<< All the new cats out now do not know the history >>. C’est sur ce gentil constat d’un DJ Premier enfoui derrière les consoles de son studio que s’ouvre le générique de ce DVD, sorti outre-Atlantique au mois de janvier 2007

« All the new cats out now do not know the history ». C’est sur ce gentil constat d’un DJ Premier enfoui derrière les consoles de son studio que s’ouvre le générique de ce DVD, sorti outre-Atlantique au mois de janvier 2007. Les cartouches sont tirées dès l’introduction, au cours de laquelle vrillent sous nos yeux SP, MPC, Roland et autres Korg de races et robes différentes. Une MK2, un studio multi-patché, 10 000 boutons scintillants. Bip. Scratch. Des animaux domestiqués au fil du temps par ceux que ce DVD a la bonne idée de mettre en lumière : ces Kings of Beats, producteurs et beatmakers d’hier et d’aujourd’hui, sans qui les Big Daddy Kane, De La Soul, Wu-Tang, Biggy, Jay-Z ou Nas se seraient sentis gentiment à poils et seraient peut-être passés inaperçus aux yeux du grand public (même si je vous laisse tout loisir d’en douter).

Je pose la question : combien d’entre nous ont un jour imaginé, à l’écoute d’un beat sillonné par un combo kick-snare déconcertant et 2.5 secondes de cet-alto-qu’on-a-déjà entendu-quelque part, se faufiler avec discrétion dans les studios et ateliers de création des hérauts architectes hip hop répondant aux noms de Pete Rock, Premier, Just Blaze, RZA ou Marley Marl ?

C’est à présent chose faite grâce à ce DVD. Ne croyez pas non plus capter ces demi-dieux du beat « in deep concentration ». Le gras des images est dédié aux interviews. Privilège donné à la parole, aux conseils et aux témoignages plus qu’au quotidien du découpage, mixage, collage. Deux approches différentes donc, qui seront peut être réconciliées dans un futur documentaire (même si on pressent qu’un producteur a du mal à se faire filmer en plein boulot – comme un bon cuistot, il ne révèle ses secrets et recettes qu’avec parcimonie).

Structuré en neuf grands thèmes (Intro, Histoire , DJing , Equipement, Influences, Business, Discographie, Hip Hop aujourd’hui et Conseils), le DVD est carré, bien produit, monté et parfaitement enchaîné. Temps de parole respectés pour toute la smala. Pas trop de longueurs à déplorer et quelques inserts photographiques ou visuels permettant de souffler un peu face au tsunami de confidences de tous ces producteurs. Et le tout mis en musique par un Allah Mathematics, DJ du -gotta check it out- W, qui co-produit et mène les face-à-face filmés de l’ensemble.

Chacune des parties du film apporte son savant dosage de révélations, d’anecdotes croustillantes et d’aveux. Easy Mo Bee en chanteur de doo-wop, Marley Marl revenant sur son QG d’époque, block 40, appartement 2E, station Queens Plaza et se remémorant la découverte (historique ?) qu’il fit en isolant les snares des voix de James Brown, ou Havoc expliquant qu’il fit ses premières armes en jetant un œil discret aux gestuelles d’Extra P et Primo lorsqu’ils composaient à l’époque en studio pour Juvenile Hell… Les confidences pleuvent et les témoignages sont souvent tranchants, voire drôles. Ceux d’un RZA expliquant comment Ol Dirt’ lui marauda à un quidam sa première drum-machine, une Roland 606 argentée, Havoc racontant ses explorations sur magneto double-cassette, Pete Rock découvrant les joies de la SP1200 ou un Just Blaze nous faisant partager le souvenir de ses premiers (petits ?) chèques.

Une grosse main retourne deux trois caisses gonflées de vinyles qu’on devine majeurs lorsque les doigts en font jaillire le Symphony de Cold Chillin’ ou, entre autres waxs plantureuses, le That’s The Joint des Funky 4+1. Educatif ce DVD. Voilà qui plaira donc à tous ceux portant un intérêt au hip hop, à sa culture et ses acteurs. Certains regards portés par des multiplatinés de la production nous éclairent assez bien sur le rapport du producteur au DJing et avant tout à l’équipement… On différenciera les nostalgiques (Mark the 45 King, Easy Mo Bee, Primo…), les évolutionnistes (Havoc : « The Muthafuckin’ Protools change the industry ! »), les arrivants-arrivistes (Swizz Beats et sa Lamborghini jaune-poussin en guise de lieu d’interview), les grands enfants siphonnés du beat (Rza : « Got a lot of women, got a lot of children and got a lot of keyboards. Like 21 » ou Salaam Remi et sa collection de petits pianos vintage…). Mais c’est Prince Paul qui boucle la boucle : « Si tu veux produire pour faire de l’argent, reste ou tu es, casse toi. Mais si tu veux faire ça parce que tu aimes vraiment la musique, s’il te plaît, ramène toi, tu es le bienvenu ! Viens faire évoluer les choses ! »

On déplorera tout de même la centralité du documentaire, confiné à une vision « new-yorkaise » de la production. L’absence de Dre est compensée par la présence de Swizz Beats, me direz-vous. Madlib a récupéré les crates de Prince Paul pour les enfumer avec modernité, les sudistes extrêmes ne rentrent pas dans la ligne historique de l’ouvrage et la Motor City a perdu son principal représentant sonique… Certes, on ne crachera pas dans la soupe de ce très bon DVD. Une dernière question se pose tout de même : mais où se cache Hank Shockley ? Le King du Bomb Squad, est en effet l’unique tête couronnée (vous avez dit Hitmen ?) ne figurant pas au tableau de chasse de cet impressionnant document, qu’on conseillera à tout beatmaker en herbe, la tête entre Cubase et Protools, mais aussi et surtout à tous ceux ayant la volonté de comprendre ce qui se cache derrière tous ces collages, proprets ou crades, qui rythment notre quotidien. En bonus, des outakes qui valent leur pesant de pépites, ne serait-ce que pour ce rush où la caméra surprend le « Chocolate Boy Wonder » Pete Rock tapotant sa MPC, en plein effort, concentration artisanale du Soul Bro… et comment, en un tour de boutonnage, tout devient si simple. Enfin, deuxième bonus, les affrontements, dans un club à Brooklyn, de 6 participants d’une Beat Battle, joute moderne au cours de laquelle s’affrontent des apprentis ciseleurs et serpentins du beat à grands coups de patterns, loops et autres press buttons, construisant plus ou moins leurs instrus live and direct… Reste que tout ce beau petit film est en anglais uniquement. Avis aux non-anglophones, il est temps de s’y mettre…

Created, written & produced by Aari Jubran
Directed and produced by Ray Stewart, NTZ
Asst. Director & Editor : Khomari Flash, ICU
Interviews and Original Score : Mathematics

Durée totale : 66 minutes

Features : Marley Marl, DJ Premier, Pete Rock, The RZA, Kanye West, Just Blaze, Havoc, Swizz Beats, Alchemist, Trackmasters, Easy Mo Bee, Ski Beats, Prince Paul, D-Dot, David Banner, 45 King, Salam Remi, Rockwilder

Par Lucas Blaya pour 90bpm.com