ON AVAIT PRÉSSENTI UN TRÈS BON ALBUM DE LA PART DE SWINDLE. CE N’EST PAS FRÉQUENT MAIS QU’EST-CE QU’ON AIME AVOIR RAISON 😉

 

Le label de Gilles Peterson Brownswood ne s’était déjà pas trompé en 2014 en signant Swindle pour l’EP « Water’s Call ». Normal, l’artiste représente ce qui fait de mieux en termes de diversité de compétences, en tant que producteur et musicien, ainsi qu’en termes d’orientation musicale qui le situe entre le jazz et la grime anglaise. Autant dire qu’il incarne toutes les bonnes vibes de cette culture typiquement UK qu’on adore. Une mixité musicale qui est représentative de celle de sa ville de Londres.

Il aura fallu à Cameron Palmer trois bonnes années pour construire cet album « No More Normal ». En réalité, ce fut trois ans pour accumuler de l’énergie, pour croiser les synergies et pour construire le projet. Mais le résultat est avant-tout une photo de son année 2018 comme il aime à le dire. Une année nourrie par la finalisation de l’opus et par ses nombreuses rencontres. Parmi elles, une petite équipe s’est formée pour devenir une sorte de groupe, non une famille autour du prodige. C’est cet esprit du collectif et certainement de solidarité qu’exprime l’intro « What We Do »qui donne par la même l’idée de fusion des genres en commençant par un ensemble de cordes et de gros cuivres pour se finir en beat hip hop.

La suite n’est qu’une succession de très bons morceaux dont on ne jette vraiment rien. Bien sûr, on retrouve de la grime, zone de prédilection de Swindle, avec « Drill Work » (feat. Ghetts) ou « Take It Back » (avec D Double E). Mais ce n’est pas la majorité de la playlist.

Non, ce qui nous frappe le plus, ce sont ces quelques tracks façon nu-soul qui ne sont pas sans nous rappeler un D’Angelo au top de sa forme. En ce sens, « Run Up » (avec Kiko Bun, Knucks, Eva Lazarus et Nubia Garcia), « Knowledge », « California » (avec Etta Bond et Kojey Radical) et surtout « Reach The Stars » (avec Andrew Ashong) sont de petites perles.

Et puis il y a de petits dribbles de coté qui par leur rareté ou leur fulgurance deviennent de superbes spécimen. Avec « Get Paid », on a affaire à du pur future-funk (avec un soupçon de jazz) avec toute la digitalisation au synthé qui va avec. On regrette que cela ne dure que 58 secondes. Quant à « Talk A Lot » (avec Eva Lazarus), on retrouve une rythmique des caraïbes chère à Gilles Peterson.

Et enfin, on ne parlera pas de « Coming Home » (avec Kojey Radical) qui fût le premier extrait dévoilé et qui jusqu’à aujourd’hui a été joué partout comme porte drapeau du disque, notamment pour Red Bull. Il représente sûrement la fibre de ce qu’est véritablement « No More Normal », une réussite.

 

 

 

Procurez-vous l’album sur le Bandcamp de Swindle.

 

 

TRACKLISTING :

01. What We Do (feat. Rider Shafique, P Money, D Double E & Dailey)
02. Get Paid
03. Drill Work (feat. Ghetts)
04. Run Up (feat. Kiko Bun, Knucks, Eva Lazarus & Nubya Garcia)
05. Coming Home (feat. Kojey Radical)
06. Reach The Stars (feat. Andrew Ashong)
07. Knowledge (feat. Eva Lazarus & Kiko Bun)
08. Take It Back (feat. D Double E)
09. California (feat. Etta Bond & Kojey Radical)
10. Talk A Lot (feat. Eva Lazarus)
11. Grateful (feat. Kojey Radical & Rider Shafique)

Brownswood Recordings – Janvier 2019