Cela fait 11 ans que Jeremiah Jae a sorti sa première saillie. Et il avait commencé fort puisque si on se souvient bien, il fût la toute première signature du label Brainfeeder de Flying Lotus en 2007. C’est au contact de ce dernier, qui lui a présenté du monde de Los Angeles, que Jae a pu ajouté à sa base hip hop le meilleur de la beat scene. En plus d’une décennie, le producteur et rapper de Chicago a été plus que productif.

Ce qui caractérise aujourd’hui « DAFFI », c’est le contexte particulier qui entoure l’album. Black Daffi étant un des ses blazes, on devine tout de suite que cet sorte d’alter-ego est au centre des débats. Et c’est Jeremiah Jae qui l’explique dans un texte accompagnant le disque.

Les artistes comme lui n’ont pas l’exposition des plus grands dont les moindres flatulences nous parviennent par la voix des médias du monde entier. Nous n’avons écho de leurs états d’âme que par le biais de leur musique. Jae est un producteur prolifique et rien ne laissait vraiment paraitre jusqu’à maintenant. Il explique que ces dernières années ont été difficiles pour lui au point de vouloir tout abandonner. Pour quelqu’un dans l’échange comme lui, cela lui a été encore plus difficile de garder ses soucis pour lui. Au bord du burn-out, il a réalisé que la musique était sa seule façon de se relever. De là est née l’idée de réaliser cet album, véritable exutoire pour lui.

Pour l’y aider, il a choisi de faire rapper Daffi, son double qui pouvait sortir les mots que lui-même n’aurait pas pu ou oser prononcer. La prise de pouvoir de l’alter-ego avait déjà commencé en décembre dernier avec l’EP « When Daffi Attacks » pour se concrétiser sur ce nouvel album dont les 16 pistes sont résolument sombres.

Dans cette thérapie musicale, il s’est fait accompagné par des proches, la chanteuse HaBeBe KarenBe (pour qui il a signé des prods), le spécialiste du rap rugueux The Koreatown Oddity, le supersonique Busdriver, l’équipier du Black Jungle Squad (dont Jae en est un des fondateurs) Oliver The 2nd et son propre père, musicien de jazz et ancien collaborateur de Miles Davis, Robert Irving III. Le linge sale se lave en famille.

Nul doute qu’après cet album, Jeremiah Jae trouvera les forces pour continuer et guérir. En attendant, cela reste du bon travail de producteur qu’il est.

 

 

L’album « DAFFI » est disponible sur le Bandcamp de Jeremiah Jae.

 

 

« DAFFI » : L’ALTER-EGO DE JEREMIAH JAE

TRACKLISTING :

01. Intro
02. All Me (feat. Karenbe)
03. Payne
04. Summer School
05. Scottie Beams
06. Streetwatchers
07. Figure Skating (feat. The Koreatown Oddity)
08. Runnin’
09. Backpacks (feat. Oliver The 2nd)
10. Nefertiti (feat. Robert Irving III)
11. Memo
12. In Da Zone (feat. Brusdriver)
13. In The Cold
14. Rise
15. Oldways
16. Da Low End
17. Kutmah x Daffi Mix

HIT+RUN / Yellow Mask Collective – août 2018

 

 

Share This