UN DEUXIÈME ALBUM CONFORME AUX ATTENTES. UNE FAMILLE MUSICALE AU SOUTIEN. L’ÉTAT D’ESPRIT DE S.PRI NOIR NE POUVAIT ÊTRE QUE DANS LES MEILLEURES DISPOSITIONS.

 

 

A l’opposé d’un Koba LaD qui peut tout perdre en un quart de seconde à cause d’une prise de parole déplacée, on trouve des rappeurs comme S.Pri Noir qui ont la tête sur les épaules et qui gèrent plutôt bien leurs carrières. Il faut dire qu’à l’âge de 34 ans, Malick Mendosa n’est pas un jeune minet. Dans le game depuis 2012 officiellement, il a commencé par se construire une base solide avec son label Nouvelle École qui lui permettra de signer très vite un deal avec Sony.

A partir de là, tout s’est bien déroulé pour lui surtout ces 3 dernières années qui ont vu son statut solo grandir par le biais notamment de son premier album « Masque Blanc » en 2018. Grâce à sa licence en marketing, il gère également le hors musique en exploitant un autre de ses domaines de prédilection : la mode. En devenant l’égérie de la Maison Cartier catégorie lunettes en fin d’année, il a résolument passé un palier supérieur, après avoir collaboré avec d’autres marques prestigieuses.

Pour son retour sur long format, le rappeur a encore joué la générosité mais a su mieux doser avec pas moins de 16 titres (dont un freestyle). Les 22 titres de « Masque Blanc » contribuaient à l’effet opulence d’un premier album sans doute. Par contre, le nombre d’invités a pratiquement doublé comme pour mieux adouber celui qui est devenu un des barons du rap parisien et hexagonal. C’est pour ainsi dire toute une famille musicale qui se soutient en apparaissant dans les albums de chacun de ses membres. Pas étonnant donc qu’Alpha Wann et Sneazzy succèdent à Nekfeu (S.Pri Noir apparait aussi sur le « Nouvo Mode » de Sneazzy), que Lefa de la Sexion d’Assaut montre le bout de son micro, que Laylow vienne rendre la pareille après que son hôte soit venu sur son récent album « Trinity », que Dadju (rappelons-le le frère de Gims) vienne soutenir etc.

Tout ce beau monde vient participer à un ensemble encore varié, très inscrit dans notre époque avec ce qu’il faut de vision du futur à en croire les thématiques de certains morceaux (comme « Dystopia » dont le Paris vidé de ses habitants est étrangement prémonitoire) et l’univers digital qui illustre l’album, si ce n’est pas des références aux espions à la James Bond. Un esthétisme que S.Pri Noir développe aussi dans ses diverses activités.

 

 

Confinement oblige, il a organisé la veille de la sortie une FAQ de presque 4 heures. Dans ce contexte, il est inutile d’en dire plus car tout y est expliqué.

 

 

 

« Etat d’Esprit » se consomme sur les sites de streaming que vous souhaitez.

 

 

TRACKLISTING :

01. Multiplayer (intro)
02. Salades
03. Mannequin (feat. Leto)
04. Rio Paris (Vol 447)
05. T’as Capté (feat. Alpha Wann & Sneazzy)
06. Humain
07. Night And Day (feat. 4Keus)
08. Code Pin 878
09. Maman Dort (feat. Alonzo)
10. Badman (feat. Lefa)
11. 100 Regrets
12. Le Plan (feat. Laylow)
13. Code Pin 778 (feat. Lyna Mahyem)
14. 911 (feat. Dadju)
15. Dystopia
16. 4 Litres 2 (Freestyle)

MI6 / All Points Music – Avril 2020