A la rédaction de 90bpm, on est dithyrambiques sur le travail de Adrian Younge parce qu’il a une vision unique de la musique afro-américaine à la fois simple, directe mais aussi d’une finesse à l’état pur. C’est ce que nous en percevons du moins car en coulisse, le musicien, producteur, arrangeur est un exemple de perfectionnisme et ne lésine pas sur les moyens pour arriver au résultat recherché. Son travail sur les deux volets de « 12 Reasons To Die » avec Ghostface Killah (parmi la tonne de productions qu’il a pu faire en presque 20 ans) nous laisse encore admiratifs. Partout où il passe, son emprunte est tellement puissante qu’il ferait presque de l’ombre aux artistes pour lesquels il compose un album (il a d’ailleurs l’habitude de cosigner les disques).

Avec Ali Shaheed Muhammad, Younge accroche un nouvelle tête d’affiche à son tableau de chasse. Le DJ de A Tribe Called Quest (et aussi membre de Lucy Pearl avec notamment Raphael Saadiq ainsi que de The Ummah avec Q-Tip et J Dilla) vient d’être « libéré » de ses obligations avec ATCQ qui nous a définitivement dit bye bye en mars dernier. Lui aussi, habitué à de nombreux featurings et autres side projects, était à la recherche d’une collaboration qui lui permettrait de montrer d’autres cordes à son arc. C’est chose faite aujourd’hui avec la publication de « The Midnight Hour ».

 

« THE MIDNIGHT HOUR » DE ADRIAN YOUNGE & ALI SHAHEED MUHAMMAD : L’AVANT ET L’APRÈS LUKE CAGE

 

Contrairement à ce que l’on pouvait penser, ce n’est pas sur la BO de la série « Luke Cage » (2016) que le duo avait décidé de collaborer. Non, c’est bel et bien lors de la préparation de l’album « There Is Only Now » de The Souls Of Mischiefs en 2013. Se rendant compte qu’ils avaient la même perception des choses et le même enthousiasme à travailler ensemble, l’idée de faire quelque chose à deux était née et les prémices de The Midnight Hour avaient vite vu le jour.

Et par le plus grand des hasards, Younge et Muhammad se sont donc retrouvés sur le même projet de soundtrack pour la saison 1 de « Luke Cage » quelques temps plus tard. C’est Cheo Hodari Coker, le showrunner de la série qui avait eu l’idée de les réunir, sûrement convaincu par leur 3 tracks sur l’album de The Souls Of Mischiefs. Bien qu’ayant déjà commencé à bosser en studio, le duo stoppa tout pour se concentrer pleinement sur ce nouveau projet qui constitua un vrai challenge pour eux. En effets, le cahier des charges de « Luke Cage » était à la fois dense avec beaucoup de musique à produire et culturellement important pour eux puisqu’il fallait illustrer un personnage emblématique de l’imaginaire noir – américain. Tout cela leur a permis d’être de meilleurs musiciens ainsi que de meilleurs techniciens. En somme, cette expérience fût surement un bon test en condition réelle pour les deux artistes. D’ailleurs, ils devraient même apparaitre dans l’un des épisodes de la saison deux qui ne va pas tarder à débuter sur Netflix.

 

 

Mais ne croyez pas qu’une fois l’aventure « Luke Cage » terminée, Younge et Muhammad furent tentés de revenir à des choses plus simples. Orchestre au grand complet, choix millimétré des samples de jazz et surtout enregistrement 100% analogique ont fait partie d’un process d’enregistrement et de production de tous les instants. La volonté était (encore une fois) de magnifier le savoir-faire de la culture noire, le fameuse Great Black Music.

 

Et c’était le but du morceau d’ouverture « Black Beacon », un appel à la mobilisation de la communauté noire face aux brutalités policières. Une bel « anthem » de 4 minutes qui a d’ailleurs été diffusé en avant-première par Afropunk, militantisme oblige.

 

Le titre « So Amazing » en est quant à lui l’exemple de la recherche de l’excellence. Son auteur à l’origine, Luther Vandross, n’était pas disponible pour cause de décès en 2005. Ali Shaheed Muhammad avait eu l’occasion de travailler avec le célèbre chanteur de son vivant. Et le duo n’a pas hésité à demander l’autorisation aux ayant-droits. Ainsi, on est passé d’une chanson de lover à une belle ballade un peu plus rythmée. Le titre n’est pas vraiment notre préféré mais on reconnait le boulot.

 

Autre invité de marque (et bien vivant celui-la), Raphael Saadiq est venu chanter sur « It’s You ». Il n’a pas fallu le pousser bien loin puisqu’il fût le complice de Muhammad au sein de Lucy Pearl et avait déjà collaboré avec Younge. Saadiq qui multiplie les apparitions (il sera en concert en France en octobre à Strasbourg et à Paris) pour préparer peut-être la sortie d’un nouvel album après 7 ans d’absence. Toujours est-il que le morceau contient une première partie jazz assez pointue puis une seconde RnB avec la voix du membre de Tony Toni Toné dans les 90s.

 

Même si « The Midnight Hour » est officiellement teasé depuis seulement quelques semaines, il faut savoir que bien évidemment certains morceaux datent un peu. C’est le cas par exemple de « Questions » avec comme featuring Ceelo Green. Pour la petite histoire, Kendrick Lamar voulait utiliser ce qui n’était qu’une démo inachevée à l’époque en tant que sample sur un morceau de « Pimp A Butterfly ». K’Dot y ait finalement parvenu sur « Unmaestered » (sur le titre « Untitled 06 | 06.30.2014 »). C’est le cas aussi de « Feel Alive » qui avait été discrètement publié par la chanteuse israélienne Katrina en 2015.

 

Un de nos coups de cœur est résolument « Dans Un Moment d’Errance » pour lequel Younge est allé chercher la chanteuse et musicienne française Laetitia Sadier, ex membre de Stereolab dont il s’est peut-être remémoré la participation au le titre « New Wave » sur l’album « Electric Circus » de Common. qui a sorti un album l’année dernière et qui promène son chantonnement sixties sur le break de batterie de Questlove. Les interventions de Sadier alternent avec les envolées jazz de Keyon Harold et sa trompette. Un moment de easy-listening que Younge affectionne.

 

Autre coup de cœur mais aussi une frustration : « Mare »  ne bénéficie seulement que de quelques rimes de Ladybug Mecca de Digable Planets. Le morceau se termine au bout de une minute alors qu’il aurait mérité d’aller plus loin.

 

D’autres invités sont à écouter à travers la playlist, qu’ils soient vocalistes ou instrumentalistes. « The Midnight Hour » rassemble tout ce que Adrian Younge cherche à promouvoir : utiliser tous les moyens pour servir « l’excellence noire ». Du coté de Ali Shaheed Muhammad, c’est le rapprochement, l’amalgame entre les musiciens et les beatmakers. Depuis « Luke Cage » jusqu’à « The Midnight Hour », ce sont leurs tripes qu’ils cherchent à mettre dans nos oreilles (et l’image de cette expression est dégoutante).

 

L’album « The Midnight Hour » est disponible sur le Bandcamp de The Midnight Hour.

 

 

« THE MIDNIGHT HOUR » DE ADRIAN YOUNGE & ALI SHAHEED MUHAMMAD : L’AVANT ET L’APRÈS LUKE CAGE

TRACKLISTING :

01. Black Beacon
02. Mare (feat. Ladybug Mecca)
03. It’s You (feat. Raphael Saadiq)
04. Questions (feat. Ceelo Green)
05. So Amazing (feat. Luther Vandross)
06. Gate 54
07. Do It Together (feat. Bilal)
08. Redneph In B Minor
09. Better Endeavor
10. Smiling For Me (feat. Karolina)
11. Don’t Keep Me Waiting (Marsha Ambrosius)
12. Bitches Do Voodoo (feat. Angela Munoz)
13. Possibilities (feat. Eryn Allen Kane)
14. Mission
15. Dans Un Moment d’Errance (feat. Keyon Harrold, Laetitia Sadier & Questlove)
16. Love Is Free (feat. Eryn Allen Kane)
17. Together Again (feat. No ID & James Poyser)
18. Feel Alive (feat. Loren Oden & Karolina)
19. There Is No Great Love (feat. Loren Oden & Saudia Yasmein)
20. Ravens

Linear Labs – Juin 2018

 

 

Share This