QUE LE TEMPS EST PASSÉ VITE DEPUIS NOTRE ENTREVUE AVEC CHILLA EN JUIN 2018 POUR SON EP « KARMA » À L’ÉPOQUE. ELLE NOUS AVAIT ANNONCÉ DES MOIS INTENSES ET CELA S’EST VÉRIFIÉ.

 

 

 

Alors oui, d’aucun diront que c’était peut-être déjà écrit. Une belle jeune femme qui sait rapper des textes ficelés, cela ne pouvait que fonctionner. D’ailleurs, depuis quelques mois, à l’approche de son album « Mûn », tout s’était accéléré et on avait commencé à la voir partout dans le sillon des médias hype, de Konbini au Figaro Live Musique en passant par Deezer et le Planète Rap de Skyrock. La rappeuse a même eu des articles dans des médias nationaux, devenus soudainement spécialistes du rap, comme Le Point et BFM TV. Elle avait même été sélectionnée pour la campagne de Adidas Football et de l’Olympique Lyonnais. Sa ville de Lyon qu’elle avait déjà représenté pour Apple quelques jours avant notre interview.

Chilla est devenue un produit marketing et elle le sait. Mais ce n’est pas pour cela qu’elle est devenue une autre. Quand nous l’avions rencontré, son discours était posé et elle ne voulait rien précipiter, notamment sur les conseils de son producteur Tefa. Alors, elle a continué à bosser et à nous partager des contenus comme pour installer au fur et à mesure sa légitimité, si légitimité il y avait à obtenir. D’après Tefa, 70 titres auraient été écrits par la jeune femme pour n’en retenir que 17. Personne ne remettra en question son implication et sa sincérité.

Sincérité que l’on retrouve dans un album vraiment très personnel. Si ses premiers titres l’avaient catalogué dans le « rap féministe », c’était juste parce qu’elle racontait à l’époque ses expériences de femme. Dans la période « Balance Ton Porc », les médias s’étaient embrasés à vouloir en faire une chef de file du militantisme féminin. Non, Chilla faisait ce qu’elle a toujours fait, du rap tout court.

 

 

Et même le rap n’a pas suffit à raconter ses histoires. La jeune femme pousse également le chant. De formation classique (violon), son père la poussait à chanter quand elle était petite. Disparu depuis qu’elle a 14 ans, Chilla a récemment affirmé que chanter était une manière pour elle de rattraper le temps perdu. Elle qui ne vivait que pour le rap.

Du coup, elle avait toutes les cordes à son arc pour passer de la nostalgie (« 1er Jour d’École », « Plus La Même ») à la trahison (« Mira ») en passant par la crainte de vieillir seule (« Bridget »), l’amour (« Pour La Vie », « Cœur Sombre », « Aimer ») et même les ravages de la célébrité (« Oulala »). Et oui, même ça elle l’avait anticipé. Et si vous pensez qu’elle est une petite fille sage, attendez d’écouter « Am Stram Gram », « Dis Leur » ou encore « Jungle ».

 

 

La petite fille timide originaire du Pays de Gex a bien grandi. La femme qu’elle est devenue se soucie autant du chemin parcouru que de son avenir. La tête bien sur les épaules, elle sait où elle va et « Mûn » ne peut-être que le début.

En attendant, elle ira vous voir un peu partout en France. Après une Maroquinerie complète, elle reviendra aussi en fin d’année pour faire une prometteuse Gaîté Lyrique à Paris. Toutes les dates de Chilla dans notre agenda.

 

L’album « Mûn » est disponible partout.

 

TRACKLISTING :

01. 1er Jour d’Ecole
02. Bridget
03. Plus La Même
04. Cœur Sombre
05. Aimer
06. Dans Le Movie #1
07. Mira
08. La Nuit
09. Ollie (feat. Kalash)
10. Tic Tac
11. Oulala
12. Ego (feat. Gros Mo)
13. Pour La Vie
14. Solo
15. Jungle
16. Dis-Leur
17. Am Stram Gram

Suther Kane – Juillet 2019