soul au niveau des sons. On a également bossé avec Mystic, avec Futuristiq sur leur Ep et on retrouvera des anciennes productions qu?on a retravaillé sur le Ep de Ritmo de la noche, sous le nom de Ben & Dusty. Damage avait une émission de radio à Meaux qu?on écoutait, on l?a rencontré, le feeling est passé, on avait pas mal de goûts en commun, on s?est intéressé de plus en plus au jazz grâce à lui. On venait souvent chez lui écouter des sons, chercher des samples pour nos sons. Petit à petit l?idée de travailler ensemble nous est apparu. On travaillait à l?époque sur S950 et le déclic de former un trio est venu à un moment où on a eu des plans pour acheter du matos des EMU, on voulait s?équiper des mêmes machines, on écoutait les mêmes sons, on était dans la même ambiance, la même passion commune pour le son des nineties donc le groupe Jazz Liberatorz s?est formé naturellement en 1999 même si notre première trace discographique date du maxi avec Emanon qu?on a enregistré en 2002.








DJ DAMAGE & JAZZ LIBERATORZ
(C) Sébastien Rabany
Tous nos morceaux ont été faits sur Emu, on va également se remettre à bosser avec la S950, on va la réutiliser pour le grain et les filtres. On bosse sur Mac après avoir été longtemps sur Atari. Dusty bosse également avec un sampleur clavier Endsoniq ASR 10. Chaque sampleur a un grain et sur l?album on va essayer de bosser avec différentes machines. Le Mac c?est un standard et ça nous permet d?arriver en studio sans avoir de problème de séquence. On utilise plus le sampleur que les plug in mais on va commencer à s?y mettre. On veut garder le grain du sample. Le sample c?est la base pour nous et on rajoute parfois un instrument live sur un morceau. Notre influence c?est vraiment la soul et le jazz de 67 à 78. On aime capter l?ambiance d?un morceau de l?époque et la retranscrire sur notre propre tempo en créant notre propre ligne mélodique. On travail tous les sons à trois comme le choix des samples, mais en général la majorité des batteries est jouée par Dusty.


Dusty : J?aime bien le délire d?un mec qui ne joue pas de batterie et qui arrive à un résultat proche du live en apportant son propre groove. Au niveau des batteries, j?aime bien ce qu?on fait Buckwild, Beatminerz à leur apogée ou plus récemment J Rawls.



Vos derniers coups en terme d?albums, hiphop et autres.


Ben : Dj Spinna sur BBE, le plus abouti pour moi des albums de la série Beat Generation. Un peu plus ancien l?album d?Asheru & Blue Black et le dernier 3582.



Dusty : Le dernier Spacek, j?aime bien la démarche du producteur. L?album de Jazzanova, celui de Roy Hartgroove. L?album de Stark Reality chez Stonesthrow. J?aime bien J Rawls, c?est un des mecs que j?écoute le plus en ce moment. L?album inédit de Roy Ayers qui va sortir sur BBE a l?air incroyable.



Damage : L?album de Georg Levin produit par Jazzanova, j?aime toute la scène broken beat, les sorties du label Jazzanova Compost Records.



L?album des Jazz Liberatorz.


Damage : L?album devrait sortir à l?automne 2004 en indépendant chez Kif Records.. L?album comportera 5 ou 6 featuring rap, 2 chanteuses et le reste en instru aux ambiances variées de 80bpm à 150 sur lequel on rajoutera des musiciens. On veut montrer un panel plus large de ce qu?on sait faire. On devrait également sortir un maxi sur Sunny Side avec un morceau en hommage à Minnie Riperton. On a pris contact avec une chanteuse anglaise pour faire ce morceau spoken word avec un refrain chanté.



Si vous pouviez choisir n?importe quels rappeurs pour votre album, quels seraient-ils ?


Ben : La chanteuse Jill Scott, des mecs du rare groove comme Hubert Laws, Buster Williams, Herbie Hancock, et Q Tip.



Dusty : Adriana Evans, Q Tip et Gift Of Gab.



Damage : Rakim, Snoop, Mos Def, Nas, Busta Rhymes.



Et si les Jazz Liberatorz devait être remixés par quelqu?un ?


Ben : Buckwild, Spinna ou Spacek.



Dusty : J Rawls ou Spinna.



Damage : Diamond D ou Geology. Ca serait également intéressant d?être remixé par quelqu?un de la scène house ou broken beat comme Kai Tatham aka Agent K (le clavier de Herbaliser) ou 4Hero. Je pourrais aussi citer Carl Craig car j?ai vraiment aimé le projet Detroit Experiment.



A suivre le maxi de Declaime en janvier, celui de T Love en mars ainsi que le maxi sur Sunny Side. Attendez vous encore à un ou deux maxis avant l?album des Jazz Liberatorz. Damage a également un projet de compilation de rare groove. Une nouvelle mixtape Independant Addict, une mixtape des Jazz Liberatorz et peut être une nouvelle mixtape de Dj Damage avec Dj Pone, on se souvient des trois mixtapes sous le nom 8 april team.