DEUX ANS SE SONT ÉCOULÉS DEPUIS LEUR SIGNATURE CHEZ DREAMVILLE. IL SEMBLERAIT QUE EARTHGANG LES AIENT MIS À PROFIT POUR DÉPEINDRE LEUR MONDE IDÉAL.

 

 

Johnny Vennus et Doctur Dot ont beau venir d’Atlanta, ils font partie à part entière de la famille Dreamville qui trouve son épicentre en Caroline du Nord du fait des origines de son patron J Cole. Leur absence sur la dernière compilation du label « Revenge of The Dreamers III » aurait été mal vue. C’est donc aujourd’hui que le duo formalise par l’album « Mirrorland » sa signature sur le label actée depuis 2017.

De par leur provenance, Earthgang ne peuvent pas déroger au courant Dirty South. Mais les rappeurs ont su piocher à la fois dans la mouvance actuelle autant que dans les influences de leurs ainés de Outkast. Leur style à eux en est ainsi devenu hybride, leur touche est elle remplie d’humour et de fantaisie, voire d’excentricité, à l’image de ce qu’ils sont dans la vie, fou et sains à la fois (ils sont végétaliens). Leur volonté d’être différents, ou eux-même selon le coté où on se place, est née dès le lycée lorsqu’ils ont été obligés de suivre un cursus sérieux et cloisonné avec leurs bons résultats scolaires, alors qu’ils avaient envie de créativité et de liberté.

Ce qui est certain, c’est qu’ils sont d’Atlanta et nous le proclame tout au long de l’album. Un Atlanta et son excellence noire (il n’y a qu’à voir la liste d’artistes issus du patelin), un Atlanta qui se gentrifie de plus en plus à leur grand regret, un Atlanta dont des lieux emblématiques de la ville qui disparaissent peu à peu comme un restaurant végan dans lequel ils ont rencontré leurs compagnes du moment. Un Atlanta, et un pays en général qui les inquiètent en tout point. D’ailleurs, Vennus songe régulièrement à quitter l’Amérique pour l’Afrique, une autre de leurs inspirations culturelles. Mais, le duo aime encore sa ville plus que tout.

Sauf que pour faire adhérer tout le monde (ils ont déjà une belle réputation dans leur propre bled), il leur fallait créer un monde imaginaire où tous leurs délires seraient la norme. Pour se faire, ils se sont fortement inspiré du film « The Wiz » de Sidney Lumet en 1984 qui était grosso – modo une adaptation afro-américaine du Magicien d’Oz avec à la baguette pour la BO un certain Quincy Jones. Vouloir faire mieux que cette œuvre a peut-être expliqué une attente de deux ans finalement.

On ne va pas rentrer dans la comparaison mais ce qui est certain c’est que leur pays d’Oz s’appelle « Mirroland » et qu’il est désormais ouvert à tous. Ce qui est ouvert à tous, ce sera aussi les portes du Trabendo à Paris pour leur concert du 20 septembre.

 

 

 

« Mirrorland » se trouve sur l’ensemble des plateformes.

 

 

TRACKLISTING :

01. LaLa Challenge
02. UP
03. Top Down
04. Bank
05. Proud of U (feat. Young Thug)
06. This Side
07. Swivel
08. Avenue
09. Tequila (feat. T Pain)
10. Blue Moon
11. Trippin (feat. Kehlani)
12. Stuck (feat. Arin Ray)
13. Fields (feat. Malik)
14. Wings

Dreamville / Interscope – Septembre 2019