PLUS QUE JAMAIS, LE RAPPEUR DU MARYLAND EST A L’IMAGE DE LA DÉFINITION DE SON BLAZE : « IGNORANTLY DELVERING KNOWLEDGE ».

 

 

Sur les 10 années de carrière de IDK (ex Jay IDK), on peut dire que les 3 dernières ont été décisives avec notamment depuis la mixtape « Empty Bank » en 2016. Il enchainera ensuite avec « IWASVERYBAD » en partenariat avec Adult Swim et passera sa vie en tournée, tout seul ou en soutien pour d’autres. Il est aujourd’hui un des rappeurs les plus en vue de sa génération. Et dire qu’on a failli passer à coté d’un tel artiste.

Jason Mills, IDK grandit dans une famille aisée du conté du Prince George dans le Maryland. Il aurait pu embrasser une carrière de médecin après de hautes études mais le jeune homme choisi d’aller dans le pire bahut de sa ville et finira en échec scolaire. Il finira même deux fois en prison, la première fois pour vol à main armé et la seconde pour retard de paiement. C’est au cours de ces périodes d’incarcération qu’il trouvera sa voie de rappeur (en plus d’une reprise sérieuse des études), faisant la joie de ses codétenus avec ses premiers freestyles. A sa sortie, il dépose ses productions sur le web et l’aventure commence.

En soi, la discographie de IDK n’est pas la plus fournie mais tout le monde s’accorde à dire que ses jeux de mots et ses choix d’instrumentations variées font de lui un artiste à part. « IsHeReal » n’est que son premier album officiel et ne dure qu’une quarantaine de minutes. En prison, il a vite compris la notion du temps et de la valeur du contenu au détriment du volume. Comme tout rappeur qui se respecte, il se dit qu’il a encore pas mal de tracks dans la besace mais les a laissé de coté car ils ne convenaient pas à « IsHeReal » qui se veut très personnel (« Julia » est un hommage à sa mère décédée). C’est pour cela qu’il n’a invité personne sur le disque (sauf Pusha T et JID sur le même morceau « Porno ») car il était le mieux placé pour parler de ses histoires. Comme à son habitude, il n’hésite pas à regarder en arrière pour aller de l’avant. Aller de l’avant comme avec le choix de s’essayer au chant sur quelques morceaux.

« IsHeReal » est comme sa vie : un joyeux bordel fait de hauts et de bas mais sans être un chaos. Si on écoute l’album dans l’ordre, on peut passer d’une intro jazzy à une séquence assez lourde, d’une petite envolée mélodique à un gros beat de bucheron. Et pourtant, tout (ou presque) sonne bon.

IDK a passé sa vie à déconstruire, se reconstruire pour devenir, non pas meilleur, mais celui qu’il a voulu être, hors normes. Pas étonnant qu’il ait crée HXLY TRiBE, un mouvement pour tous ceux qui se sentent différents, prêts à fouler les sentiers parallèles ou opposés. Ce qu’il a fait plus jeune pour ne pas devenir médecin. Il n’y a d’ailleurs qu’à voir la pochette du disque.

 

 

 

Disque intitulé « IsHeReal » et disponible sur les plateformes de streaming de votre choix.

 

 

TRACKLISTING :

01. Cloud Blu
02. 42 Hundred Choices
03. The « E » in Blu
04. Alone
05. 24
06. Lilly
07. Porno (feat. Pusha T & JID)
08. I Do Me… You Do You
09. December
10. European Skies
11. No Cable
12. Digital
13. Michael What TF
14. Julia…

Clue No Clue – Septembre 2019