Le CV de Karriem Riggins est plutôt élogieux. Les amateurs de jazz connaissent le batteur. Les fans de J Dilla le connaissent comme l’un de ses meilleurs amis. Les fans de Stones Throw ont kiffé son premier album « Alone Together » en 2012 et ses collaborations avec Madlib. Malgré tout cela, il s’est révélé au grand public l’année dernière avec son travail de production sur le dernier album de Common « Black America Again », en duo avec Robert Glasper (et encore on ne vous cite pas tout).

Riggins est résolument de la veine de ces artistes discrets mais si incontournables dans le game. Ses multiples compétences seront sans nul doute très demandés désormais. Il est notamment acté qu’il rempilera prochainement pour un nouvel album de Common.

 

« HEADNOD SUITE » DE KARRIEM RIGGINS : DE LA SUITE DANS LES IDÉES

 

Mais pour l’heure, place à sa production personnelle avec le nouvel album « Headnod Suite » encore une fois publié chez Stones Throw. Si vous vous demandez quand il a pu trouver le temps de composer les 29 titres de l’opus, sachez que le travail a été entreprit lors de sa dernière tournée en Europe de l’Est et en Russie. Là vous vous dites qu’il a du utiliser une petite MPC lors de ses nombreux temps morts sur la route. Détrompez-vous car il a composé tous les tracks sur une MPC 5000, un des fleurons de la marque Akaï, mais surtout un de ses modèles les plus imposants (46 cm sur 41 cm) et les plus lourds (plus de 8 kg). On a donc la confirmation que le travail fût sérieux et de longue haleine malgré tout.

A l’instar de « Alone Together », on parle d’une pure production de beatmaker. Une sorte de respiration pour un musicien accompli comme Riggins. Il avait d’ailleurs déclaré qu’il avait « … l’impression de s’exprimer vraiment » sur les machines. De ce fait, on a plutôt affaire à une beat tape qu’un vrai album. La durée des morceaux n’excédant pas les deux minutes en général. C’est vrai que c’est frustrant de ne pas en avoir plus. La même frustration que l’on retrouve chez des virtuoses comme Knxwledge pour ne citer qu’un mec du crew Stones Throw.

Pourtant, parmi les tracks, il y en a deux qui bénéficient d’une aide extérieure. Tout d’abord, on retrouve sur « Suite Poetry » un texte de la poétesse et activiste Jessica Care Moore. Sur « Suite Outro », qui comme son nom l’indique ferme la marche, c’est James Poyser des Roots et Derrick Hodge, bassiste des plus grandes stars, qui rejoignent Karriem Riggins pour ainsi dire se faire un petit jam entre musiciens.

 

 

Évidemment, ne cherchez pas à comparer « Headnod Suite » à un vrai album sur lequel vous pourriez trouver satisfaction à chaque piste. Pourtant, il y a dans la tracklist plusieurs fulgurances, des titres forts, jazz, hip hop ou soul, comme « Sista Misses » et « Chop Chop » (qui suivent les traces d’un J Dilla), « Tandoor Heat » (où le dub côtoie le penjabi), « Bahia Dreamin » (qui nous rappelle l’excellent « Summer Madness SA »), « Keep It On » (qui aurait pu être emprunté au catalogue de Madlib) ou encore « Never Come Close » (qui contient un sample de Common).

 

 

Nous on aime bien ce genre de délire de beatmaker. Mais franchement ne vous ruinez pas et n’achetez que les tracks qui vous parlent le plus. Ce genre de réalisations devraient en effet être offertes, on le concède.

 

Pour ceux qui veulent se procurer quand même l’intégralité de l’album « Headnod Suite », ça se passe sur l’ensemble des plateformes et particulièrement sur le Bandcamp de Karriem Riggins.

 

« HEADNOD SUITE » DE KARRIEM RIGGINS : DE LA SUITE DANS LES IDÉES

TRACKLISTING :

01. Suite Intro
02. Other Side Of The Track
03. Yes Yes Y’All
04. Invasion
05. Trombone Love
06. Crystal Stairs
07. Sista Misses
08. Detroit Funk
09. Oddness
10. Tandoor Heat
11. Chop Chop
12. My Reflection
13. Dirty Drum Warm Up
14. Pay.gio
15. Suite Poetry (feat. Jessica Care Moore)
16. 4E’s J
17. Joyce And Peace
18. Cheap Suite 1
19. Cheap Suite 2
20. Cheap Suite 3
21. Cheap Suite 4
22. Never Come Close
23. Re-Doze
24. Bahia Dreamin’
25. Cheap Suite 5
26. Cia
27. Keep It On
28. Fluture
29. Suite Outro (feat. James Poyser & Derrick Hodge)

Stones Throw Records – Février 2017

 

 

Share This