FRANCHEMENT, L’ALBUM DE DADDY-O EST PLAISANT ET NOUS REPLONGE FORCÉMENT À UNE ÉPOQUE RÉVOLUE MAIS ENCORE BIEN PRÉSENTE DANS NOS TÊTES. 

 

 

2015 avait sonné le grand retour de Daddy-O avec l’album « #EverybodyButKRS » qui venait 22 ans après son premier album solo « You Can Be a Daddy, But Never Daddy-O » de 1993. Depuis, le rappeur a sorti « The Odad, The Gun, & The Children » en 2016 et maintient une fréquence de sorties satisfaisante avec « From My Hood U2 » disponible en ce 16 août 2019. Depuis maintenant 4 ans, le vétéran de 58 ans s’offre une énième jeunesse.

Quand Stetsasonic avait splitté, à part Prince Paul (parti créer Gravediggaz avec Frukwan), on peut dire que c’est Daddy-O qui a le mieux rebondit. Produisant plusieurs artistes, il rejoint l’équipe dirigeante de MCA Records en parallèle et y restera 4 ans. De 1998 à 2015, il disparait un peu de la circulation pour revenir en musique en 2015. Entre temps, il s’était positionné comme consultant dans l’industrie musicale, au point de faire son TEDx la même année.

Daddy-O a beaucoup gardé des valeurs de sa génération concernant le rap en tout cas. Sa façon de produire et de rapper restent sensiblement les mêmes autant que ses messages de tonton. Il garde aussi cette instrumentation très organique, teintée de jazz et de funk qui se marie complètement avec des samples que l’on n’a pas de mal à reconnaitre de-ci de-là.

Coté invités, il ne s’est pas pris la tête en étant allé frapper à la porte de figures ou de valeurs sûres. Tout d’abord les vieilles connaissances comme Posdnous de De La Soul que Prince Paul avait commencé à produire pendant les années Stetsasonic (« From My Hood 2 U »), Bun B du groupe UGK (« (Y U Ain’t) Ride Out »), le duo Smif ‘N’ Wessun du Bootcamp Clik (« Part Uv Da Plan ») ou encore R.A. The Rugged Man dont le titre « Stress » est sorti en face B d’un 45 tours. Il y a ensuite l’esprit d’équipe avec la structure de Chuck D qui le distribue depuis son come-back, puisqu’il fait appel à The Impossebulls sur 2 tracks : « We Survived » et « Gang Gang » (Rappelez-vous, The Impossebulls fût le groupe crée suite à un appel à contribution créatif auprès des fans de Public Enemy sur un forum). Et enfin, toute une série d’artistes qui ont déjà bien bourlinguer (et qui n’ont pas leur page Wikipédia) comme Shelley Nicole, Lena Jackson et DJ Majestiks.

« From My Hood 2 U » est peut-être une sortie mineure face aux opus de Snoop Dogg, Asag Ferg et Rick Ross mais on vous invite vraiment à l’écouter. A défaut d’être « dans le coup » (ce n’est pas ce qu’il recherche), il a quand même de beaux restes et malgré un jeu de comédie difficile dans ses derniers clips, le flow est toujours intéressant, autant que le personnage qui connait bien les rouages du rap depuis si longtemps.

 

 

 

L’album « From My Hood 2 U » est disponible sur le Bandcamp de Daddy-O.

 

 

TRACKLISTING :

01. Intro (Elders Not Saying Anything)
02. Drumma Man
03. From My Hood 2 U (feat. Posdnous)
04. County of Kings (feat. Fran Lover)
05. We Survived (feat. The Crash Crew, The Impossebulls & Shelley Nicole)
06. Serengetti
07. Stress (feat. R.A. The Rugged Man)
08. A Good Start (Parts 1-4) (feat. DJ Majestiks)
09. Afro Air
10. Ain’t No Rhymin’ Fa Free (feat. Lena Jackson)
11. Gang Gang (feat. The Impossebulls)
12. One O Four (For Fat Pat)
13. Part Uv Da Plan (feat. Smif ‘N’ Wessun)
14. (Y U Ain’t) Ride Out (feat. Bun B)

The SpitSLAM Record Label Group – Août 2019