On a le plaisir de vous faire écouter en exclusivité le nouvel album « We Are The Halluci Nation » du groupe Canadien d’origine indienne A Tribe Called Red et qui sortira vendredi (16 septembre) chez Radicalized Records. Rendez-vous à la fin de cet article. Mais tout d’abord retour sur le contexte de cet album qui remplit d’histoire et de militantisme.

 

Encore une fois et plus que jamais, le monde vit des heures sombres avec en toile de fond la stigmatisation des minorités, le repli nationaliste et la lutte pour les droits des communautés. Le geste de Colin Kaepernick, quarterback des 49ers de San Francisco, qui refuse de se lever lors de l’hymne national américain pour protester contre les injustices faites à la communauté noire, a ravivé (à nouveau) une autre polémique au sein de la NFL, la ligue de football américain. En effet, plus en plus de gens continuent à s’élever contre l’appellation de l’équipe de Washington : les Redskins. Beaucoup considèrent que ce nom rappelle un passé douloureux pour la communauté amérindienne, fait de massacres et d’asservissement pour bâtir le pays.

Si de nombreux noirs – américains sont au centre de contestations fréquentes suite à des incidents avec la police, la lutte pour la reconnaissance des descendants des Indiens d’Amérique est, elle, moins visible mais existe depuis aussi longtemps, voir depuis plus longtemps du fait de leur existence sur ces terres bien avant l’arrivée des colons et de leur esclavagisme envers les noirs d’Afrique.

C’est dans ce cadre qu’évolue le groupe A Tribe Called Red, composé de DJ Shub, Bear Withness et DJ NDN. Le trio n’est pas américain mais vit à Ottawa au Canada, où se trouvent d’innombrables réserves issues de la Loi sur les Indiens de 1876. Chaque membre est lui-même originaire d’une tribu Indienne.

 

A TRIBE CALLED RED : ÉCOUTE DE L’ALBUM « WE ARE THE HALLUCI NATION » EN EXCLUSIVITÉ

 

Depuis 2010, le groupe n’a eu de cesse de lutter pour la reconnaissance et la survie de la culture amérindienne, avec la musique comme vecteur militant. Les morceaux sont un subtile mélange entre sonorités électros et musique traditionnelle indigène. Un mélange qui a donné lieu très vite à la baptisation de leur style : « Pow Wow Step » ou encore « Electric Pow Wow » du nom de leurs soirées à Ottawa.

Mais ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’un quelconque folklore. Niveau technique, c’est du sérieux car les artistes maitrisent les platines autant que les consoles. DJ Shub est notamment champion DMC au Canada. Si sur les premières réalisations « A Tribe Called Red » auto-produit et offert en téléchargement gratuit en 2012 et « Nation II Nation » en 2013, contenaient déjà des éléments provenant de la musique indigène, le nouvel opus « We Are The Halluci Nation » est le fruit d’un travail de production beaucoup plus poussé avec l’intégration de percussions, de danses et de chants interprétés par des groupes d’origine indienne comme Black Bear, Northern Voice ou Chippewa Travellers. Chaque son a une signification et représente notamment un élément de notre terre nourricière. Une implication qui fait de ATCR un groupe qui va bien au delà des trois membres de base.

Le processus de création a été long et s’est révélé être une quête profonde du sens des origines. Le mini-documentaire « The Manawan Session » sur la collaboration entre ATCR et Black Bear en témoigne.

 

 

Autre appui de marque qui plane à travers tout l’album, celle de John Trudell. Le titre de l’opus ainsi que plusieurs textes sont tirés d’écrits du philosophe, écrivain, chanteur, poète et militant politique d’origine Sioux. Des textes qui ont été expressément écrits pour le disque à l’image de ceux qu’on entend sur le morceau « We Are The Halluci Nation » sur lequel Trudell introduit la notion de nation invisible, celle qui va succéder aux nombreuses appellations dont on a affublé les amérindiens au fil des siècles. Celle qui lavera toutes les connotations de violence et d’exclusion. La « Halluci Nation » ne fait plus qu’une avec la planète et avec tout ce qui la compose. Si elle n’est rien, elle devient tout. Un message que ATCR veut universel au point de l’avoir traduit en espagnol. Malheureusement, Trudell ne verra pas la sortie de l’album puisqu’il a disparu en décembre dernier. Mes ses écrits vont restés à jamais dans cette œuvre.

 

 

Pour encore plus étendre leur voix, le producteurs Canadiens ont aussi fait appel à des artistes internationaux proches de l’idéologie universelle d’intégration et de respect des ethnies fondatrices. Parmi eux Yasiin Bey, la chanteuse Inuite Tanya Tagaq, Saul Williams ou encore le rappeur d’origine Kényane Shad.

Pour expliquer la participation de Yasiin Bey sur le titre « R.E.D. » (qui bénéficie aussi de la participation de Narcy et Black Bear), le groupe a évoqué les mésaventures du membre de Black Starr qui est retenu en Afrique du Sud suite à des histoires de faux papiers. On rappelle notamment que Bey n’est plus le bienvenu aux États-Unis suite à sa position sur ce qu’il a appelé le « racisme institutionnalisé » ou « racisme d’état » dans son propre pays.

En ce sens, ACTR s’est appuyé sur cette situation pour affirmer que la « Halluci Nation » n’avait pas de frontières ni de barrières et qu’elle soutient tous les opposants à la « ALlie Nation » qui rassemble les puissants de ce monde qui ne respectent pas l’histoire et l’existence même des communautés oubliées et invisibles. « ALlie Nation » est d’ailleurs un des titres de la tracklist.

 

 

La tradition est le socle culturel de ATCR, c’est certain. Mais les artistes sont résolument tournés vers le présent et le futur. Leur musique est moderne et les trois artistes revendiquent leur appartenance à la société contemporaine. Le clip de « Stadium Pow Wow » (premier titre révélé il y a quelques mois) le montre avec des images d’amérindiens qui alternent les codes urbains avec ceux de leurs origines. On y voit également des extraits de leur résidence à Ottawa où comme à leur habitude, ils accompagnent leurs prestations live de danses indigènes.

 

 

« We Are The Halluci Nation » n’est composé que de dualités et d’oppositions subtiles : le passé et le futur, le militantisme et la fête (certains titres sont orientés clubbing), la terre et le ciel. Un massage universel véhiculé par une musique énergique et qui trouvera sûrement grâce à toutes les oreilles qui sont à l’écoute des injustices et autres inégalités de ce monde.

 

L’album sera dans les bacs le 16 septembre et est en précommande sur iTunes.

Et nous avons le plaisir de vous le faire écouter en exclusivité !

 

 

 

A TRIBE CALLED RED : ÉCOUTE DE L’ALBUM « WE ARE THE HALLUCI NATION » EN EXCLUSIVITÉ

TRACKLISTING :

01. We Are the Halluci Nation (feat. John Trudell & Northern Voice)
02. R.E.D. (feat. Yasiin Bey, Narcy & Black Bear)
03. The Virus (feat. Saul Williams & Black Bear)
04. BEFORE (feat. Joseph Boyden)
05. Sila (feat. Tanya Tagaq)
06. The Light (feat. Lido Pimienta)
07. Maima Koopi (feat. OKA & Chippewa Travellers)
08. JHD (feat. Junio Ottawa)
09. Eanan (feat. Maxida Marak)
10. The Muse (feat. Jen Kreisberg)
11. Indian City (feat. Northern Voice)
12. How I Feel (feat. Leonard Sumner, Shad & Northern Voice)
13. For You – The Light Part II (feat. Lido Pimienta)
14. ALlie Nation (feat. John Trudell, Lido Pimienta, Tanya Tagaq & Northern Voice)
15. SOON (feat. Joseph Boyden)

Radicalized Records – Septembre 2016

 

 

Share This