Cela semble incroyable mais « A Thoughtiverse Unmarred », sorti cette semaine, est bien le 15ème album de Georgia Anne Muldrow depuis ses débuts en 2006 (et on ne compte pas les EPs et autres collaborations). Et oui, la californienne est super prolifique et nous a habitué à être au four et au moulin : chant, écriture, composition, production, arrangements, graphisme et communication sont autant de cordes à son arc. Cordes qu’elle a toujours voulu maitriser pour préserver ses messages d’universalité.

Muldrow a toujours été bien entourée et plébiscitée par la fine fleur du hip hop (à commencer par Madlib et Mos Def ). En première ligne, on retrouve évidemment son mari Dudley Perkins qui reste son inspiration principale et qui a participé à l’élaboration du nouvel album en faisant notamment partie des deux seuls featurings (avec MP Is Free) en tant que Declaime. Sans oublier son héritage familial avec son père qui avait inventé des instruments pour Eddie Harris et sa mère qui partageait la scène avec Pharoah Sanders.

Elle ne laisse donc jamais indifférent partout où elle passe. Ses textes conscients, son inspiration permanente et sa productivité sont autant de preuves qu’elle ne bénéficie pas de quelconques pistons. Et ce n’est pas le label Stones Throw, chez qui elle a signé la majorité de ses disques, qui dira le contraire. Alors qu’est ce qui fait encore courir Georgia Anne Muldrow après une carrière plus riche que longue ?

Tout d’abord, les inégalités sociales, l’hégémonie des puissants et la sauvagerie guerrière sont des maux permanents de notre monde. Et Muldrow en a fait son cheval de bataille depuis toujours. En réalité, « A Thoughtiverse Unmarred » est prêt depuis 3 ans et l’artiste n’a quasiment pas touché à une ligne des textes tant ces maux sont intemporels et malheureusement répétitifs. L’artiste appel à la fierté noire sans extrémisme communautaire, au combat par les consciences sans devoir en payer le lourd tribut de la violence. A la vue des événements de Ferguson et de Baltimore, des titres comme « Great Blacks » et « Monoculture » sont d’actualité.

 

 

Ensuite, la musique de Muldrow donne un écho à sa condition de femme, de femme noire et qui plus est de maman d’une petite fille. Ce dernier élément qui lui a certainement offert une inspiration supplémentaire et significative ces dernières années. L’héritage laissé à nos enfants et leur évolution dans notre monde semblent être une de ses préoccupations principales. « Child Shot » en est une des preuves.

Question forme, il est à noté que « A Thoughtiverse Unmarred » est le premier album entièrement rappé par Georgia Anne Muldrow. Même si l’exercice ne lui est pas complètement inconnu et que finalement son flow reste chantant, le débit hip hop constitue autant un nouveau défi pour quelqu’un qui reste une performeuse dans l’âme. Les messages sont tellement fournis que le rap s’imposait naturellement à elle, sans compter l’aspect plus radical du flow, résolument moins plaintif que le chant.

Enfin, c’est dans le giron du label de Tucson Mello Music Group que sort l’album. Après tant d’années chez Stones Throw, il était peut être temps pour Muldrow de trouver pour un temps une nouvelle respiration en signant dans une autre grande famille du hip hop indé qui attache autant d’importance qu’elle à la performance au service du sens. Néanmoins, on retrouve quand même Chris Keys, un proche du label de Peanut Butter Wolf, à la production.

Malgré une énorme productivité, Georgia Anne Muldrow propose donc un 15ème album complet et neuf dans la forme. Même si on retrouve des thèmes récurrents, « A Thoughiverse Unmarred » rafraichit son art tout en gardant sa sincérité et son authenticité intactes. De quoi ne jamais se lasser de sa musique.

 

L’album est disponible sur Bandcamp :

Share This