En été, c’est vrai qu’on a la tête ailleurs et on veut profiter à fond des vacances sans penser aux soucis du quotidien. Grand bien nous fasse. Cependant, le monde continue à tourner et dans le rap, Fashawn en est un de ses veilleurs. C’est donc en plein milieu du mois d’août que le rappeur de Fresno en Californie a sorti son EP « Manna » chez Mass Appeal, deux ans après « The Ecology ».

Sans vouloir casser l’ambiance, il délivre encore une fois sa vision politique, intellectuelle mais aussi spirituelle des maux de notre société à travers 9 pistes aux paroles réalistes mais aux instrumentations diverses, naviguant à tour de rôles dans le dur comme dans le trémolo. Ses réflexions et ses observations, il nous les met aujourd’hui à disposition en reprenant l’idée de la Manne, la nourriture divine qui avait sauvé les hébreux de Moïse durant l’exode des Israélites pour fuir l’Égypte. En clair, il nous tend la perche pour trouver notre propre analyse sur la société et sur nous – même.

 

« MANNA » DE FASHAWN : NOURRITURE DANS LE DÉSERT DE L’IGNORANCE

 

Et cela commence dur avec « Manna (Mosses) ». Ne comptez pas sur Fashawn pour vous faire trémousser d’entrée. Même si cela s’arrondit ensuite, le thème se veut plus solide pour ce titre qui n’est autre que l’introduction ou l’arrivée de Fashawn. Il explique son concept de Manne et concède qu’il a été trop longtemps éloigné du jeu. Moïse en jeans casquette qui débarque dans en trombe dans la boite de nuit pourrait-on dire. En tout cas, on voit tout de suite l’un des types de beats qu’il privilégie avec celui plus 90s : le beatmaking avec des cuts aux pads.

 

On reste dans « l’ego trip » sur le titre qui porte le nom du rappeur californien. Ce dernier explique que tout artiste devrait avoir un titre à l’image de sa propre estime. Une sorte d’hymne personnel ou de carte de visite du moment. Un titre pour situer le personnage pour qu’il n’y est aucune équivoque. On imagine que cela découlait d’un besoin pour lui de se resituer aux yeux des gens après deux ans d’absence. Pourquoi pas. A noter l’intervention de Large Professor sur ce morceau.

 

Revenons aux choses sérieuses. Le mois dernier était publié le clip de « Mother Amerikkka », titre qu’on connaissait depuis des mois et qui fustigeait les États-Unis et leur propension à abandonner et à opprimer leur propres enfants : les pauvres et les minorités éthniques. Et comme Fashawn ne balance pas ses paroles en l’air, il balaye devant sa porte avec un autre titre reprenant les trois « k » (sûrement emprunté à l' »Amerikkka’s Most Wanted » de Ice Cube).« Crack Amerikkka » est pour ainsi dire un « contre-titre » qui s’attaque lui au coté marionnette de la population. Un partout, la balle au centre. L’instrumentation n’est pas choisie au hasard puisque le premier titre sonne assez conventionnel et le second reprend une rythmique qui nous rappelle les marches d’esclaves. Bien vu.

 

 

Comme son nom l’indique, « Proud » contient toute la fierté du peuple noir que Fashawn veut témoigner. Il évoque les grands noms de la communauté et leur place dans l’histoire de son pays. L’éducation et la connaissance en ressort d’une manière primordiale à en croire l’intro qui est un enregistrement d’une institutrice qui passe en revue avec ses élèves quelques grands noms comme Malcom X, Washington Carver, Shirley Chisholm et autres Duke Ellington.

 

Sur un ton plus léger, on découvre pour finir « Pardon My G » qui bénéficie du seul featuring vocal du disque avec Snoop Dogg qui est considéré par Fashawn comme le roi de la west-coast (il a tellement raison). Du coup, ça laisse tomber les textes conscients pour virer pimp et dansant.

 

On le sait, Fashawn n’a jamais vraiment été dans la légèreté. Même avec un short et des tongues, il ne saurait faire autrement que de rester dans le conscient. Ce n’est pas plus mal car on aura toujours droit à des réalisations de qualité. D’autant plus que cet EP est une étape et que l’album n’est plus très loin.

 

L’EP « Manna » est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légal.

 

 

« MANNA » DE FASHAWN : NOURRITURE DANS LE DÉSERT DE L’IGNORANCE

TRACKLISTING :

01. Manna (Moses)
02. Crack Amerikkka
03. Afraid
04. Proud
05. Pardon My G (feat. Snoop Dogg)
06. Celebration
07. Clouds Above
08. Fashawn (prod by Large Professor)
09. Mother Amerikkka

Mass Appeal – Août 2017

 

 

Share This