Factory Floor « Factory Floor »

Formé depuis 2005, il aura fallu 8 ans au trio londonien Factory Floor pour accoucher de leur premier album au titre éponyme. Presque une décennie pour donner naissance à un chef-d’oeuvre d’expérimental dancefloor qui a tapé dans l’oreille de Stephen Morris, batteur de Joy Division, que Factory Floor avait contacté dans un premier temps pour remixer un de leurs titres, Wooden Box. Enthousiasmé par le son déployé par le groupe, qu’il qualifie de disco troublante, il décide d’aller en studio avec eux, en tant que producteur.

Après des mois de recherches pour réussir à capter l’énergie déployée sur scène et la retranscrire sur disque, Factory Floor semblant plus à l’aise en live, que lorsqu’il s’agit de donner un format définitif à ses morceaux, qu’il considère comme jamais finis, l’objet tant attendu aux allures d’Arlésienne est enfin arrivé. Et l’attente n’aura pas été vaine tant leur opus est un objet de haute couture, confectionné à coups de rythmes incisifs aux mouvements fluides et aux modulations répétitives, tissés dans du fil de soie. A l’image d’un The Fall, Factory Floor aime nous faire rentrer dans une forme de transe post-apocalyptique, de laquelle on ne ressort pas indemne, où les batteries martèlent des rythmiques envoutantes aux allures martiales, de guitares noise tordues sous les effets et de synthés crispy rentrant en collision, le tout élaborant une armada de loops viscéraux aux modulations microscopiques charenelles infimes et magiques, enrobés de vocaux à la froideur lointaine et d’abrasion dancefloor héritée d’un Joy Division aux connotations indus. Factory Floor déploye un minimalisme incendiaire qui prend aux tripes, jouant les apprentis sorciers en puisant avec intelligence dans des années 80 austères et tripantes, où danser était une question de survie, revu et corrigé par une production ciselée avec du papier de verre. Ce n’est donc pas un hasard si l’on retouve Factory Floor sur le label de référence DFA Records fondé par James Murphy (LCD Soundsystem).

Roland Torres

Factory Floor Factory Floor / Sorti le 09 setembre chez DFA