UN ALBUM PHOTO DU PARCOURS DE GRAND SINGE MAIS TOUT DE MÊME PORTÉ VERS UN AVENIR DURABLE.

 

 

Voici donc 3 ans que le projet de Grand Singe a vu le jour du coté de Besançon, une terre bien connue pour sa scène beats music incarnée notamment par les beatmakers de Cotton Claw pendant longtemps. Mais le rap n’est pas en reste et force est de constater que les passerelles sont naturelles entre les deux mondes du coté de « Beztown ». C’est en tout cas le parcours qu’on pu connaitre les membres du groupe que sont Zo (quart de Cotton Claw justement), Miqi O et Boucherie Chevaline qui touchent chacun à la production musicale tout en étant de grands fans de hip hop américain.

La genèse du groupe remonte à septembre 2017. Nous avions eu le plaisir de partager la vidéo de « Eazzcoazz » dans laquelle on retrouvait déjà le trio en action. A l’époque, on avait imaginé le début d’une nouvelle carrière solo dans le rap pour Zo qui se faisait encore appelé « La Chauve Souris » quelques semaines plus tôt. L’expérience ayant été concluante et le temps aidant, l’idée de monter une formation a fini par s’imposer. C’est un peu plus tard que l’imagerie des grands primates a vu le jour. Une tendance qui fût surement influencée par le fait que Boucherie Chevaline était déjà masqué et par les beaux espaces boisés qui ornent le département du Doubs. Tout cela avait fini par se matérialiser à travers « Ouverture » (septembre 2018), premier jet officiel du projet sous la forme que l’on connait aujourd’hui.

 

 

Les maques sont en substance la représentation visible de l’exigence de Grand Singe. Avec plusieurs versions en 3 ans, ils allient créativité, qualité d’exécution et caractère, pour ne pas dire agressivité. C’est aussi comme cela qu’on pourrait décrire la musique du groupe. Il y a d’abord ce coté hybride (que les artistes qualifient de « groove cabossé ») avec parfois cette envie de casser les codes dans la prestation comme sur « Namasté », « Cliquetis Clung », « Gorille » ou encore « Benchmarking ». Tout y est ciselé tant au niveau des instrus qu’au niveau des figures de style. Pourtant, il y a des bases solides d’un hip hop historique qui a fait ses preuves. Il n’y a qu’à voir la présence des influences jazzy sur certains tracks qui pour l’occasion font la part belle à une musicalité organique. La présence de cuivres en sont la preuve, notamment en intro de « King Kong » ou par le biais du saxophone de Félix Petit sur « Goliath ». Ailleurs, des sons de contrebasse, claviers et autres percussions se font bien sentir. Et puis, impossible de passer à coté des clins d’œil à New York, berceau du hip hop, sur « Grande Pomme », « Crazzy » (où l’on entend la voix de ODB) ou enfin « Outan » où le fameux « Wu Tang » est repris à la sauce primate.

 

 

« Outan Clan » se dit être un album photo retraçant le parcours du groupe depuis ses débuts et on voit bien qu’il y a eu du chemin de fait. N’oublions pas qu’il est déjà passé par la finale du Buzz Booster Grand-Est puis aux Trans Musicales de Rennes. De surcroit, on ne peut que saluer les efforts fournis, autant dans la forme que dans le fond, pour aboutir à un projet innovant, inclassable et pour le coup, durable.

Le temps de faire connaissance avec l’album, de le défendre sur scène lorsque la pandémie du Covid-19 sera loin, Grand Singe devrait se tourner vers la suite, histoire de régner seuls tout en haut de la chaine alimentaire du rap made in France.

 

D’ici-là, prenez le temps de découvrir l’album « Outan Clan » sur la plateformes de votre choix.

 

 

TRACKLISTING :

01. Ouverture
02. Yéti
03. Namasté
04. King Kong
05. Loizeau
06. Cliquetis Clung (feat. Robine)
07. Goliath (feat. Félix Petit)
08. Gorille
09. Eazzcoazz
10. Benchmarking
11. Grande Pomme
12. Crazzy
13. Outan

La Boocle – Mai 2020