Et non, Manny Pacquiao ne sera pas le seul Philippin dont vous entendrez parler cette semaine.

C’est à l’occasion de son passage à Paris le 7 mai au Divan du Monde que nous prenons le temps de revenir sur le cas de MNDSGN, une des têtes d’affiche de cette soirée live organisée par La Mamie’s et Verveine Production, et un de nos producteurs préférés.

Back in the days : ses parents faisaient partie de la branche Philippine de la secte Aum et durent quitter l’organisation à la fin des années 80 quand celle-ci tournait radicalement dans le terrorisme (on se souvient de l’attentat au gaz sarin à Tokyo en 1995). Ayant trouvé l’asile politique aux États-Unis, la famille Ancheta débarque dans la campagne du New Jersey se contentant des conditions de la vie rurale locale (sans électricité) mais aussi en conformité avec sa philosophie de vie. Le jeune Ringgo (son prénom) s’échappe donc de temps en temps vers la grande ville du coin en auto – stop. La légende voudrait qu’il rencontre un jour un type qui lui donne le goût du beatmaking et Ringgo aurait commencé ses premiers beats sur la machine de l’inconnu (on a eu de la chance, cet inconnu aurait pu être charcutier ou encore fleuriste). MNDSGN, qui veut dire « Mind Design » était né.

« Mind Design » est donc une appellation qui vient à point nommé. Une subtile dualité entre spiritualité et finesse de production qui prend vie à partir de 2009 avec des réalisations auto produites. Au fil du temps, son style se révèle. Il bouge à Los Angeles et laisse éclater ses prods hip hop enrobées de synthés et de soul nonchalante puisqu’il y promène régulièrement sa voix digitalisée.

 

MNDSGN L’AUTRE PHILIPPIN

 

Une fois posé dans la cité des anges, il ne faudra pas longtemps au label Stones Throw pour signer l’artiste. Impossible pour Peanut Butter Wolf de passer à coté d’un petit génie de la musique qui arbore en terme de look une coupe de cheveux de samouraï, des grosses lunettes d’informaticien et des chemises d’indien.  MNDSGN s’acoquine et produit rapidement avec les autres gars de l’écurie (certains bien freaks de leur coté).

Après un premier projet de B-Sides intitulé « Surface Outtakes », Ancheta sort en parallèle chez Stones Throw son premier vrai album « Yawn Zen » durant l’été 2014. Un opus produit dans « une pleine béatitude, affranchi de toutes luttes quotidiennes et de ses effets » dixit l’intéressé. Beaucoup ont considéré que le disque était loin de ses bases musicales dont il nous avait habitué, se tournant vers la « hype » mais on n’est pas du même avis. « Yawn Zen » ne s’inscrivait ni plus ni moins que dans la continuité d’un univers musical qui ne trouve pas de limites chez le producteur. Un univers où l’on continue de retrouver une patte aérienne avec des influences hip hop et nu – soul bien identifiables. Une énième inspiration toujours aussi géniale.

 

 

 

Un kiffe que l’on retrouve aussi dans ses passages au Boiler Room Los Angeles. Et plus précisément dans ses quelques sessions des « Breakfast With Ranggo » dans lesquelles il a pu inviter quelques potes comme Knxwledge ou Swarvy. Force est de constater que le petit déjeuner reste un moment idéal pour cette fameuse béatitude. Personnellement on adore car c’est nettement plus stimulant que le Télématin de William Leymergie…

 

 

C’est donc un producteur magique que vous aurez l’occasion de voir en live le 7 mai au Divan du Monde à Paris. Cette date est d’ailleurs la première de sa tournée européenne. Il sera également bien entouré par l’excellent rappeur Norvégien Ivan Ave, Midori du collectif Menace et le crew de La Mamie’s en DJ set.

 

Et pour vous donner toutes les chances de vous rendre au Divan, on vous offre des places !
( jusqu’au 6 mai 12h, tirage au sort parmi tous les participants inscrits à : ilove90bpm@90bpm.com )

 

MNDSGN L’AUTRE PHILIPPIN

 

Share This