The Stranger – Watching Dead Empires In Decay

Il est vrai que parmi tous les individus chelous errant dans la techno, Leyland J. Kirby – plus connu (façon de parler) en tant que The Caretaker – figurait parmi les plus flamboyants. On penserait donc en toute logique que le bonhomme s’installerait une fois pour toute dans la marge en se rebaptisant The Stranger et pourtant… Kirby n’a jamais eu autant les pieds ancrés dans le réel que sous ce patronyme et peint, en techno et dark ambient, le déclin de la civilisation à son chevet.

On connaissait Kirby, le corbeau moqueur, en tant que V/Vm. On reconnaissait Kirby sous le masque de The Caretaker, en organisateur de bal pour présences spectrales. Et on retrouve toujours Kirby, baignant dans la même autarcie artistique et intellectuelle, en tant que The Stranger, l’étranger arrivé en ville pour conter ses visions. Sûrement son boulot le moins abstrait jusqu’à présent, cette peinture d’un monde sur le déclin ne pouvait trouver meilleur foyer que Modern Love. Palais de l’Indus et du paysage dévasté dans la techno – au même titre qu’Hospital Productions – Modern Love est la zone d’inconfort du genre, la maison que l’on a souvent vu apparaître dans une boule de cristal avant qu’elle n’infuse ses formes dans plus d’une production.

leyland

Moins revêche et rugueux que ses colocs de Modern Love, Kirby ne dépareille pas pour autant au sein d’un catalogue de techno pensive et pensée. Sa peinture d’un temps gelé et en décomposition peut faire écho au rituel mortuaire et à l’ésotérique d’un Andy Stott ou encore au frisson en 3D provoqué par un Demdike Stare. Watching Dead Empires In Decay c’est trois quart d’heures d’ambient en lévitation où tout le poids du monde pèse sur ses épaules. Un couvercle de plomb où Kirby en homme de texture qu’il est, privilégie le chaos dans son grain ou son sentiment que dans son rythme. Chez Kirby, la civilisation en déclin gémit telle une baleine à l’agonie, la tension larvée est perpétuelle, un drame est prêt à éclore ou en peine éclosion.

Via cette dystopie muette et intransigeante – où seul le bouleversant Providence Or Fate injecte de la compassion – Kirby vient de réaliser son œuvre la plus sévère et ambitieuse. Une techno nourrie de ce qu’elle suçote dans les recoins sombres de votre inconscient et qui en test de Rorschach notoire vous laisse la liberté d’y voir ce que vous souhaitez. Ou ce que vous n’osez souhaiter. Entre les sorties de Demdike Stare, Whittaker en solo, l’EP de Rainer Veil et maintenant The Stranger, nous n’aurons jamais été plus enclin à être in the mood for modern love qu’en cette année 2013.

The Stranger Watching Dead Empires In Decay / Sorti le 12 Novembre chez Modern Love