« RTJ2 » ÉTAIT ENCORE UN RÊVE. « RTJ3 » ÉTAIT LA DERNIÈRE ALERTE. « RTJ4 » SONNE LE DOOMSDAY, LE JOUR TANT ATTENDU DU CHANGEMENT (OU PAS).

 

 

Militant politique avéré, notamment aux cotés de l’ex-candidat aux primaires démocrates Bernie Sanders, Killer Mike nous avait adressé un puissant discours il y a quelques jours à l’occasion d’une conférence de presse organisée par la maire d’Atlanta et en rebond à la mort de George Floyd, tué par des policiers de Minneapolis le 25 mai. C’est larmes aux yeux que le rappeur a exhorté les manifestants à ne pas « bruler leurs propres maisons » et a en profiter pour s’organiser politiquement. Le lendemain, il faisait une magistrale leçon d’union entre blancs et noirs dans le show de Stephen Colbert.

 

 

Le militantisme est par essence le socle de la musique de Killer Mike. Et cela se ressent bien-sur dans celle du duo qu’il forme avec EL-P : Run The Jewels. Les événements récents ont même provoqué ce jeudi 4 juin la divulgation de leur album « RTJ4 » un jour avant sa sortie officielle. Le duo s’était exprimé la veille avec ce petit texte expliquant son geste : « Et puis merde, pourquoi attendre. Le monde est infecté de conneries donc voici quelque chose de pur à écouter pendant que vous faites front. Nous espérons que cela vous donnera de la joie. Restez prudents et gardez espoir, et merci de permettre à deux amis de se faire entendre et de faire ce qu’ils aiment. Avec amour sincère et gratitude. Jaime + Mike ». Et encore une fois, le nouvel album est en téléchargement gratuit, comme le fût ses prédécesseurs. La différence cette fois-ci est que RTJ nous propose aussi d’acheter le disque pour que les revenus reviennent ensuite à une liste d’organisations qui luttent pour les droits civiques des noires aux États-Unis.

Ils ne sont pas les seuls mais EL-P et Killer Mike ont sorti deux albums pendant le mandat de Donald Trump, réputé être une ère d’inspiration et de contestation pour le monde du rap. « RTJ3 », qui était également sorti prématurément la première année d’investiture du milliardaire américain (2017), était déjà une alerte du danger à venir. Graphiquement, les célèbres mains faisant le signe de RTJ avaient été dépossédées du collier pour avancer l’idée qu’il n’y avait plus rien d’autre à prendre que nous-même, que nous étions les derniers bijoux à voler. Les violences policières et le Covid-19 sont venus encore une fois frapper les populations les plus fragiles en Amérique et on peut dire que ces dernières ont véritablement été dépossédées de tout ce qui leur restait, leur sécurité, leurs droits, leur existence même.

Cela faisait très longtemps (plus d’un an) que le nouvel album était en préparation. Annoncé début 2019, on en avait eu la preuve l’été dernier quand le duo était allé bosser dans les studios du légendaire Rick Rubin. Les chansons parlent de brutalités policières, de racisme, d’inégalités, de réveil des consciences, de lutte. Le terme « I Can’t Breathe » (« je ne peux pas respirer ») figure aussi dans les textes mais faisait référence à d’autres victimes comme Eric Garner, mort en 2014 sous la fameuse immobilisation ventrale utilisée illégalement par un policier de New-York. Le drame de George Floyd prouve que peu de choses ont changé et que la musique de Run The Jewels résonne plus que jamais, à un point charnière, aujourd’hui, de la guerre contre le racisme envers les noirs et envers toutes les autres discriminations. Car nous y sommes (sûrement), c’est le doomsday. Le jour du changement que le groupe avait déjà évoqué à travers le clip de « Ooh La La » (avec Greg Nice et DJ Premier pour un clin d’œil flagrant au « Dwyck » de Gangstarr en 1994) qui était apparu quelques temps avant les premières perspectives de déconfinement à la fin du mois d’avril. La vidéo avait des airs de rébellion dans laquelle la population sortait spontanément pour mettre à bas les institutions du pouvoir et de l’argent. Tout cela d’une manière pacifique puisque aucun trader ni banquier n’avait été blessé.

 

 

« RTJ4 » semble plus maitrisé. Plus que jamais, l’heure est cruciale. EL-P et Killer Mike savent qu’ils peuvent être entendus, écoutés, plus largement que d’habitude. On sent bien que les deux rappeurs ne gaspillent plus leurs munitions dans des futilités et se doivent de viser juste. Même dans l’imagerie, on a l’impression qu’il y a même eu une auto-censure après le 25 mai. On se souvient des artworks des premiers extraits. Surtout les visuels sur lesquels les artistes brandissent des armes de point. Visuels qui ont été retirés sur Facebook mais sont toujours présents sur Instagram et sur leur site. Preuve que le choc des photos a son importance dorénavant, surtout celles qui pourraient desservir la cause.

Pourtant, RTJ ne se censure pas et ne se renie pas. Le duo continue à cultiver cette idée de colère saine comme moyen de lutte. Rien n’est garanti concernant le monde d’après. Ses défenseurs sont tenaces et tiennent encore le crachoire. Mais force est de constater que les protestations à travers le monde et la défiance grandissante envers les autorités nous rapprochent d’un profond changement. Et si cella se confirme dans quelques mois, EL-P et Killer Mike auront fait leur part de boulot. A nous de faire le reste.

 

 

L’album « RTJ4 » est donc en téléchargement gratuit sur le site de Run The Jewels mais il ne tient qu’à vous de faire une donation qui ira au bénéfice du MDC (Mass Defense Committee) qui est un réseau d’avocats, de juristes et d’étudiants en droit fournissant un soutien juridique aux militants politiques, aux manifestants et aux mouvements pour le changement social. Sachez également que la version physique sera disponible en septembre.

 

 

 

TRACKLISTING :

01. Yankee And The Brave
02. Ooh La La (feat. Greg Nice & DJ Premier)
03. Out of Sigt (feat. 2 Chainz)
04. Holy Kalamafuck
05. Goonies Vs E.T.
06. Walking In The Snow
07. Just (feat. Pharrell Williams  Zach de la Rocha)
08. Never Look Back
09. The Ground Below
10. Pulling The Pin (feat. Mavis Staples & Josh Homme)
11. A Few Words For The Firing Squad (Radiation)

Jewel Runners – Juin 2020