Mardi, 17h. Un hôtel près de la gare de Lyon. Buckshot est dans le hall, tout souriant, en train de finir une autre interview. Quelques minutes plus tard, ce petit bonhomme qui a plus d?un classique hiphop dans son sac à dos me salue et, apparemment lassé du cadre froid et impersonnel du hall d?accueil, me propose de rejoindre ses potes dans sa chambre d?hôtel. 6é étage. Le morceau ??Headz ain?t ready part 1?? featuring Blackmoon et Heltah Skeltah tourne dans sa chambre lorsque j?entre. Magnéto?.

Pour quelle occasion es tu à Paris ?

On est a Paris à l?occasion d?une petite tournée en Europe. On est allé aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, bientôt en Allemagne. On va faire un concert en France à l?occasion du festival Alliances Urbaines de Bagneux. C?est la première fois que je viens dans votre pays. J?étais déjà venu en Europe, en Angleterre, en Allemagne, en Suède ou encore en Norvège lors de tournées Blackmoon.
La scène hiphop en Europe est vraiment incroyable. Le public m?a impressionné. La scène hiphop est d?une telle fraîcheur par rapport aux Etats Unis ! Tout, du graffiti aux emcees en passant par la production est d?une grande spontaneité, d?une fraîcheur, comme on pouvait le voir aux Etats-Unies dans les années 80. J?aime vraiment la chaleur et l?émotion qui se dégage ici. D?ailleurs tous les rappeurs américains qui viennent en Europe reviennent aux Etats-Unis en disant : ?? les gars, faut vraiment que vous alliez là-bas, en France ou en Allemagne, c?est vraiment une expérience intéressante??



Est ce tu penses que les rappeurs américains s?interessent de plus en plus à la scène européenne ?

Je crois que les artistes recherchent avant tout une ambiance, une atmosphère hiphop (Buckshot emploie l?expression intraduisible de hiphop vibe) et qu?ils l?a trouve de moins en moins aux Etats-Unis. Les artistes ressentent quelque chose de particulier ici, qu?il n?avait pas ressenti depuis longtemps.


Guru m?avait dit lors d?une interview qu?il était l?un des seules rappeurs americains à savoir qu?une scène hiphop existait en France. Et il était déçu de savoir combien les rappeurs s?intéressaient aussi peu à ce qui se passait en dehors des Etats-Unis !

C?est vrai. Tout le monde sait que Guru est un des seuls sinon le seul a s?être autant intéressé à ce qui se passait outre atlantique, notamment la scène francaise avec Solaar  en 91/92. je me souviens très bien de Guru revenant régulierement d?Europe avec un tel enthousiasme à une époque ou personne ne calculé ce qui se passait là bas. En fait le problème est qu?encore trop de rappeurs pensent seulement en terme de ??New York/ Cali??. Il n?y a que ces deux endroits qui les intéressent. Moi je leur dit : Ok c?est bien tu es connu, dans ton quartier, à New york, mais après ? Quand tu bougeras dans d?autres villes, personnes ne te connaîtra, personne ne sera là pour te supporter?tu restreins énormément ta capacité à te faire connaître et de te faire apprécier et c?est vraiment dommage. J?ai halluciné de voir l?accueil des gens en Europe à propos de Black moon / Buckshot, je pensais pas qu?on était si apprécié.. Quand on est allé aux Pays Bas, le public était là, chaud, à l?ancienne, pas de délire jiggy du genre??t?as vu mes dernières fringues ???. Le public était là pour kiffer le son et uniquement pour ça. Juste là pour la vibe et le concert. En Espagne, le public a passé la journée sous la pluie, pendant 5, 6 heures à kiffer les différents concerts, avec toujours le même enthousiasme.


Concernant l?état d?esprit des rappeurs aux Etats-Unis, j?ai souvent eu l?impression que les rappeurs à New York par exemple, pensaient d?abord à rapper pour leur quartier, et à les représenter, avant de parler à tout le monde, faisant de leur paroles un langage universel.

Tu touches un point crucial. C?est vrai. Ca a toujours été comme ça. Aujourd?hui j?ai quand même l?impression que le rap devient plus universel dans ses lyrics même si les gars continuent de représenter leur quartier. Le Queen de Mc Shan dans les années 80 et toujours le même Queens aujourd?hui. Le Bronx d?aujourd?hui est représenté de la même façon par Fat Joe et Big Pun qu?il l?était par Krs-One il y a dix ans. D?une certaine façon, c?est normal pour quelqu?un de ne pas oublier d?où il vient. D?y faire référence comme un élement de son histoire. Une façon de lui rendre hommage avec fierté. L?important c?est de ne pas s?enfermer là dedans et de n?exclure personne du style :?? moi je rappe seulement pour les gars de mon quartier?? . Pour moi c?est juste une façon de montrer ce qu?on a vécu et ce qu?on vit encore. Un devoir de mémoire en quelque sorte.


D?ailleurs tout vos fans connaissent Bucktown?

Bucktown pour Brooklyn, New York, là d?où l?on vient. Ce nom a été donné par Steele, de Smif?n?Wessun qui a aussi trouvé le nom de Boot Camp. Je suis devenu le meneur de tout ce collectif de façon naturel. Par contre le nom Duck Down c?est moi qui l?ai trouvé comme ça un jour. Notre label à l?époque s?appelait Gorilla Star management. Duck Down a été crée pendant le premier album, après ??who got the props?? en 1992.


C?est d?ailleurs un de mes morceaux hiphop cultes. En fait la premiere fois que je vous ai vu, c?était à l ?emission ??yo MTV raps?? de Fab 5 Freddy, qui vous présentait comme un jeune groupe alors inconnu à l?avenir prometteur?..vous portiez tous des sacs à dos pendant l?interview, ça m?avait marqué parce que pendant le clip, vous sautiez partout toujours avec vos sacs à dos.

C?est marrant, c?est un moment mémorable. On était vraiment à l?ouest lors de cette interview, complétement défoncés. C?est marrant cette histoire de backpackers. En fait j?avais l?habitude d?en porter tout le temps parce que je volais dans les épiceries, je l?enlevais jamais, je ne volais pas des vêtements, mais des paquets de céréales, des sodas, de quoi bouffer en fait parce que j?avais vraiment la dalle ! Et Fab 5 avait grillé pourquoi je portais toujours mon sac à dos ! Et en fait j?aurai jamais pensé que le fait de porter tout le temps un sac a dos allait lancer une mode, un style, ce qu?on appellent les ??Backpackers?? (littéralement porteurs de sac à dos de randonné/de montagne). J?ai lancé un courant vestimentaire de façon complètement involontaire. Ces gens qui s?appellent backpackers ou puristes, je les respectent totalement. Ils ont tous une intégrité et une originalité dans leur flow ou dans leur lyrics qui me plait vraiment. Aucun ne rappe comme ça (il imite le rappeur thug de base) mais plutôt comme ça (il imite la diction des rappeurs au flow très technique). J?aime ça. Pour eux l?important c?est le flow ou la performance en live et non les bijoux, les voitures, les armes à feu?si tu n?as que ça a offrir sur le papier, alors tu ne dureras pas longtemps??.


Tu te définis comment alors ? Comme le premier ??backpacker emcee?? ?

Oui si tu veux, je m?en fous en fait des catégories. Je suis un gars qui vient du béton (concrete). Je n?utilise plus le mot ??street??, je trouve qu?on l?emploie à tort et à travers, ça devient n?importe quoi.
Je suis juste un gars qui vient d?une cité et qui sait comment te faire kiffer, par mon flow et mes textes.


Parlons un peu de tes débuts avec ??enter da stage?? en 1993 sur Nervous records.
D?ou vient le nom Black Moon ?

Blackmoon a été crée par Mr Walt qui a trouve le nom. En fait au départ Black moon était plus un collectif de Dj et de producteurs de sons avec Evil Dee. Black Moon faisait référence à l?ambiance sombre, grave et lourde qui caractérise le travail d?Evil Dee notamment sa façon de scratcher. Je suis arrivé ensuite comme le dernier membre du groupe et c?est devenu alors un groupe de hiphop à part entière. Et notre but était vraiment de fusionner les textes et la musique, qu?il y ait une véritable complémentarité, au niveau des textes et des sons


Votre premier album « Enta da stage?? est considéré par beaucoup comme un classique hiphop.

J?en ai vraiment bavé avec cet album, tu peux même pas imaginer combien je me suis donné pour faire ??enta da stage??. Vraiment. L?album n?a été ni disque de platine ni disque d?or. En fait la perception que les gens en ont maintenant est tres differente de celle de l?époque. L?album n?a pas été si bien reçu. Quand je suis allé en Californie alors que ??who got the props ?? marchait vraiment bien, je ne pouvais même pas trouver une salle pour faire un concert. En soirée, personne ne voulait jouer mon disque. ??How many mc?s?? non plus n?était pas joué.


D?ailleurs que siginifie le mot props ? Ce mot est devenu très à la mode après votre morceau.

Ouais props c?est de l?argot. Ca veut dire la crédibilité, respect, la base. Give me my props ,ca veut dire donne moi le respect qui m?est du. Ca vient de ??proper respect??, c?est une contraction de cette expression.


Ensuite y ?a eu ?? i got cha opin???, troisième maxi extrait de l?album avec un clip qui passait régulièrement sur MTV, c?est pour ça que je pensais que l?album avait bien marché?.

Oui il y a eu ??i got cha opin??? et même un quatrième maxi, avec ??Buck?em down??, c?était vraiment inabituel même une major ne faisait pas ça. J?ai uniquement pu faire ça parce que j?étais indépendant. Les majors en général font deux maxis et deux clips. Moi j?ai joué au mouton noire dans la bergerie et j?en ai fait quatre. Ca a surpris beaucoup de gens.
Après Duck Down est devenu un label respecté et apprécié. Les gens savaient a quoi s?attendre en terme de qualité. Smif?n?Wessun,Heltah Skektah, OGC sont arrivés par la suite.
En 98 on a sorti le deuxième album de Black Moon ??War zone??.


Pourquoi si longtemps entre les deux albums ?

Bah je n?avais que 17 ans lors du premier album. A 18 ans j?étais à la tête d?un label. A 19 ans j?étais responsable de la carrière d?autres groupes. Je sortais du ghetto et je commençais a avoir des responsabilités. En tant que producteur exécutif, CEO de Duck Down, je devais m?assurer que Smiff?n? wessun, Heltah Skeltah et les autres se fassent un nom comme Black Moon et s?imposent dans l?underground. Qu?ils bénéficient de passages sur MTV, fassent des tournées. Qu?ils aient du succès. J?ai plus eu un rôle dans l?ombre. Je voulais m?occuper moi même des gens que je connaissais plutôt que de laisser les maisons de disques le faire.
En fait j?ai beaucoup appris pendant ces années entre les deux albums, d?un point de vue business. Je peux vraiment d?apprendre comment se monte un label de A à Z, combien coûte la fabrication de disques, les campagnes de promo, les tournées, les taxes?… C?est bien, tout en étant parfois dangereux car ça éloigne de la musique. C?est pourquoi j?y reviens aujourd?hui.


Mais en fait si t?avais le choix tu prèferais être seulement rappeur ?

Non en fait si je pouvais revenir en arrière, je le referai mais d?une façon différente. Mais je me sens une âme de meneur de toute façon. J?aime prendre les devants, décider, conseiller. Donc je continuerai à diriger un label. Ona juste eu des problèmes d?organisation. Evil Dee a commencé a bosser avec d?autres groupes. Il a eu un deal avec Rawkus, il a bossé a droite a gauche. Donc ça a pris plus de temps pour le deuxième album et ça me donnait plus de boulot. On s?est retrouvé avec War zone qui n?est pas parfait. ??War zone?? n?était peut être qu?à la moitié de ce qu?on avait donné sur le premier. Mais bon ça faisait plus de cinq ans. Y?a plus d?un groupe qui n?a pas réussi à égaler le niveau de leur premier album.


Un nouvel album Blackmoon en prévision ?

Je ne sais pas encore mais de toute façon si ça doit se faire ça ne sera pas avec Priority. Ils n?ont rien fait pour que l?album marche. Ils n?ont rien apporté, malgré leur moyens. Je fais mieux moi-même et Duck Down, avec moins d?argent . J?étais pas du tout dans le même état d?esprit que Priority et en fait j?ai pas pu faire ce que j?aurai voulu faire.


Concernant ton album solo ??the bdi thug?? l?album n?a pas eu un très bon accueil. Beaucoup ont notamment critiqué les sons et l?absence totale des Beatminerz. Pourquoi ?

J?ai appris à mes dépends que le public et la critique scrute et juge le moindre de tes pas. Rien ne passe inaperçu. En fait ??BDI Thug?? est une compilation d?anciens morceaux que j?avais fait. J?avais pas du tout d?argent pour cet album, aucune promotion, pas de pubs, pas de clips.


Avec du recul considères-tu comme une erreur de l?avoir sorti ?

Non je ne le regrette pas même si j?ai du me justifier. Pour moi ce n?est pas vraiment mon album solo. C?est juste une façon de mettre tous les morceaux que le public ne connaissait pas, sortir un truc underground pour mes fans, et faire connaître des rappeurs amateurs qui me sont proches. Mais je nie pas que ce n?est pas ce que j?ai fait de mieux. Mon vrai album solo va arriver et les gens pourront me juger dessus. Je sais que j?ai intérêt à sortir un truc mortel parce que les gens m?attendent au tournant.
Avec ce solo, je vais montrer le visage de Buckshot. Black Moon est un groupe connoté backpackers, donc Blackmoon bosse avec les Beatminerz. Par contre en tant qu?artiste solo j?ai envie de bosser avec des producteurs qui ne sont pas catalogués ??backpackers?? comme Eric Sermon ou Dj Premier. Je ne veut pas mélanger Blackmoon et ma carrière solo. Blackmoon a un type de son, assez sombre, et une attitude, un style, auquel on se doit de rester fidèle.
Pour mon solo, Hi tekk, the Alchemist seront présents en autres. L?album s?appelle ?? kenyana?s revenge??. Un maxi va bientôt sorti. Allez lire le livre de doanld gony ??Kenyana?s revenge??. Je m?en suis inspiré pour mon album. Kenyada est en fait le nom du grouvernement de Buckshot. Ca sera mon vrai album solo. J?espere que cela fera changé les gens d?avis sur moi tout ceux qui m?ont dit ?? eh buckshot mais c?est quoi cet allbum solo que tu nous as fait, il est pas terrible il a rien vendu??. Je sais tout ca mais je reviens.


D?ailleurs tu me fais repenser à ton ??album solo??. J?étais très surpris de voir que ton pseudo dessus était ??Buckshot the BDI thug?? . Le mot thug dans mon esprit correspond plus à Capone et Noreaga qu?a toi.

J?ai rien contre eux mais franchement tous ces ??thugalike?? (soit disant thug) m?enerve vraiment. Quand Tupac était en vie, personne ne prenait le nom de thug, excepté Bone,Thugs and Harmony. Personne ne s?appelait thug. Il était le seul à porter le nom. C?était le seul à crier : ??thug life??. Apres sa mort tous ces branleurs ont commencé à se la raconter en le copiant, s?appelant thugs dans tous les sens, gueulant ??thug?? à tout bout de champs.. Quand j?ai tatoué thug life sur mon ventre, j?étais énerve en me disant que j?allais avoir ca toute ma vie alors que tant de bouffons se revendiquent thugs, mais j?ai fait ca en souvenir de Tupac. La premiere fois que je me suis fait tatoué c?etait avec lui. J?ai vraiment partagé beaucoup de choses avec Tupac, plus qu?un ami, c?était comme un frère et je suis fier de porté ce tatouage en hommage à notre amitié. Donc j?emmerde Capone et Noreaga et tout ces soit disants faux thugs qui se vantent de ca. Je ne me suis jamais clamé thug contrairement à eux. The BDI thug ce n?est pas moi qui l?ai trouvé. Tupac avait l?habitude de m?appeler comme ça (il imite le flow de Tupac). Donc c?est une forme d?hommage pour moi que de garder ce nom.


Les trois rappeurs présents ont la gentillesse de laisser sur MD quelques drops et dédicaces. Le journaliste du magazine REAL est sur le point de prendre la suite quand Buckshot se souvenant que je bosse pour un site hiphop me dit ??A propos, la nouvelle version de http://www.duckdown.com va bientôt être en ligne !??.