Black Panther a généré une ferveur incroyable auprès des communautés noires à travers le monde depuis sa sortie dans les salles obscures en début d’année. Le personnage Marvel est non seulement un super – héro mais il surtout le souverain d’un pays imaginaire d’Afrique très avancé technologiquement. De plus, c’était la première fois qu’un blockbuster faisait appel à un casting composé de plus de 90% d’acteurs.rices noirs.es.

Czarface, lui est aussi un super-héro né juste avant 2013 avant le succès de T’Challa (personnage crée sur comics en 1966) au cinéma (le trio avait ensuite bossé sur un projet d’illustration sonore pour la version BD). Il est la fusion fictionnelle et artistique de Inspectah Deck et de 7L & Esoteric qui s’associent pour la cinquième fois sur l’album « Czarface Meets Metal Face ».

 

« CZARFACE MEETS METAL FACE » : MASQUES 2 FER

 

Les disques du projet sont accompagnés de BD avec tout un univers comics très poussé. A la différence de Black Panther, aucun message militant pour Czarface qui revendique plutôt des souvenirs d’enfance bercés par les comics et aussi une occasion de faire un son boom bap entre références du rap. L’histoire du disque se déroule volontairement dans un cadre post – apocalyptique pour éviter toute similitude évidente. Le seul objectif est néanmoins de « sauver le hip hop » comme l’annonçait Inspectah Deck au début de l’aventure. Une mission qui nécessite aujourd’hui le renfort de MF Doom, un des seuls MC des golden years qui trouvent encore grâce aux yeux du trio. Le rappeur exilé à Londres suite à une interdiction de territoire aux États-Unis, rentre tout à fait dans le moule, ayant lui-même emprunté son nom à un personnage de comics : Dr Doom.

Bien qu’il s’agissait du deuxième extrait pour introduire « Czarface Meets Metal Face », le titre « Bomb Thrown » nous présentait la genèse de la rencontre entre les deux entités. Une histoire qui remonte à l’enfance et qui se termine cote à cote à défoncer les ennemis. Ce n’était pourtant pas ce qui était prévu au départ. Depuis leur première collaboration en 2015 sur « Ka-Bang », MF Doom avait bien été identifié comme un potentiel méchant récurrent dans l’univers Czarface. Mais le rappeur au masque de fer souhaitait cette fois-ci passer du bon coté en proposant une association plutôt qu’une opposition. C’est comme cela que le « versus » fût remplacer par le « Meets ». A noter que le clin d’oeil à « Ka-Bang » s’est glissé dans le clip de « Bomb Thrown » puisque c’est le bruit que font les héros quand ils frappent leurs adversaires.

 

 

« Sauver le hip hop » c’est faire référence à un passé glorieux inscrit sur le CV de chacun des membres du projet. Tous originaires de Boston ou de New-York, ils nous délivrent un rap east-coast très rugueux sur fond d’instrumentations boom bap on ne peut plus classiques. C’est peut-être la participation de Doom (mais surtout l’histoire générale) qui noircit un peu plus le tableau, faisant du nouvel opus le plus sombre et inquiétant de la série. Le coté punchy qu’on pouvait retrouver sur les premiers volumes a laissé peu à peu place à une atmosphère pesante qui laisse du coup entrevoir un beau travail de production de la part de 7L. Un travail porté sur les sons organiques dark dans la lignée du travail de Adrian Younge sur l’album « Twelve Reasons To Die » de Ghostface Killah. On a droit au psychédélisme sur « Captain Crunch », au piano et à la flute traversière flippant.e sur « Badness of Madness » ou encore à la bass fantomatique de « Forever People ».

 

 

Par contre, si vous vous demandez quel serait le meilleur morceau de l’album, on vous orienterait peut-être vers l’un des deux seuls titres qui contiennent des invités. « Phantoms » est un modèle de variation d’ambiances. On y retrouve Open Mike Eagle et son style plus moderne et alternatif ainsi que la chanteuse Kendra Morris (qui a d’ailleurs réalisé le clip de « Bomb Thrown » dont on a parlé plus haut) qui avec sa voix sur le refrain donne un relief fou à l’ensemble.

 

 

L’autre titre avec guest n’est pas pour autant dénué de tout intérêt. Sur « Astral Traveling », c’est Vinnie Paz (avec qui 7L & Esoteric ont tourné en France l’année dernière) qui s’invite à la fête avec dès l’intro sa voix mordante. Ensuite, et à l’image de « Phantoms », le track fourmille de changements de rythmes dont le plus important se produit à 2 minutes 40 secondes et termine la chanson avec beaucoup de style.

 

 

Et si on devait retenir un dernier morceau, on plébisciterait « Stun Gun » qui est un morceau plus aérien en termes d’instrumentation. La pesanteur des autres tracks laisse place à un groove plus léger. Non pas qu’il soit moins grave que les autres mais il nous permet peut-être de sortir la tête du brouillard de ce monde apocalyptique décrit dans l’album.

 

 

Évidemment, tout n’est pas de la même qualité parmi les 16 pistes du disque mais il en sort quand même une certaine homogénéité. Les rappeurs et les beatmakers sont encore une fois dans le ton. « Czarface Meets Metal Face » nous transpose là où on souhaite l’être quand on pense à Czarface. La présence de MF Doom y est cohérente. C’est peut-être d’ailleurs la formule pour que le projet puisse durer dans le temps : un invité emblématique qui aura du poids sur le disque. Et si c’est l’intention de Inspectah Deck et 7L & Esoteric, il faudra bien le choisir pour ne pas tourner en rond.

 

L’album « Czarface Meets Metal Face » est disponible en digital sur l’ensemble des plateformes légales et aussi en physique sur le site de Get On Down.

 

 

« CZARFACE MEETS METAL FACE » : MASQUES 2 FER

TRACKLISTING :

01. Take Your Medicine
02. Meddle With Metal
03. Badness of Madness
04. Close Talker
05. Forever People
06. Captain Crunch
07. Don’t Spoil It
08. Phantoms (feat. Open Mike Eagle & Kendra Morris)
09. Bomb Thrown
10. You Masked For It
11. Astral Traveling (feat. Vinnie Paz)
12. Nautical Depth
13. Stun Gun
14. MF Czar
15. Captain Brunch
16. Sleeping Dogs

Silver Age – Mars 2018

 

 

Share This