Chaque semaine 90bpm.com vous propose désormais une rencontre avec un artiste, un producteur, un dj, plus largement un acteur du mouvement hiphop dont l?actualité et le talent méritent un coup de projecteur. Et c?est le dj/producteur Para One qui inaugure cette semaine cette nouvelle rubrique.

Parallèlement à ton travail de production de son, tu fais actuellement la Femis (prestigieuse école de cinéma). Quels sont les clips qui t’ont marqué dans les années 90 et qui te marquent aujourd’hui ?

Ouh là… Je ne suis pas du tout un enfant de la télé, donc je t’avouerais que pour moi le clip évoque plus les après midi glauques des 90’s à squatter au foyer du lycée avec des gothiques en train de comater sur des clips de grunge, qu’autre chose. Mais bon, je reconnais que deux trois trucs sont bien, comme ce clip de Radiohead avec le mec allongé par terre dans la rue. Et puis, quand même, les conneries de MTV rap, genre "Gangsta bitch" d’Apache ou "Headbanger" d’EPMD, bien violent dans le genre. J’ai du mal à respecter les réalisateurs de clip uniquement à base de ça,je préfère voir des vrais films, ou des courts métrages à la rigueur. Dans le clip, par définition il n’y a pas de travail sur le son, qui est pourtant capital au cinoche. Evidemment, j’en vois certains comme Spike Jonze, qui jouent sur plusieurs tableaux mais bon, tout ça est trop lié à une esthétique publicitaire, télévisuelle, ça me repousse un peu.
(Et là je me rends compte que je passe pour un gros mec conscient donneur de leçons horrible, et je commence déjà à le regretter).


Le réalisateur dont tu aimerais être le premier assistant et plus largement tes films préférés ?

Il y a peu de films qui me fascinent, mais ils me fascinent vraiment. L’auteur, je l’imagine comme un nain accroché à une petite nacelle, tiré par la montgolfière qu’est son oeuvre (yeah!). Donc je ne fétichise pas sur untel ou untel, mis à part des cas exceptionnels comme Tarkovski, Dreyer ou Chris Marker, ou à la rigueur David Lynch. Bon allez, pour répondre à ta question tout en restant "cool" et branché, je te dirai Lynch, parce qu’il est encore vivant et parce qu’il est bon quand même."Mulholland" et "Fire Walk With me", c’est grand.

Mais les films que j’aurais aimé tourner, comme "Le Départ" (Skolimovski), "Le Miroir" (Tarkovski) ou "Le Mépris" (Godard), ils existent déjà. C’est embêtant. Il ne me reste plus qu’à devenir mon propre réalisateur préféré, haha. Non en fait, revenant à ta question, 1er assistant ça m’emmerde. Il faudra bien y passer, sûrement, mais c’est un métier qui n’a rien à voir avec la création. Passer des coups de fils pendant 15 ans, c’est pas mon truc.Tant qu’à faire, je préfère bouffer des pommes et composer ma musique tranquille, plutôt que de faire de l’alimentaire de base.

Tu produis entièrement le maxi d’Iris qui sort ce mois-ci et sur lequel on retrouve également Sept, Flynt et Lyricson. Comment se sont faites les rencontres avec ces gens et le travail en studio ?

Bon, avant la Fémis quand j’étais en BTS audiovisuel, on travaillait sur un multicaméra, et j’étais à la régie vidéo. J’arrive, je teste l’intercom pour voir si les cadreurs m’entendent, et pour rire je demande un petit freestyle au hasard… Et là, j’entends un mec rapper dans son intercom, caméra à la main, un pur texte et tout! Mort de rire, je vais sur le plateau et c’était Iris. On se connaissait de vue, de loin, et puis ce jour là on a fait connaissance, on a tapé le freestyle toute la soirée. Voilà. L’idée du maxi est venue très vite, il y a donc environ 4 ans maintenant. Iris est un ami très proche, j’admire énormément la personne et ce qu’il fait, il est entier, passionné, et surtout c’est le mec le plus honnête, le plus généreux et le moins calculateur que je connaisse.

Lyricson, on l’a vu un jour sur scène avec Taïro et Kaliman, on était avec Globe Et Lonzer de Quality Streetz, on a bloqué. Dès le lendemain on enregistrait ensemble. Comment décrire… Ce type, et ça commence à se savoir, a le potentiel le plus énorme qui soit! En plus il est super jeune, j’espère vraiment pour lui qu’il ira là où il mérite d’aller. En tous cas, travailler avec lui est un plaisir, car il sait ce qu’il fait, il est très autocritique sans être parano, et le travail avance très vite. En plus on commence à vraiment bien se connaître, donc il y a une écoute mutuelle, une vraie interaction qui s’installe. On a quelques projets ensemble, on verra bien…

Sept, je l’ai connu à Grek frite, l’émission de Tekilatex (les Svinkels, avec qui je jouais sur scène à l’époque, m’en avaient déjà parlé), et je me disais vraiment que Iris et lui avaient un truc en commun dans l’écriture, un même jeu sur la langue un peu complexe, avec ce plaisir des mots qui sonnent. Donc, un soir après Grek frite, lors d’une classique "Para session", on s’est tous retrouvés chez moi et j’en ai profité pour les présenter. Voilà. Pareil, sept c’est un talent lyrical hors normes. Un des rares mecs en France à avoir certains textes qui atteignent la perfection (la vraie). Et puis bon, encore une fois le taff en studio se fait à la cool, vite et très bien, Sept sait ce qu’il veut et ça aide.

Enfin, il y a Flynt que je connaissais par Quality Streetz, et dont j’avais enregistré et mixé quelques morceaux pour Explicit Dixhuit(mix-tape sortie l’année dernière, ndlr). Un gars vraiment réglo, posé, on se connaît bien. Il avait aimé l’instru de "Crazy" et je trouvais que sa voix collait mortel au son, donc j’ai proposé à Iris un featuring. Finalement, ça s’est très bien passé, on a pu enfin réunir tout le monde pour faire ce track !


Tes 3 albums rap américain de l’année 2002 ?

-Edan: Primitive Plus
-El-P: Fantastic Damage
-Boom Bip: Seed to Sun

 

Ton actualité et tes projets pour cette année ?

Bon, je bavarde beaucoup, mais voilà, tout ça fait un petit maxi trois titres "N recordz" qui arrive en retard certes, mais il arrive: dans les bacs bientôt. Et puis il y a le maxi Quality Streetz: vinyl chill 2, avec Lyricson dessus pour un titre électro d’énervé, avec le DanceHall Shot (Habib, Chadness, Dragon Davy) et enfin un son à moi en bonus.

Et aussi l’Atelier qui arrive (haha, la blague éternelle: quand ça sort? Patience!).
Et aussi Fuck A Loop qui arrive (avec Tacteel).
Et aussi Institubes qui arrive (Préparez vous).
Et aussi Panic Room qui arrive (Avec "Beat Down", feat TTC, d’Oz, Tes, Orgasmic).
Et aussi le EP du Klub des Loosers qui est sorti, "Baise les Gens".

Et n’oubliez pas d’acheter le maxi de TTC "De pauvres riches" (celui là par contre, je ne suis pas dessus mais il y a plein de trucs bien dedans), et "Cadavres Exquis" de l’Armée des Douze toujours dans les bacs (sur lequel Para produit le morceau « Helium liquide », ndlr).

…Et pendant ce temps-là je finis mon documentaire sur l’enfermement psychiatrique.
Visible bientôt j’espère.