Quand le producteur Dandy Teru fît la promo de son album « Adventures » (Ubiquity) en 2013, on le voyait en studio sur des vidéos aux cotés d’un autre personnage, pas très bavard et afféré sur des claviers et des séquenceurs.  C’est à ce moment là que la plupart d’entre nous découvrait Quiet Dawn.

Ancien Parisien, ce dernier avait rejoint quelques mois plus tôt Teru à Orléans, en quête de qualité de vie et d’inspirations nouvelles. Même si le producteur était dans le game depuis un moment, c’est sûrement à cette occasion qu’il a trouvé son point d’ancrage pour se consacrer à sa musique, un hip hop épuré teinté de jazz et de beats music.

2 ans plus tard, il nous offre enfin son premier album « The First Day » (pour le moment en diffusion française). Bien que l’opus ne paraisse que cette année, il aurait pu en réalité sortir au moins un an plus tôt. Bien avant d’atterrir à Orléans, les tracks étaient finalisés ou en phase de l’être. Mais voilà, Quiet Dawn est exigeant coté production au point de recommencer des sessions d’enregistrements à l’infini jusqu’à la perfection. Exigence que l’on peut comprendre surtout lorsqu’il s’agit d’un premier album.

Ensuite, cette exigence, on la retrouve dans le choix du label. Rares sont les producteurs et musiciens qui ont le luxe de choisir. Quiet Dawn ne fait résolument pas partie de ceux là mais c’est tout naturellement et avec persistance qu’il s’est orienté vers l’Angleterre, terre de grands beatmakers qu’il admire et dont le travail s’apparente à ce qu’il produit lui même.  C’est donc First Word Records qui le signe et lui témoigne un bel enthousiasme à l’écoute des maquettes. Pour info, le label de Leeds avait déjà ouvert ses portes à d’autres français : Soulist et Fulgeance aka Souleance. First Word s’impliquera d’autant plus que le label proposera Eric Lau pour le remix de « New Dawn » (feat. Oddisee) qui fit l’objet d’une sortie en 2014. L’appât était lancé !

 

 

L’attente de la sortie de « The First Day » n’aura pas été vaine. Et c’est bien la notion de temps qui est la pierre angulaire du projet. Le temps d’un jour, le premier jour en l’occurrence durant lequel on retrouve les étapes de l’amour fraternel et charnel. Une chronologie qu’on pourrait comparer à celle de du disque et de l’existence même de l’artiste. La temporalité universelle réduite à cette journée et orchestrée par une narration musicale pleine de finesse.

La grande force de Quiet Dawn est de mettre en valeur ses featurings. Cela provient certainement de ses années de production et d’arrangement pour les autres. Un équilibre qui l’amène même à adapter l’instrumentation au profil de l’artiste comme sur « Golden Moments » où il offre une nappe electronica à la voix de Sarah Gessler de Beatspoke. Sur « Hold Them Close » on retrouve l’influence jazzy du trompettiste Miles Bonny. La technique de Oddisee se libère pleinement sur « New Dawn ». On retrouve les beats hip hop profonds et lourds de Dandy Teru sur « Waters II ». La rythmique africaine vient habiller « Dusk » avec Majnun. Le beatmaker Barrio se lâche en tant que MC sur « Zoe ». Et enfin, le titre « Grow Old Pt. 2 » dans lequel intervient Theory Hazit pourrait aisément figurer dans un des albums du MC américain.
Quiet Dawn pousse encore plus loin les collaborations en demandant à d’autres de remixer ses titres façon « remixeur remixé » : Ohmega Watts et Lil’ Dave figurent sur le LP alors que Eric Lau et Souleance sont en bonus par ailleurs.

 

 

On voit bien là la discrétion et la recherche de partage dont témoigne le producteur néo-Orléanais puisqu’il ne s’accorde que trois escapades mélodiques (« Aurora », « The Trap » et « After Sex »). Et malgré tout ce mélange d’influences, on a un disque équilibré qui raconte une belle histoire.

Et pour compléter le panorama, on a découvert quelques jours après le clip de « Dusk ».

 

 

On a coutume de dire que la sortie d’un album, c’est le commencement pour le public et à l’inverse la fin pour l’artiste. En tout état de cause, Quiet Dawn nous offre son « The First Day » qui n’est ni plus ni moins que le premier jour du reste de sa vie (artistique).

Nul besoin de vous préciser qu’il faut vous précipiter sur ce disque. Pour les amoureux du vinyle, sachez qu’il arrivera le 20 avril en même temps que la sortie mondiale.

 

QUIET DAWN : LE PREMIER JOUR DU RESTE DE SA VIE

Share This