Jessy Lanza « Pull My Hair Back »

Pull My Hair Back : un titre bien énigmatique pour premier un album qui l’est tout autant. Sexy sans artifices, détaché mais consistant, minimaliste et dense à la fois…Le premier LP de la Canadienne Jessy Lanza oscille avec intelligence entre r’n’b, bass synthétique et dark disco. Survolé d’échos de voix aux paroles susurrées, l’opus surprend par la qualité de sa production signée Jeremy Greenspan (50% de junior boys) et Lanza elle-même.

Tour-à-tour boogie et disco sur des titres comme Against The Wall, électro et soul sur le morceau éponyme Pull My Hair Back, l’album est un bijou de précision, de retenu et de savoir-faire. Lanza, forte d’une éducation musicale qui  la porte très tôt vers le jazz se tourne vers l’électroniques lorsqu’elle commence la bidouille sur les synthétiseurs trouvés chez ses parents. Plus geek que chanteuse, Lanza se considère avant tout comme une productrice et bien mois comme une interprète.

On comprend alors mieux  le choix des paroles en transparence avec des mots respirés sous les beats et les samples : les mots n’existent que pour porter la voix et pas l’inverse…On déchiffre à peine le souffle  de Lanza sur certains titres et elle avouera d’ailleurs en interview déformer les paroles à sa guise jusqu’à ce que l’ensemble « sonne bien ». A l’écoute du résultat on ne saurait lui en vouloir.

De bout en bout, la collection de titres s’articule avec talent entre électro-soul langoureux et disco faisant de Jessy Lanza la challenger la plus culotté du label Londonien Hyperdub. Trois pépites à ne pas manquer pour faire monter la température: 5785021 où sexy-Lanza énumère comme un mantra son numéro de téléphone d’une voix de déesse r’n’b (d’une élégance telle que toutes les twerkeuses du web iront se rhabiller dans la honte illico),  Fuck Diamond dont le potentiel house ne fait que confirmer la maitrise de la production et  pour finir, Pull My Hair Back, tour de force musical où la syncope analogique rencontre la langueur d’une Lanza coolissime qui lâche d’irrésistibles « I don’t give a fuck » auxquels on ne saurait résister. Finalement ce Pull My Hair Back est à l’image de son auteur : intrigante, suave et élégant. Jessy Lanza ne rentre pas par la grande porte, elle fait sauter le verrou.

 Carine Bourgogne

 Jessy Lanza Pull My Hair Back / Sorti le 16 septembre sur Hyperdub.

nature-lanza